Législatives : Rama Yade ose le Loir-et-Cher

Rama Yade, ex Secrétaire d’État aux Affaires étrangères et Droits de l’Homme, ex Secrétaire d’État aux sports et ancienne conseillère régionale d’Ile-de-France brigue le fauteuil de député de la 1ère circonscription de Loir-et-Cher. Un parachutage osé pour celle qui a lancé son propre mouvement, La France qui Ose. Un parachutage dont elle se défend, malgré les propos tenus sur “cette méthode des vieux partis complètement déconsidérés”.

Rama Yade.

« Qui ose gagne ». C’est la devise des parachutistes du 1er RPIMa de Bayonne. « La France qui ose », c’est le nom du mouvement créé par Rama Yade en avril 2016, dans la perspective de renouveler l’offre politique, et d’être candidate à l’élection présidentielle. Quelques mois et 353 parrainages plus tard – qui n’ont donc pas suffit – c’est en Loir-et-Cher qu’elle a décidé, avec Christelle Ferré conseillère municipale de Blois et ex-UDI, de se présenter aux élections législatives dans la très convoitées 1ère circonscription. Un « parachutage », en quelque sorte… « Un parachutage, c’est quand on a déjà un mandat électif ailleurs. Or je ne quitte pas un mandat. Je suis libre », tranche-t-elle d’emblée, pour qu’on la comprenne bien. « Je n’avais pas vraiment envisagé de me présenter, mais plutôt d’accompagner des candidats de la France qui ose. Ce sont eux qui sont venus me chercher. L’ancrage est favorisé par Christelle Ferré, ma suppléante, et la présence ici d’une équipe opérationnelle », ajoute l’ex ambassadrice de France auprès de l’Unesco (2010-2011). C’est en charge du patrimoine dans cette instance internationale qu’elle fait une première fois connaissance avec le département : « Le Loir-et-Cher possède un patrimoine d’exception. J’ai tissé des liens avec lui, il fait rayonner le département. Mais il y a ici aussi un besoin de représentation nationale, porter haut l’image de Blois », dit-elle. Renouer avec l’image d’un prétendu âge d’or sous Jack Lang ? « Beaucoup m’en parlent. Blois a tous les atouts et une identité historique ».

“Des fiançailles. On espère le mariage”

Mais la 1ère circonscription, ce n’est pas que Blois : il y a aussi les communes rurales, jusqu’à la Vallée du Cher… Quel enseignement retient-elle de son échec à rassembler les 500 parrainages ? « Il faut s’y prendre plus tôt ! » souffle-t-elle franchement. « Le temps a manqué. Cela dit, quand je vois que Michèle Alliot-Marie ou Henri Guaino, qui sont beaucoup plus capés que moi n’ont obtenu qu’à peine 30 parrainages, je me dis que ça n’est déjà pas si mal d’en avoir obtenu 353 ». Dont 8 en Loir-et-Cher. Aux législatives de juin prochain, environ 350 candidats se présenteront sous la bannière La France qui ose : « Associés à des mouvements citoyens, des écologistes, des mouvements régionalistes ». En clair : la fameuse France des territoires. Sur ce sujet, que perçoit-elle du caractère particulier des Loir-et-Chériens, qui, comme les Normands, sont eux aussi « violemment modérés » tout en ayant un gros penchant pour le FN dans la ruralité ? « C’est un territoire centriste et humaniste. En ce sens, on se ressemble. Ce ne sont pas des fiançailles par hasard, on espère le mariage. Les gens veulent que ça bouge, ne plus subir. Ils veulent un élu qui puisse les engager au niveau national. Attirer les entreprises, les sièges sociaux : un député ne peut faire ça que s’il a du poids au niveau national ».

Une circonscription “sacrifiée”

Rama Yade et Christelle Ferré.

Mais avant de rêver à la réputation nationale ou internationale de sa circonscription, il faut d’abord l’arpenter. Du marché de Montrichard à celui de la place Louis-XII de Blois, en passant par les réunions de quartier, dont celle de Blois-Vienne lundi 15 mai en soirée. Au programme : les travaux d’aménagement de l’avenue Wilson, les odeurs d’égouts, le tri sélectif et les problèmes de poubelles qui débordent, la réduction de la vitesse sur l’avenue et la navette qui ne vient pas jusqu’en Vienne… Du pragmatisme, pour l’ex Secrétaire d’État fille d’une professeure de lettres et d’un diplomate qui fut un temps secrétaire particulier de Léopold Sédar Senghor. « Pour chaque quartier il y a une problématique spécifique », relève-t-elle. « En Vienne, c’est visiblement la tranquillité publique et l’urbanisme. Une somme de petites choses qui ne nécessitent pas de faire beaucoup pour être réglées. Mais la circonscription, ce sont 45 communes, la plupart dans la ruralité ». Justement, comment réagissent les Loir-et-Chériens qu’elle rencontre sur les marchés ? « Ils n’arrivent pas à y croire, et puis les habitudes se prennent très vite. Avec Christelle Ferré, qui a des relations sur le terrain depuis des années. On échange sur le projet, les discussions sont intéressées. Les gens sont en attente d’une manière nouvelle de faire de la politique, d’une diffusion de l’information plus rapide. Dans le contexte actuel, on a l’impression que cette circonscription est sacrifiée ».

“On y va pour gagner”

Renouvellement des méthodes, favorable à un seul mandat électif, assainissement et moralisation de la vie politique, honnêteté… Et si Rama Yade avait été « Macron-compatible », malgré des propos plutôt durs tenus en début de campagne sur le futur Président ? « Nous avons été sollicités par le comité En Marche ! de Loir-et-Cher. Certains membres ont décidé de nous aider. C’est aussi pour ça que c’est dommage d’avoir investi Marc Fesneau candidat sur cette circonscription. Personne n’avait imaginé un candidat avec déjà un certain nombre de mandats, qui plus est élu sur la 2e circonscription (Marchenoir, Ndlr). Marc Fesneau, c’est plus le MoDem que La République en marche », se lamentent Rama Yade et Christelle Ferré, « mais nous, on y va pour gagner ! ». Et on revient sur la devise des parachutistes de Bayonne…

F.Sabourin.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Madame Rama Yade est un atout et une chance pour la France j’aurai bien aimé l’avoir comme candidate.Chose rare chez les politiciens de nos jours, cette dame ne vit pas de la politique.
    Les Loir-et-Che riens, vous avez la meilleure candidate.
    Votre voix sera bien portée.

    • ah oui !! elle vit de quoi alors ?
      pourquoi blois .. pas loin de paris ?
      non mais je rêve ! on n’est pas au monopoly !!

  2. Bon papier qui plante le décor. Je ne doute pas de sa compétence sauf qu’une des missions d’un député est d’expliquer les projets de lois et l’ambiance national sur une circonscription d’où une proximité avec les habitants et élus.
    Au passage toujours bon F Sabourin !
    Alain Amiot

  3. Toute considération politique mise à part, nous avions un excellent député, compétent, proche des gens, disponible et humble. Sans rien enlever aux qualités intrinsèques de Mme Yade, nous aurons à la place une couverture de Paris-Match. Où est la moralisation tant attendue ?

  4. C’est mlle ferré qui la poussée, comme pour la recherche de signature, sans elle, l’ex sarkosiste de venait pas se parachuter .Rama yade est reputée pour avoir mauvais caractère, elle s’est fachée de fait avec tout le monde partout ou elle est passée et n’a pas respecté ses engagements politique promis au départ.
    Elle m’a énormément deçue . Elle n’a rien a faire dans le loir et cher , elle n’est la que pour recuperer pour sa propre pomme a l’image des autres.

  5. Voilà une candidate qu’il me plairait de soutenir. Je l’apprécie beaucoup par son style son intelligence Tous mes voeux de réussite pour cette élection

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail