1er mai : chevauchée et scout toujours !

Bénédicte Baranger, présidente de l’association Orléans Jeanne d’Arc, l’avait annoncé : en tant que nouvelle présidente elle souhaitait une participation active des jeunes à l’hommage de la jeunesse chrétienne à Jeanne d’Arc. Une première étape a été faite. 

Au moins 500 Scouts de France, Scouts d’Europe et Scouts Unitaires de France escortaient à Orléans Priscille de La Bâtie, alias Jeanne d’Arc 2017, pour sa 588e traditionnelle chevauchée. Partis de la Place du Martroi pour rejoindre l’Ile Charlemagne, ils rendaient hommage à l’héroïne dans une ambiance cette année particulièrement animée et ponctuée de quelques nouveautés. 

« Faire en sorte que les jeunes ne servent pas de décor à une reconstitution historique mais qu’ils prennent une part active à cet hommage », expliquait Antoine Dorin, commissaire du district Scouts d’Europe pour le Loiret, en réponse au vœu de Bénédicte Baranger, présidente de l’association Orléans Jeanne d’Arc. Ainsi, pour la première fois, tous les scouts de tous les mouvements se sont rassemblés autour de la statue de Jeanne d’Arc place du Martroi pour chanter La Cantate à l’Étendard avant d’emboîter le pas derrière la cavalerie de Jeanne un carnet de chants à la main pour animer le parcours au cœur de la ville jusqu’au pont Thinat où ils quittaient Jeanne la laissant s’engouffrer seule dans le faubourg de Bourgogne. 

Jeanne appartient à la France et non à un camp

Un long faubourg qui reste toujours une traversée désespérément triste et maussade, malgré les quelques acclamations et applaudissements des passants et habitants au passage d’une Jeanne qui leur répond par de magnifiques sourires et un salut de la main. Le temps d’interroger Bénédicte Baranger sur ce qui qualifie le plus cette Jeanne 2017 : « Priscille est rayonnante, joyeuse et pure dans le sens où elle prend les choses avec une belle simplicité et une belle spontanéité sans s’encombrer de préjugés. C’est important car la personnalité des Jeanne impacte l’esprit des fêtes ».

Il faut attendre alors l’arrivée à la pointe Saint-Loup pour retrouver une foule abraysienne en liesse. Une foule devant laquelle Jeanne est accueillie par David Thiberge, Maire de Saint Jean de Braye qui lui rend hommage : « Son courage doit nous inspirer. Jeanne dans notre monde mènerait de nouvelles batailles. Elle serait le fil conducteur de l’humanisme, du rejet de la violence, de la tolérance, du respect de chacun… ». Des mots dont la portée résonne encore plus que jamais à quelques jours d’une élection présidentielle particulière mais qui, pour David Thiberge, ne change aucunement la teneur de ces fêtes : « Jeanne d’Arc a été instrumentalisée par Le Pen père, Jeanne appartient à la France et non à un camp, une fidélité que l’on souhaite qu’elle demeure ».

Toujours prêts !

Après avoir embarqué et traversé la Loire, Jeanne a rejoint l’Ile Charlemagne où l’attendaient tous les scouts. Un moment que Priscille n’est pas prête d’oublier : « Cet accueil de tous les scouts à la sortie du bateau, c’est très impressionnant. Tout comme l’entrée dans Orléans le 29 avril : on se sent vraiment dans la peau d’un personnage historique, on se sent porté ».

Après la traditionnelle messe en plein air et un pique-nique revigorant, les jeunes scouts ont investi la grande plaine pour des tournois de Sioule et de nouvelles olympiades, activités sportives qui réunissaient les jeunes autour de jeux fédérateurs (tire à la corde, course en sac, relais…).

« Cette participation des jeunes va aller crescendo au fil des années. L’idée est de faire participer d’autres groupes comme des jeunes des JMJ, d’associations humanitaires, caritatives…, précise Bénédicte Baranger. Cet hommage de la jeunesse chrétienne doit être un moment rassembleur et joyeux mais qui ne retire en rien la dimension spirituelle, humaine, historique et religieuse à l’événement ».

Après un arrêt aux Tourelles pour l’envoi de l’étendard devant les élus et adjoints de Saint-Jean-le-Blanc, d’Orléans-Métrople, et le père Gilles Rousselet du quartier  Saint Marceau qui a rappelé que « Jeanne nous apprend la primauté de l’être sur le faire et le paraître » et que les jeunes, selon le Pape, « ne devaient pas être des jeunes-divans mais acteurs de l’histoire », la chevauchée a rejoint son point de départ place du Martroi pour un dernier hommage des scouts et de l’association Sainte Jeanne, Hier, Aujourd’hui et Demain, représentante des paroisses de la ville d’Orléans, et de la foule : « C’est génial ! s’exclame Priscille. J’arrive à faire sourire les gens ! C’est hyper émouvant ! Et c’est ainsi que je veux marquer ces fêtes… par la joie ».

E.B.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail