Législatives: l’appel du 18 juin d’Emmanuel Macron aux électeurs

Et maintenant place au 3e tour, avec les législatives. Ce sera l’appel des 11 et 18 juin d’Emmanuel Macron aux électeurs français pour qu’ils lui donnent une majorité à l’Assemblée. Ces “brebis égarées” reviendront-elles vers leurs partis d’origine à gauche et à droite, vers le PS et L.R. en particulier ? Ou la dynamique Macron va t-elle aussi renverser la table dans les circonscriptions ? 

Emmanuel Constantin (à gauche), sera probablement candidat d’En Marche ! sur la 2e circonscription.

Encore faudrait-il que les électeurs connaissent un tant soi peu et au plus vite les candidats d’En Marche !. À l’origine, les 577 candidats investis devaient être connus entre les deux tours. Pour des raisons administratives cela n’a pu se faire mais la liste de Jean-Paul Delevoye, le patron de la commission d’investiture et ancien ministre de Jean-Pierre Raffarin, est prête. Elle devrait être dévoilée mercredi ou jeudi. La nouveauté c’est bien mais encore faut-il se faire connaître un minimum des électeurs.

À Les Républicains, malgré les risques d’implosion et l’attraction de la frange juppéiste vers En Marche !, François Baroin tente de composer une majorité de cohabitation. Et pour l’instant, même chez le partenaire de centre droit de l’UDI, peu de fuite vers le camp Macron. Localement, seule Nathalie Kerrien, adjointe au maire d’Orléans à rallié En Marche ! bien avant le premier tour, mais elle le réaffirmait fermement dimanche soir, elle ne sera pas candidate avec l’étiquette Macron. “Par loyauté” dit-elle à l’équipe d’Olivier Carré.

Le Modem avec Richard Ramos sur la 6e ?

Richard Ramos, Modem (chemise blanche), Valérie Corre, Olivier Frézot, à droite Olivier Hicter, France Insoumise et Jean-Marie Boutiflat.

À gauche, le PS n’est pas en meilleur forme mais n’a perdu pour l’instant que quelques élus comme Bertrand Hauchecorne et David Faucon maire de Beaugency. Tant Jean-Pierre Sueur qu’Olivier Frézot, prônent une majorité de “progressistes”. Mais pour se présenter au nom d’Emmanuel Macron ce sera sous la bannière En Marche enregistrée comme telle à la préfecture. Ainsi Valérie Corre (6e) sortante PS qui veut rester fidèle à son investiture d’origine ne sera pas soutenue par En Marche !. Le “mouvement” d’Emmanuel Macron devrait y soutenir le seul candidat Modem du département, en l’occurrence, Richard Ramos, élu de Fay-aux-Loges. 

Le scalp de Serge Grouard très convoité

Stéphanie Rist, probable candidate d’En Marche ! sur la 1ère circonscription du Loiret.

Dans le Loiret, comme dans toute la France, la moitié des candidats d’En Marche ! seront des têtes nouvelles issues de la société “civile” et l’autre moitié des élus déjà engagés en politique. Deux noms sont à peu près sûr: sur la deuxième circonscription, chargé d’aller chercher le scalp de Serge Grouard, l’ancien maire L.R. d’Orléans et proche de François Fillon, c’est Emmanuel Constantin, le référent d’Emmanuel Macron sur le Loiret qui s’y collera.

À gauche, Jean-Philippe Grand (EELV) a été investi par le PS et comme tous les écologistes “ne sait plus où il habite”, mais il maintient le principe de sa candidature. “Par respect du suffrage universel, M. Macron doit avoir une majorité. Dès lors, il y a une injonction pour que je rejoigne En Marche, mais je ne change pas d’avis. Je lance un appel à une grande coalition de ceux qui respectent le suffrage universel, des écologistes aux juppéistes. C’est possible sans renier ses valeurs.”

La France Insoumise aura aussi un candidat, Olivier Hicter et pour l’instant le Parti communiste a également le sien, Mathieu Gallois le secrétaire départemental du PC.

La bouteille à l’encre

À droite pour compléter le panel, le PCD (Parti chrétien démocrate) présentera une femme Alix de Courrèges et le Front national Nadine Boisgerault. Une vraie bouteille à l’encre, même si Serge Grouard pour son quatrième mandat partira favori. Dimanche, Emmanuel Macron a additionné les voix des électeurs de François Fillon et Benoit Hamon pour finir à 67%. Au premier tour le 23 avril, François Fillon y avait fait 21,1% et Emmanuel Macron près de 25% ce qui n’est pas un résultat fameux pour Serge Grouard, avec une Marine Le Pen à 20,9%

Stéphanie Rist sur la 1ère du Loiret

Sur la première circonscription, dont le sortant est Olivier Carré (L.R.) mais qui a choisi en raison du cumul de présider la métropole fin juin, Charles-Eric Lemaignen est désigné pour prendre le relais. En Marche ! présentera Stéphanie Rist Bouillon, médecin en rhumatologie à l’hôpital d’Orléans. A gauche, Olivier Jouin partira sous les couleurs du PS, alors que le FN présente Colette Poltarasky (56 ans). C’est sans conteste la circonscription la plus favorable, à priori, pour En Marche !. Emmanuel Macron y a fait 74,6% au second tour et était déjà haut le 23 avril à près de 29%. 

Sur les trois autres circonscriptions, 3-4 et 5, le Front national est en embuscade et les scores réalisés le 23 avril et le 7 mai doivent laisser songeur les trois sortants L.R., Claude de Ganay, Jean-Pierre Door et Marianne Dubois. Marine Le Pen y a réalisé dimanche, 42,3%, 46,3% et 43,7%. C’est sur qu’il y a  péril en la demeure.

Ch.B

Télécharger (PDF, 179KB)

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Qu’Emmanuel Macron obtienne une majorité absolue au parlement et il pourra mettre en œuvre à travers le mécanisme des ordonnances son projet économique qui peut s’analyser comme une baisse des coûts salariaux d’environ 20% afin de redonner la compétitivité qui manque à la France du fait de l’existence de l’Euro. Cette baisse des salaires sera obtenue soit directement soit indirectement par la destruction du code du travail et par le transfert sur l’impôt des allègements de cotisations sociales Cela va entraîner une explosion des inégalités, et un renforcement du pouvoir des plus riches et des plus puissants sur la société.
    C’est pourquoi, il est particulièrement important que le Parti d’Emmanuel Macron n’obtienne, ni de près ni de loin, la majorité au Parlement. Cela ne réglera pas les problèmes mais cela empêchera du moins des mesures nocives et destructrices d’être prises.

  2. Pour la première circonscription Ch B oublie , semble-t-il , à gauche , la liste conduite par une candidate Insoumise dont le mouvement a obtenu , à Olivet , deux fois plus de voix que le PS.

    Les électeurs de E M ne doivent pas être surpris , il avait annoncé sa volonté de gouverner par décret et Il est à craindre que les prochains parlementaires le lui permette .

    Les lendemains vont “déchanter” pour les républicains .

  3. Selon un sondage :
    – 16% des votants pour Macron ont voté pour son programme,
    – 8% pour sa personnalité,
    – 43% par opposition à Le Pen,
    – 33% pour le renouvellement politique.

    Assez incroyable la motivation des électeurs.Les francais se sont faits enfumés par la propagande politico médiatique et le “prétendu danger” que représenterait le FN, pire on leur a fait croire que Macron était le renouveau politique en occultant tout le vieil establishment politico financier qui ont tout fait pour le hisser à la présidence et qui se précipite pour les postes .
    Et ça a marché, quel manque de jugement de la part de ces électeurs. Ils risquent de vite déchanter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *