Salsa par corps et par cœur avec Yuri Buenaventura

Magnifique d’élégance, de musicalité, de générosité  et de sincérité. Il parle chante et danse la salsa comme il respire. Une musique qu’il enflamme par corps et par cœur. Sensuelle et électrique.
 

Yuri Buenaventura cl Marie Line Bonneau

Entouré par un combo clavier cordes cuivres percussions étincelant, le colombien Yuri Buenaventura possédant,  comme il se plaît à le dire,  quelques souriantes attaches en Sologne avec clin d’œil à Ligny- le- Ribault,  donne ce samedi, salle Touchard du Théâtre d’Orléans, une leçon de bonheur où le goût de vivre ne peut que se partager avec doux et chaloupé enthousiasme.

– D’hommages en hommages 

Pour quelque 900 spectateurs en liesse et le plus souvent debout, l’artiste ouvre le bal en s’excusant de l’intrusion de la salsa dans un festival de jazz. Très vite, il tient avec ferveur à rendre hommage aux tambours de mains, à la rythmique africaine, à la condition vivante de l’homme noir, à cette bataille qui prévaut pour sa reconnaissance.

“Patrice Lumumba” est le premier titre engagé de ce tour de chant auquel succèdent un  hymne aux cueilleuses de bananes colombiennes en proie au dévorant marché international  ainsi qu’un chant célébrant les coupeurs de cannes. ,

Ailleurs, électrique, toujours souriant et fusionnant avec son orchestre auquel il n’a de cesse de rendre hommage, Yuri Buenaventura salue Brassens (canaille  “Je me suis fait tout petit”), puis Aznavour (tendre “J’avais vingt ans”), Brel (prenant rappel sur  “Ne me quitte pas”).

– Houle câline dans la salle 

Enflammant par cœur et par corps  cette salsa dont il donne une leçon de danse à un public debout faisant  la houle câline, Yuri Buenaventura est, en ce samedi de clôture de Jazz or Jazz, un boss au talent impeccable, élégant, et d’une humilité chaleureuse qui ravit.

A lui le romantisme très réussi, le mélo du cinémascope au vibrato crooner latino, le côté parade de cirque cuivrée langoureuse et tragique…

En fin de set, ce bel artiste et ses volcaniques compagnons de route,  réunis en front de scène, souhaitent à cette France qui possède avec bonheur tous les outils de la démocratie, allusion souriante à l’élection présidentielle de ce dimanche,  un beau rendez-vous. Invitation à une belle aventure en somme. Peu avant, avec pudeur, expliquant sa musique populaire et si joyeuse, l’humaniste Yuri Buenaventura avançe: “Avec la salsa, tous les malheurs, on peut les dialoguer avec espérance,  et non avec fatalité”.

Jean-Dominique Burtin.

Youri Buenaventura
Concert du samedi 22 avril Théatre d’Orléans

Festival Jazz or Jazz

Compte tenu de l’heure tardive du bal latino qui clôturait le festival Jazz or Jazz, articles et album photos à venir dans nos prochaines éditions…

Jazz or Jazz le bal cl Marie Line Bonneau

 

 

 

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. J’ai apprécié la générosité de cet artiste et partage mille fois votre article .
    Je suis fier que dans ma ville de telle fête puisse être proposé. Bravo à la Scène Nationale .

  2. Il y avait aussi le même soir le joyeux et généreux concert de Biréli Lagrène qui a fait salle comble et conquis un public subjugué par un feu d’artifice de cordes de guitares, accompagnées d’un jeu éblouissant de clarinette et de sax : l’ensemble interprétant un répertoire très ouvert musicalement sans jamais renier ses racines jazz et swing manouche.

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail