Jean-Marc Ayrault à la tête du GIP “Mission de la mémoire de l’esclavage”

A l’issue de ses fonctions de ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault prendra la présidence du GIP « Mission de la mémoire de l’esclavage, des traites et de leurs abolitions ».

Ce GIP réunit l’Etat représenté par le Premier ministre et neuf ministères, la Banque de France, la caisse des dépôts et consignations, le Conseil représentatif des Français de l’Outre-mer, l’Institut du Tout-Monde-Edouard Glissant, la Fondation Esclavage et Réconciliation et l’association « La Route des Abolitions ».

François Hollande président de la République en fonction pour encore quelques jours avant la passation de pouvoir et le président nouvellement élu  présideront mercredi 10 mai à 11h au jardin du Luxembourg (Sénat) pour une cérémonie de commémoration de l’abolition de l’esclavage au cours de laquelle sera présentée « la Mission pour la mémoire de l’esclavage, des traites et de leurs abolitions » .

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Pour ceux qui l’ignorent, un GIP est un Groupement d’intérêt public qui permet à l’Etat et certaines administrations de se mêler de ce qui ne les concerne pas a priori.
    Je ne vois pas la mission d’intérêt général à but non lucratif que cette mission peut remplir pour une durée déterminée.
    L’Etat organiserait-il une pseudo-repentance de plus ou une commémoration mémorielle d’actes inhumains pratiqués par les tribus arabes qui faisaient des razzias en Afrique, les tribus africaines qui vendaient leurs frères, et les négriers esclavagistes de plusieurs pays européens et américains ? Il suffit de dire que ce sont des crimes contre l’humanité, imprescriptibles et il n’y a pas besoin de créer un “machin” de plus pour occuper la retraite d’un ancien premier ministre et ministre des Affaires étrangères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *