2000 emplois qui pourraient redonner le sourire

Le salon 2000 emplois, 2000 sourires se tenait jeudi 11 mai au Zénith d’Orléans. 111 exposants proposent des offres d’emplois pour tous types de demandeurs. Des ateliers permettent d’améliorer son CV, sa présentation, de se renseigner sur la e-réputation ou la création de son entreprise. 250 bénévoles à pied d’œuvre pour une opération menée par le médiatique Alex Vagner et son équipe.


Le salon qui donne la banane. Non pas qu’on y prenne les chercheurs d’emploi pour des singes, loin de là ! Plus de 100 exposants, publics et privés, dans une ambiance de start-up de l’emploi. Des écharpes roses pour identifier les 250 bénévoles, sans lesquels ce forum de l’emploi n’existerait pas. Bienvenue à 2000 emplois, 2000 sourires au Zénith d’Orléans.

En attendant celui de Châteauroux mardi 23 mai prochain (9h-17h à MACH 36), la cinquième édition orléanaise de ce salon inventé Alex Vagner et soutenu par la Région Centre-Val de Loire a attiré la foule jeudi 11 mai dernier. Parmi la centaine de propositions, un atelier réseaux sociaux, pour soigner sa « e-réputation », comprendre : sa réputation sur Internet. « Tous les recruteurs le font : dès qu’ils doivent recevoir un candidat, il passe son nom sur un moteur de recherche et regardent ce qui sort », explique Jessica Durand, jeune créatrice de Digi’com, qui accompagne les entreprises dans leur communication sur les réseaux sociaux. « Mais les candidats font la même chose », ajoute Sabrina Kecheroud, fondatrice de SaKom-unique, jeune start-up de conseil en community manager et web à 360°. « Ils peuvent vérifier que l’entreprise dans laquelle ils postulent est bien conforme à leurs aspirations ». En matière de recherche d’emploi, les jeunes candidats – et même les plus âgés – oublient parfois les choses les plus basiques : ne pas mélanger ni confondre vie privée et vie publique. Pas toujours facile à l’époque où tout et souvent n’importe quoi est posté sur Facebook ou Twitter. « On leur dit : fais-toi beau pour le web », ajoute les deux jeunes femmes, très au fait des réseaux sociaux et de la manière de s’y représenter. Avec elles, les candidats ouvrent leurs profils Facebook, Twitter, Viadeo et Linkedin, et se font conseiller sur la manière de s’y présenter.

Un peu plus loin, c’est un atelier RH (Ressources humaines) qui attend les candidats. Là, il est possible de présenter son CV en vue de l’améliorer, ou prendre des conseils vestimentaires pour le jour d’un entretien. 50 spécialistes RH d’entreprises avec 50 conseillers Pôle emploi ou Mission locale donnent des conseils « bienveillants, pour des jeunes qui souhaitent être mis en contact ensuite avec des services RH », explique Rachel Hardy, consultante RH elle-même. « Par quoi commencer ? Qui peut m’aider ? Comment financer ? sont les questions qui reviennent le plus », explique-t-on du côté des accompagnateurs, Jeune Chambre économique, Réseau Entreprendre, et membre de l’association Couveuse d’entreprise. C’est de cet accompagnement-là qu’a bénéficié le paysagiste Hervé Ben Hamou : « C’est primordial. Il faut d’abord faire vérifier la faisabilité du projet. Etre accompagné par la Couveuse peut éviter l’échec », avoue-t-il. Pendant un an, la Couveuse d’entreprise accompagne les porteurs de projets, et teste l’activité avant le démarrage réel. Tout l’argent qui rentre sert à engranger de la trésorerie en vue de l’envol effectif.

L’arrivée d’Emmanuel Macron, qui n’a pas caché son envie de simplifier et de libérer les énergies pour entreprendre plus facilement, est-il un bon signal pour ces jeunes entrepreneurs et accompagnateurs d’entrepreneurs ? « C’est sûr, ça n’est pas décourageant pour nous, au contraire. Souplesse, fluidité, statuts simplifiés : tout cela est bon pour l’entreprise. Car la marche est haute entre la micro entreprise, utile pour démarrer, et l’entreprise réelle. Mais ceux qui savent déjà bien maîtriser la micro entreprise maîtriseront bien la suite ». Ne pas rater la marche, en somme…

F.Sabourin.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. ça y est on y est en macronésie !…la startupisation, l’uberisation, l’uniformisation, la e-standardisation, la sphérisation, la bêtonnisation, la globalisation, la costarisation, la marchandisation, l’américanisation de la France et la marchandisation des français, comme autant de brebis et moutons, qu’ils faillent acheter, tondre, revendre…! comme de vulgaires produits perrisables ou consommables !, sommes-nous réduits en de simples produits empackagés, de simple sous-produits, sommes-nous robotisés et la France deviendra t’elle une simple province américaine, un simple landers allemand !? ou est passé le charme provinciale d’antan à, la française que le monde entier nous enviés ? celui de la Provence !, de la Catalogne !, de la Touraine ! de charmes de Paris ! de Lyon ! des Antilles ! de la Bretagne !…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail