Projet d’attentat déjoué : les 67.000 lieux de vote protégés

« À quelques jours d’une échéance majeure pour notre pays, je veux rappeler que tout est mis en œuvre pour assurer la sécurité de ce rendez-vous majeur pour notre démocratie ;  Les services du ministère de l’intérieur sont totalement et plus que jamais mobilisés partout en France pour assurer la sécurité des Français, pour assurer le bon déroulé de la campagne présidentielle, pour assurer la sécurité des meetings et des rassemblements, pour assurer la sécurité des candidats et de leurs quartiers généraux de campagne. Plus de 50.000 policiers, gendarmes et militaires seront déployés pour assures la sécurité de  l’élection, notamment dans les 67.000 lieux de vote » a assuré le ministre de l’Intérieur, Matthias Fekl en fin de matinée lors d’une conférence de presse organisée à son ministère pour rendre compte de l’arrestation à Marseille de deux hommes respectivement âgés de 23 et 29 ans, soupçonnés de préparer un attentat « imminent. Ils avaient l’intention de passer à l’acte dans les tout prochains jours ».

Une cathédrale sous haute sécurité.

Délinquants radicalisés en prison

Les deux hommes ont été arrêtés par la DGSI dans le cadre d’une enquête en flagrance ouverte le 12 avril à Paris pour association de malfaiteurs terroriste et criminelle et infraction à la législation sur les armes en relation avec une entreprise terroriste. « Les deux hommes radicalisés, nés respectivement en 1987 et 1993, de nationalité française, avaient l’intention de commettre à très court terme, c’est-à-dire dans les tout prochains jours, un attentat sur le sol français » a précisé le ministre. Ces deux suspects étaient activement recherchés depuis la fin de la semaine dernière et présentent tous deux un profil de délinquants radicalisés en prison, précise-t-on de source policière. L’un d’eux est un converti.

Un candidat à la présidentielle visé ?

Selon une information du Parisien, les deux hommes comptaient s’en prendre à l’un des onze candidats à l’élection présidentielle. Les enquêteurs auraient découvert une vidéo où les deux suspects prêtaient allégeance à Daech. Dans ces images apparaît également la Une d’un journal français consacré aux élections avec la photo d’un candidat.

Les officiers de François Fillon ont fait savoir qu’ils avaient été avertis vendredi 14 avril de « de risques avérés » sur le candidat de la droite à l’élection présidentielle. Les photos des deux suspects avaient déjà été distribuées jeudi 13 avril aux services de sécurité des prétendants à l’Élysée, ont  également déclaré Marine Le Pen et Emmanuel Macron.

Perquisitions en cours à Marseille

« Grâces aux perquisitions toujours en cours » les investigations ont permis d’apporter des éléments permettant de matérialiser ce projet d’attentat terroriste. Les enquêteurs ont retrouvé des armes à feu, des armes de poing et des armes longues, et du matériel servant à la fabrication d’explosifs dans l’appartement en location du IIIe arrondissement de Marseille où les deux hommes ont été arrêtés entre 10 h et 11 h. Des opérations de déminages sont également en cours autour de ce logement.

« Défi qui appelle au rassemblement »

Après l’arrestation des deux suspects, le chef de l’État, François Hollande a salué une « prise remarquable. Nos services et nos policiers ont travaillé de manière remarquable nous permettant d’arrêter ces deux personnes qui vont être confrontées devant des policiers et des juges pour que nous sachions exactement quelles étaient leurs intentions », a-t-il déclaré depuis le Creusot où il était en déplacement. « Depuis, hélas, plusieurs années, nous sommes mobilisés contre le terrorisme et nous faisons en sorte de pouvoir empêcher, prévenir un certain nombre d’actions même si , hélas, nous avons été frappés comme chacun le sait », a ajouté François Hollande, précisant que le procureur de la République de Paris, François Molins, donnerait « tous les détails de l’enquête ».

Le candidat d’En Marche !, Emmanuel Macron, a adressé ses félicitations à l’ensemble des services de police. Ces événements “viennent rappeler que la menace terroriste est toujours très élevé sur notre territoire. Il est une menace qui pèse sur notre pays depuis plusieurs années et particulièrement pendant l’exercice démocratique que nous vivons en ce moment. C’est un défi qui appelle plus que tout autre au rassemblement, car les terroristes ne souhaitent rien d’autre que notre division”, a-t-il souligné dans un communiqué.

F.C.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail