“Emily Dickinson, a quiet passion”, un biopic en chambre

Le film repose sur une sorte de projet impossible: raconter la vie d’une poétesse, Emily Dickinson, certes devenue célèbre mais qui, si elle sortit de sa chambre, ne quitta jamais la maison familiale de sa vie adulte. Car on peut être l’une des poétesses les plus importantes de la littérature américaine et mener une vie d’heureuse réclusion dans un univers à l’horizon très restreint: pas d’aventures lointaines, pas de sensations fortes même pas de romance sentimentale, la poésie écrite sur une petite table de sa chambre fut la seule passion d’une femme qui tout en étant très attachée à une famille d’une chaleureuse austérité,  brulait d’une révolte intérieure contre les préjugés de la société puritaine de la Nouvelle Angleterre du XIXe siècle.

Alors pourquoi faire un film sur cette vie minuscule (et accessoirement aller le voir) ? Parce que justement ce film réussit à restituer ce détachement contemplatif si propre à une écriture poétique, cette forme d’abstraction sentimentale qui donne à l’écrivaine cette sensibilité exacerbée qui ouvre le champ d’une poésie intime. Commençant à l’age adulte, le film ne nous inflige aucune explication de psychologie infantile, ni de traumatisme imaginaire pour comprendre ce génie poétique. D’ailleurs le film n’explique rien, il se contente d’essayer de nous faire vivre avec ce personnage superbement interprété par l’actrice Cynthia Nixon au milieu de sa famille et de quelques amies. Et si la mise en scène très minimaliste des extraits de poèmes lus en voix off sur des images de la poétesse écrivant est évidemment très insuffisante pour apprécier la richesse de l’œuvre, cette “vie avec” donne éminemment envie de lire cette poésie.

Alors bien sûr, la critique n’est pas forcément très gentille avec ce film de plus de 2 h où il ne se passe pas grand chose d’extraordinaire, mais cette incompréhension, n’est-ce pas la condition éternelle du poète, lui le “prince des nuées” tel l’albatros ?

Gérard Poitou

“Emily Dickinson, a quiet passion”
Un film de Terence Davies  2 h 5
Avec Cynthia Nixon, Jennifer Ehle, Jodhi May

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail