À Hénin-Beaumont le Front national veut croire à la victoire

A 20h ce ne fut qu’un cri poussé par une salle debout. Cri de joie, cri de passion, cri de bonheur du peuple frontiste. Lumières tamisées, au sol moquette bleue de France, sur le mur du fond, en lettres bleues « Au nom du peuple ». Dans une ambiance de boîte de nuit, une foule de drapeausx tricolores et autant d’oriflammes « Marine présidente » s’agitent, manifestant la liesse générale : « 22%, Marine au second tour ! Marine au second tour ! ».

Pour Yvette, pour Jacques, pour Lydie, pour tous, « Elle a gagné, nous avons gagné. L’entre deux tours n’est qu’une formalité ». Le maire d’Henin Beaumont, Steeve Briois se montre plus prudent. « Il nous faut rassembler. Beaucoup d’électeurs de François Fillon peuvent nous apporter leurs voix. Entre les électeurs de Jean-Luc Mélenchon et les nôtres il existe une porosité ».

Esquisse de front républicain

Quand Jean-Pierre Raffarin (LR) apparaît sur l’écran télévisé, dit qu’il votera Macron au second tour et qu’il appelle les siens à en faire autant, la salle hue, reprend son souffle et crie encore plus fort quand Laurent Wauquier se prononce dans le même sens. Quand le ministre de l’Intérieur lance le même appel la salle hurle sa désapprobation. Un front républicain se met en place. Pour les frontistes c’est un anachromisme. Vient ensuite, François Fillon qui reconnaît sa défaite, s’élève contre l’extrémisme et appelle également à rejoindre En Marche. Le fanions s’abaissent, un flottement parcourt l’assemblée qui se met à attendre l’arrivée de Marine Le Pen.

En attendant le verdict des urnes

La présidente de FN a passé sa journée à Hénin-Beaumont où elle possède toujours un pied à terre en centre ville. A onze heures elle est allée voter et a trouvé sur sa route  « La Team Marine » six femen seins nus comme à leur ordinaire, portant les masques de Donald Trump, Vladimir Poutine, Bachar-el Assad, Jean-Marie Le Pen et Nigel Farage. La police municipale est rapidement intervenue et Marine a pu glisser son bulletin dans l’urne.

La patronne du FN a ensuite déjeuné avec le maire d’Hénin-Beaumont et une dizaine de personnes. Au menu, escargots et veau aux cèpes arrosé de vin rouge frais. Puis a commencé l’attente  atténue par quelques pourcentages favorables issus de sorties d’urnes .

Le Triomphe de marine

L’Histoire n’est pas avare de faceties. Voulant se démarquer du système qui fait traditionnellement retourner les candidats à la présidentielle dans la capitale pour la soirée électorale et désireuse de vivre la sienne dans son fief d’Hénin-Beaumont, vitrine du Front municipal, Marine Le Pen a du l’installer à l’Espace François Mitterrand. Seul, ce complexe sportif inauguré par Danielle Mitterrand était capable de recevoir les 1000 invités frontistes triés sur le volet, tous habillés comme pour aller au bal ou à une remise de décoration, portant badge « Marine » clignotant et souvent drapeau tricolore. « Je ne me déplace jamais sans lui », déclarait fièrement Jean, la cinquantaine, en serrant précieusement le sien. 650 journalistes étaient accourus du monde entier, mettant une animation inhabituelle dans cette ville  toujours sinistrée qui, selon son maire, Steeve Briois compte 17% de chômeurs.

Dans l’entrée  «La Vitrine », un étalage bien fourni et attrayant proposait la rose bleu marine    montée en épinglette à 12 euros, la même en bague ou en pendentif à 15 euros, des porte-clés lumineux, des mugs et des tee shirts customisés « Au nom du peuple  ».

A un peu plus de 21 heures Marine Le Pen a fait son entrée  sous des hurras accompagnés de « Marine Présidente ». Gratifiée d’un bouquet de roses rouges et blanches  à son arrivée, du haut de l’estrade, elle a prononcé une brève allocution, soulignant « le résultat historique » , rappelant que « la grandeur d’un peuple ne procède que de son peuple ».  Après avoir appelé le général de Gaulle à la rescousse, elle a conclu  en affirmant « le système a cherché par tous les moyens à étouffer le grand débat politique qu’aurait du être cette élection. Le grand débat va désormais avoir lieu ». Puis, avec à ses côtés Gilbert Collard elle a entonné une vibrante Marseillaise à laquelle toute l’assistance s’est jointe avant de se disperser après un dernier tour au buffet.

F.C.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail