Orléans : création d’une réserve communale de sécurité civile

Pour faire face aux situations de crise notamment liées aux inondations, et mettre en place un cadre juridique adapté, le conseil municipal d’Orléans du 15 mai a délibéré sur la création d’une réserve communale de sécurité civile. 50 bénévoles devraient être recrutés d’ici à septembre et formés avant la fin 2017. À terme, 200 bénévoles devraient intégrer cette réserve communale.

Villemandeur ©D.C. Radio C2L

Même si les inondations de juin 2016 n’ont pas directement touché Orléans, elles ont fait réfléchir sur l’utilité d’une réserve de bénévoles formés pour faire face à des tâches basiques mais très utiles dans les situations de gestion de crise. Aider la commune et les services de secours dans des missions simples et non dangereuses : c’est la mission assignée par la loi d’août 2004 sur la modernisation de la sécurité civile. « Il s’agit de renforcer les capacités locales de gestion de crise, en mettant à disposition du maire des moyens humains supplémentaires en cas de crise. Mais surtout organiser la mobilisation des bonnes volontés qui se présentent dans ses moments-là », explique le conseiller municipal L.R. François Lagarde, rapporteur de la délibération. Exemple : en cas de crue majeur de la Loire, le personnel municipal aurait besoin de renforts externes, en matière de communication, d’hébergement, d’action sociale et de santé, de logistique et d’intervention, d’alerte et de mise en sécurité des populations déplacées, etc. « 25.000 habitants sont directement concernés à Orléans par les risques inondations », précise Sophie Anton, adjointe déléguée au développement durable et risques majeurs, « cette réserve communale permettra aussi de maintenir la culture du risque et sensibiliser les populations ».

Les bénévoles volontaires pour intégrer cette réserve seront naturellement formés, leurs missions seront précisément définies et participeront à des exercices réguliers, de montage de centre d’hébergement, d’accueil et d’enregistrement des sinistrés, etc. Une procédure de recrutement va être lancée, d’ici septembre les 50 premiers réservistes vont pouvoir recevoir les premières formations, et l’objectif à terme est de disposer d’une réserve communale de sécurité civile d’environ 200 personnes.

F.Sabourin.

La Ferté-Saint-Aubin : Constance de Pélichy recrute aussi une réserve citoyenne

Le Cosson a débordé à La Ferté-Saint-Aubin.


À la Ferté-Saint-Aubin, samedi 13 mai dernier, une réunion d’information sur la réserve communale citoyenne était organisée à l’invitation de Constance de Pélichy, maire de la commune. « Au moment des inondations, on était complètement débordé. Des gens voulaient aider, mais ne savaient pas où aller et comment faire, d’autres n’étaient pas suffisamment efficaces faute de moyens de communication et de formation, et on s’est rendu compte que des gens pouvaient même se mettre en danger en voulant aider », explique-t-elle. « L’objectif est surtout d’avoir une liste à jour ». La gendarmerie et les sapeurs pompiers ont participé à cette première réunion d’information. « Dans le sud de la France, j’ai remarqué que ces réserves civiles se faisaient fréquemment », précise encore Constance de Pélichy. Et à Orléans aussi, donc.

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Les secours aux sinistrés lors des dernières inondations ont trop souvent relevé de l’improvisation, notamment pour les petites communes. J’espère que d’autres vont suivre l’exemple d’Orléans, qui a mis du temps pour prendre cette initiative.
    Les risques sont importants : industrie nucléaire, chimique, pétrolière, inondations, accidents d’avions, trains et autoroutes, terrorisme, etc.
    A terme, cette réserve devrait être à mon avis, mutualisée au niveau de la Métropole.

  2. Pingback: Mai 2017 | Amaris

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail