Elections legislatives - Les resultats en temps reel

Bourges : Fréquentation en hausse pour le Printemps

Le soleil était au rendez-vous comme l’ami Ricoré au petit déjeuner et, du coup, le Printemps de Bourges a bénéficié de la météo en mode positive pour enregistrer une nette augmentation de la billetterie. Plus 5000 tickets pour la 41e édition par rapport à l’an passé. Une hausse à près de 80 000 spectateurs, ça commence à faire… même si on retranche les quelques 3000 accréditations des professionnels du métier, ou pas. C’est d’ailleurs un nouveau record de fréquentation pour le quadragénaire rassemblement musical berrichon. Surtout que, dans les travées de Séraucourt, dans les rues de la capitale des Bitturiges, au pied de la cathédrale Saint-Étienne, on estime la jauge de festivaliers plus ou moins actifs à plus de 200 000 personnes. Le soleil on vous dit !

Des allées bondées, des salles au taux de remplissage quasi-maximum, des professionnels satisfaits, Boris Vedel, le nouveau patron tout seul, après une année 2016 de transition, en commun avec Daniel Colling, professeur es-Printemps, co-fondateur de la manifestation berruyère, affichait un sourire de bon aloi, samedi soir, à l’énoncé de ces données favorables à l’occasion de la conférence de presse de clôture.

Des nouveautés comme s’il en pleuvaient

Malgré les aléas techniques, la Happy Friday a dû être écourtée pour des raisons de panne électrique, l’ensemble du festival s’est parfaitement déroulée selon les organisateurs. L’équipe de Boris Vedel n’a pas attendu la dernière journée, celle de ce dimanche, et les derniers concerts de Keblack et Soprano sur la scène du W, pour dresser un bilan largement positif. Une édition qui aura été marquée par l’apparition de nouveaux terrains de jeu pour les artistes avec, par exemple, la halle au blé où se sont déroulées deux soirées de Hip Hop, ou encore les créations de lectures musicales, à guichets fermés pour La Grande Sophie et Delphine Le Vigan, au Palais Jacques-Coeur.

Boulevard des airs.

Ce quarantième anniversaire du Printemps de Bourges était aussi celui de Renaud sur scène, du mouvement Punk, selon le titre de l’expo qui lui était consacrée. C’était aussi le retour de Camille pour la première de son nouveau spectacle. Celui des 20 ans de Placebo, propre sur soi. Celui de la première apparition de la Comédie française pour Comme une pierre qui roule, une pièce consacrée à l’enregistrement de Like a Rolling Stone par Bob Dylan. Celui de l’hommage à Barbara par une création Mes hommes où Julien Clerc est venu, en invité surprise, ajouter sa voix à celles de Vincent Delerm,  Tim Dup ,  et Albin de La Simone.

Cela aura été aussi pour Jain, Vianney, et Boulevard des Airs, la jeune garde, la confirmation d’un soutien inconditionnel du public dans un grand chapiteau complet jusqu’au-delà des bâches. De renouer avec des airs des îles lointaines guidé par la mamie queen Calypso Rose, au lendemain d’un passage remarqué au 2e festival de jazz d’Orléans.

2017 c’est une version des Inouïs qui aura été pleine de saveurs et de différences. C’est Eddy De Preto qui a reçu le prix du Printemps de Bourges tandis que Ash Kidd et Lysistrata sont classés ex-aequo pour le prix du jury. Une version des 22 où chacun pu trouver du grain à moudre, du son à embarquer, du groove à chalouper, du moove à balancer.

De cette édition on retiendra que si les grandes scènes ont parfois eu, sans excès, quelques retards, en d’autres lieux cela n’a pas été trop le cas. On a même vu des Métalleux anti-système jusqu’au bout de leurs guitares débuter leur set avec dix minutes d’avance… quels rebelles tout de même !

Au total ce sont 500 concerts, en In et en Off, proposés durant ces cinq jours et autant de nuits, sur les 80 sites prévus, bars et restaurants inclus.    
Le Printemps a dignement franchi le cap de ses quarante balais, dix ans de plus que le festival de Glastonbury, vingt de plus que Coachella, au-delà de trente de mieux que Wight, et comme Woodstook n’a eu lieu qu’une fois, des vieux festivals, s’il n’en reste qu’un ce sera donc celui-là. La nouvelle décennie a bien débuté, on attend la suite … pour l’année prochaine !

Fabrice Simoes.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail