Loir-et-Cher : la Région entre au capital de Territoires Développement

Le Conseil départemental de Loir-et-Cher cède à la Région Centre-Val de Loire 54.175 actions (5,58 M€ soit 26,28 %) de Territoires Développement. Elle devient actionnaire majoritaire. Une conséquence de la loi NOTRe et de la compétence économique désormais régionale. En 2015, Territoires Développement a généré 3,4M€ de chiffre d’affaires et affiche 25M€ de fonds propres et 15M€ de trésorerie. Cette Société d’économie mixte patrimoniale existe depuis 2003. Claude Beaufils, ex conseillé départemental restera encore quelque temps président de cette Société d’économie mixte.

François Bonneau et Maurice Leroy lors de la signature officielle de cession de 54.175 actions de Territoires Développement.

« C’est un outil mal connu et très technique, au service du développement économique dans le département », explique Claude Beaufils (président de la Société d’économie mixte Territoires Développement) devant les conseillés départementaux de Loir-et-Cher réunis en session plénière en présence du président de Région François Bonneau. « Cette SEM permet de porter des projets immobiliers de grande ampleur. Ce faisant, elle favorise les créations d’emplois, grâce aux bénéfices dégagés dans les opérations patrimoniales qui crédibilisent les futures acquisitions », ajoute encore cet ex chef d’entreprise au pragmatisme éprouvé. Il donne ensuite trois exemples industriels qui illustrent à eux seuls à quoi sert le « machin ». Trois dossiers complexes qui réclamaient du doigté dans un contexte d’urgence économique, en prenant les bonnes décisions, ont permis de sauver des entreprises et donc des emplois…

Les deux tiers de la SEM pour la Région

Quand la société Técalémit Aérospace traversait un trou d’air dans son carnet de commande, les banques ne suivaient pas pour financer la recherche et développement (R&D) dans le cas d’hypothétiques contrats avec Airbus pour l’A350. Le rachat d’une usine assez vétuste par Territoires et développement a permis à Técalémit d’utiliser cet argent pour la R&D et de décrocher des contrats de sous-traitance pour 9 ans, de doubler ensuite les effectifs et d’éviter un départ de l’usine à Lyon.

Les banques ne suivaient pas non plus pour l’usine Treca qui était installée à Beaugency. Grâce à un portage de Territoires et développement, le pari de la rentabilité fut gagné et l’usine Treca déménagea de quelques kilomètres pour s’installer à Mer.

Enfin, dans l’affaire Caillau à Romorantin (colliers de serrage pour l’automobile et l’aéronautique), au bord de la cessation de paiement fin 2015, le montage d’un plan de redressement avec de nouvelles forces vives à la direction financière a permis, là aussi, le sauvetage de l’usine, le doublement des emplois (230 en 2003, 535 en 2017) et la construction actuellement d’une nouvelle usine de 30.000 m². 1 million d’euros avaient été débloqués en urgence par le Département.

C’est cette SEM Territoires Développement que cède pour partie les élus de Loir-et-Cher à la Région Centre-Val de Loire, dans le cadre de ses nouvelles compétences issues de la loi NOTRe d’août 2015. 54.175 des 80.224 actions sont cédées, pour un montant de 5,580 M€ (103 € par action). Une négociation rondement menée par François Bonneau et Maurice Leroy (président du Conseil départemental de Loir-et-Cher), qui ont mis de côté leurs clivages politiques au service de l’intérêt général et économique. La Région Centre-Val détient donc désormais les deux tiers des actions de Territoires et Développement. « Un grand moment pour l’économie régionale », se réjouit François Bonneau. « Il fallait dépasser les batailles d’égos, de logos et les divergences politiques », a quant à lui rappelé Maurice Leroy, « au début des années 2010, notre Département et Agglopolys détenaient chacun sa SEM patrimoniale et sa SEM d’aménagement. Résultat : peu d’efficacité et peu de rentabilité, et risques de concurrence stérile ».

F.Sabourin.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail