Elections legislatives - Les resultats en temps reel

Le Louvre éternel intronise le jeune Président Macron  

Jamais  dans la cour du Louvre entre la pyramide et le Carrousel, le peuple de France n’avait acclamé l’élection de son Président de la République. Cette terre était jusque-là celle des rois, du pouvoir du temps jadis. Elle est devenue aussi celle d’ Emmanuel Macron, huitième Président de la République française, le plus jeune aussi – 39 ans – dont elle  se soit dotée. Il veut, dit-il, ouvrir une nouvelle ère, et renouer avec « la grandeur de la France », celle qu’elle a  acquise au cours des siècles.

Au Louvre, la fête à Macron@Georges Vincendet

Une page  se tourne 

Son premier bain de foule c’était il y a un an à Orléans.

Moins d’une heure après l’officialisation  de sa victoire, depuis son QG de campagne le nouveau Président a rappelé ce qu’était sa feuille de route : « Je ne méconnais  ni les difficultés économiques, ni les fractures sociales, ni les impasses démocratiques, ni l’affaiblissement moral du  pays. Je sais la colère, l’anxiété, les doutes qu’une grande partie d’entre vous a exprimés. Il est de ma responsabilité de les entendre… Je défendrai la France, je défendrai l’Europe  sur son sol  comme sur le plan international. Une nouvelle page s’ouvre ce soir. Je ne me laisserai pas arrêter ». Des mots prononcés, sans un sourire avec une gravité toute présidentielle qui laissa interloquée quelques instants la foule venue  pour fêter  l’homme pour lequel elle avait voté, celui qu’elle a porté au pouvoir, auquel elle a confié son avenir.

Ils étaient plus de 10.000

Ils étaient plus de 10.000 accourus comme le soir tombait, se soumettant aux fouilles strictes sans rechigner, les trouvant utiles, comprenant qu’un lieu fermé, facilement contrôlable ait été choisi . A leur arrivée des drapeaux tricolores leur étaient distribués et ils les agitaient avec plaisir. Beaucoup avaient enfilé des tee-shirts également offerts, roses, jaunes, bleus, portant la mention « Emmanuel  Macron, Président. ». Franck,  38 ans, originaire de Centre Afrique , en arborait un  au dessus du drapeau de son pays d’origine : « Je suis ici ce soir pour remercier les Français de ne pas avoir accepté la fermeture souhaitée par le FN ». Même enthousiasme chez  Icham, 28 ans, habitant de Seine-Saint-Denis, « Macron, ses paroles, ce qu’il dit m’ont redonné espoir. Il casse le pessimisme ». Margot, étudiante en droit , 21 ans , est venue avec deux copains étudiants comme elle, « j’ai adhéré petit à petit  à Emmanuel  Macron. J’ai  étudié ce qu’il propose  et je l’ai adopté ». Don, 23 ans est franco-Américain, né d’une mère américaine et d’un père français. « Je fais mes études supérieures en France. Après l’élection de Trump  aux USA, il fallait qu’il se passe quelque chose en France. Macron l’a fait. Je suis heureux ». Françoise et Patrick, un couple de ce qu’on a coutume de désigner comme des Français moyens, dans la cinquantaine ont été « séduits par ce jeune de talent qui sait embrasser la complexité du   monde ». Beaucoup de jeunes, mais aussi des familles et des gens d’âge mûr, seuls ou  en  couple.

 Hors les murs, derrière les contrôles et les barrières, rue de Rivoli entre les nombreux cars de CRS, des  badauds applaudissent, des voitures klaxonnent. La nuit tombe et sur l’estrade adossée à la Pyramide illuminée des DJ chauffent l’assistance qui danse mais attend son héros.

Enfin  le Président !

Dans la nuit, le Président arrive, seul, a pas lents, l’homme qui assume le pouvoir, qui l’incarne,  tandis  que retentit l’hymne à la joie.

Un symbole que n’aurait pas renié François Mitterrand.  Le provincial monté à Paris, inconnu il y peu encore, harangue avec passion un auditoire qui lui est acquis mais qu’il enthousiasme avec une empathie qui lui est naturelle, un  rassembleur  qui remercie ceux qui ont voté pour lui, même par devoir, et dit qu’il a entendu ceux qui ne partagent  ses points de vue. Il parle d’avenir, il apporte de l’espoir.

 Puis il est rejoint par son épouse Brigitte, par les enfants et les petits enfants de celle-ci qu’il a adopté dans son cœur. Pas  de personnalité  politique sur l’estrade, juste une famille quand retentit la Marseillaise   entonnée par plus de 10.000 voix. Un instant de communion républicaine.

Françoise Cariès

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail