Les jeunes de Benjam’ en orbite avec Jean-Loup Chrétien

Invité dans le cadre des Benjam’ Conférences du Lycée Benjamin Franklin d’Orléans, le célèbre astronaute et cosmonaute français s’est entretenu avec des jeunes de l’établissement deux heures durant sur son expérience et l’avenir de l’exploration spatiale.

Jean-Loup Chrétien, premier astronaute français et européen de l’ouest a être allé dans l’espace en 1982.

« J’ai eu la chance de vivre mon rêve en rejoignant la Cité des Étoiles en 1981 ! » lance Jean-Loup Chrétien en conclusion de sa conférence devant une salle comble ce mardi 25 avril. À 78 ans, le premier astronaute français et européen de l’ouest a être allé dans l’espace en 1982 dans le cadre de la mission franco-russe du Premier Vol Habité est venu répondre aux questions des lycéens du Lycée Benjamin Franklin d’Orléans sur son expérience, les risques et l’avenir de l’aventure spatiale.

« L’espace fait toujours rêver, assure le général de brigade aérienne. L’idée de cette rencontre avec les jeunes était de détailler les éléments qu’ils connaissent déjà, de les amener dans le contexte qui est le nôtre, de les encourager à chercher des vocations et à se faire plaisir. On doit les aider à réussir dans un parcours exigent parsemé d’obstacles et où il faut avoir de la chance : la réussite ne provient pas forcément du fruit de l’effort mais aussi de nos gênes ».

Quel avenir spatial ?

Car, comme l’a fortement souligné Jean-Loup Chrétien, « l’homme restera un insatiable et infatigable explorateur, audacieux et persévérant. L’exploration est dans nos gênes ». À commencer dans les siens comme il l’a montré au fil de ses slides et d’un petit film qui résumaient son parcours et ses 45 jours de missions successives à bord du Soyouz, de la station Mir et de la navette Atlantis. Mais aujourd’hui, à l’aube des 50 ans du premier alunissage et de la présence de l’homme sur la lune, quelle projection future peut-on imaginer ?

« Il est temps de s’occuper du prochain pas ! », intervient Jean-Loup Chrétien. ‘Confier l’exploration à des machines sans hommes ?’ questionne t-on dans la salle : « Les robots serviront les hommes mais ne les remplaceront pas, répond le spationaute ajoutant qu’il est difficile aujourd’hui de définir une feuille de route. On ne peut que parler du court terme – l’exploration sur Mars –, nous n’avons pas les moyens d’imaginer le long, c’est-à-dire une exploration au-delà de la galaxie. Mais de toute façon au-delà de Mars il n’y a plus rien à explorer pour nous »

Jean-Loup Chrétien en compagnie d’élèves du Lycée Benjamin Franklin (Brevet d’initiation aéronautique, 2nde EDPI, 1eres et terminales SSI et onde Edifice)

 

L’espace aux mains des privés ? 

Mais faut-il aller sur Mars maintenant ? Est-ce rentable ? « Des questions qui entraînent la réflexion de ceux qui peuvent générer des programmes, souligne Jean-Loup Chrétien. Le secteur privé a donc beaucoup d’avenir avec des coopérations publiques. Il pourra même emboîter le pas et suppléer à l’absence des administrations. Mais aujourd’hui retourner sur la Lune et y installer une base d’exploration scientifique est plus à notre portée. Il y a plus d’avenir que sur Mars ». Une Lune autour de laquelle la société du milliardaire américian Elon Musk, SpaceX, prévoit de faire voyager deux richissimes touristes en 2018, avant de pouvoir réaliser son projet de coloniser Mars : « Ils seraient les premiers voyageurs depuis la mission Apollo. Voilà un exemple de la suppléance ».

En attendant, plus proche de nous, c’est l’astronaute Thomas Pesquet qui, entre ses sorties extra-véhiculaires, filme et photographie la terre sous tous les angles depuis l’ISS. « Il n’y avait pas eu de Français depuis longtemps. Je vois qu’il y a une bonne population qui se relaie, souligne Jean-Loup Chrétien avec un esprit cocardier. Cela permet aussi de porter un regard sur la coopération internationale : le jour où les Chinois vont arriver sur la Lune, les États-Unis vont se réveiller ! ».

L’orgue, l’autre passion

En soirée Jean-Loup Chrétien était attendu à la mairie d’Orléans avant de donner un concert d’orgue à la cathédrale Sainte Croix en compagnie de Jean-Pierre Griveau, titulaire de l’orgue de la cathédrale : une passion méconnue de l’astronaute qui avait en 1988 donné un premier concert à bord de la station MIR avec un petit clavier électronique : « Petit, je suis tombé dans un orgue en même temps qu’un avion ! Je rêvais d’être organiste. C’est une vieille passion mais mon niveau n’est pas au point de donner des concerts. Ce soir j’y vais plus tendu que d’entrer dans un Soyouz ! ».

E.B.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail