Indre-et-Loire : Emmanuel Macron large vainqueur de la Présidentielle

Ce dimanche 7 mai a vu Emmanuel Macron remporter l’élection présidentielle. En Indre-et-Loire, les électeurs ont placé Emmanuel Macron en tête avec 69,23% des suffrages exprimés. A Tours, le candidat En Marche obtient même 78,82% des voix. Un deuxième tour à l’abstention record également pour une Présidentielle puisque 22,97 % des électeurs se sont abstenus et 9% d’entre eux ont voté blanc ou nul. A Tours, si la soirée électorale fut d’un rare calme, partisans et militants étaient au rendez-vous.

19h39. Dans une grande brasserie de la place Plumereau. Les « macronistes » se sont donnés rendez-vous pour vivre tous ensemble le deuxième tour de l’élection présidentielle. A l’intérieur les militants sont excités. Sur les écrans, TF1 dissèque ses premières analyses et commentaires à moins de vingt minutes du résultat final.

19h45 :  les uns et les autres arrivent. On leur distribue des drapeaux français et européens. Dans d’imposants sacs noirs attendent les ballons déjà gonflés de la victoire aux couleurs bleu, blanc et rouge. Parmi les personnalités, des élus PS et ex-Modem mais aussi le directeur de cabinet de la Ministre de la Santé et des anciens adjoints de Jean Germain.

H-15 min avant les résultats. Les sourires sont sur les visages. Macron serait donné gagnant à plus de 63 %.

19h50 : les militants drapeaux français en main patientent. A côté de nous une militante, Laurence la cinquantaine souhaite « un renouveau et que la France s’en sorte ! Pour une autre, « on veut de l’espoir ! ».

19h55 : On entend crier « Allezzzzzzz ! » Les ballons sont prêts à être lancés. Philippe Chalumeau arrive. Le référent départemental du mouvement « En Marche 37 ! » s’est fait attendre. On entend autour des tables « Philippe, Philippe, Philippe ! » Encore 5 longues minutes pour tous ceux qui sont là. Certains trépignent.

 

 

20h00 : Le visage d’Emmanuel Macron apparait à l’écran. Il devient l’un des présidents les plus jeunes des démocraties occidentales. À 39 ans avec 65,5 % des suffrages, il accède à la magistrature suprême d’un pays profondément divisé. Mais ce soir, c’est la fête qui l’emporte. C’est la liesse chez les macronistes d’Indre-et-Loire… On chante « on est les champions ! “

Philippe chalumeau exulte. Pour lui, la soirée est importante et signifie beaucoup de choses pour l’avenir. Dès demain, les élections législatives commencent…  « Ce soir, je suis un homme heureux ! » nous déclare-t-il. Pour lui, « c’est aussi la joie mais aussi la responsabilité. Il faut réparer les fractures territoriales ». Lucide, Philippe Chalumeau essaye de rester modeste. Mais quand on lui parle de son champion, il se lâche : « Les Français vont aimer leur président. Ils ont envoyé un message clair et ils donneront une majorité claire au nouveau président ».

Pas loin du patron départemental des macronistes, un ex-élu PS de St-Pierre-des-Corps, Jean-Marc Pichon : « Cette victoire m’inspire de la confiance et l’ouverture d’un espace politique. Il faut éviter une cohabitation. Il faut refondre un pacte avec les collectivités territoriales. J’ai envie de dire aux Tourangeaux : Soyez cohérents ! ». Les mots de JM Pichon font échos à ceux de P. Chalumeau. Absolument faire barrage à une droite revancharde qui souhaite déjà être majoritaire à l’Assemblée Nationale.

Dehors, une militante investie de la première heure répond déjà aux questions des confrères de la Nouvelle République. Fabienne Colboc, probable candidate aux élections législatives sur la 4ème circonscription résume en un mot l’élection d’Emmanuel Macron, « incroyable ! Je souhaite qu’En Marche reste ouvert à tous. On a travaillé le projet avec beaucoup de monde, cela doit continuer ! ».

En attendant le discours de leur poulain, les macronistes continuent à diner et boire à la victoire du plus jeune président de toute l’histoire depuis l’avènement de la République.

19h45 : Dans le même temps, à une quinzaine de kilomètres de là, l’ambiance est toute autre. A Druye, où le FN a donné rendez-vous à ses militants, l’ambiance est plus mesurée forcément. Les militants arrivent au compte goutte à partir de 19h30. Impossible néanmoins de discuter avec eux, ni de savoir combien sont-ils. Les journalistes présents ont interdiction d’entrer dans le bar réservé par le parti de Marine Le Pen mais aussi de photographier ou discuter avec les quelques militants croisés avant que ceux-ci soient conduits rapidement à l’intérieur des lieux. Finalement c’est chez des voisins accueillants que les journalistes découvriront à 20h le visage du nouveau président de la République.

20h30 : Retour devant le QG d’un soir du FN 37. Véronique Péan, la présidente frontiste en Indre-et-Loire s’exprime. Elle sera la seule membre du parti frontiste que les journalistes pourront interroger. Drôle de conception démocratique… Véronique Péan peine à cacher sa déception, elle espérait mieux que les 35% obtenus. Néanmoins, préférant voir le verre à moitié plein, Véronique Péan se félicite de la barre franchie des plus de 10 millions de voix et donne rendez-vous aux Législatives.

21h30 : Un rassemblement de militants d’extrême-gauche s’élance de la place Jean-Jaurès. Une centaine de manifestants de la mouvance autonome, du Front de Gauche, de Solidaires… avancent rue Nationale aux cris de « Macron, pas mon président ». Arrivés Place Plumereau, les manifestants sont accueillis par un barrage des forces de l’ordre en tenues anti-émeutes, protégeant la brasserie où se sont retrouvés les macronistes. Ils repartiront finalement pour reprendre la manifestation dans les rues de Tours.

22h : Un dimanche soir classique se déroule à Tours. Quelques groupes discutent en terrasse, les rues sont vides, la Présidentielle est passée dans une certaine indifférence… Un nouveau quinquennat s’ouvre.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. J’ai voté Macron au 1er et 2eme tour des présidentielles.
    J’apprends que dans ma circonscription il n’y aurait pas de candidat de “La république en Marche” en face de Me Touraine. Je suis scandalisée et me sens trahie!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *