Les lieux mémoriaux peuvent-ils raconter l’indicible ?

/// Conférence

L’exemple du Mémorial aux juifs assassinés d’Europe de Berlin

par Laurent Aucher, maître de conférences en sociologie à l’Université d’Orléans, chercheur au CEDETE (Université d’Orléans), membre du LCSP (Université Paris Diderot)

Si, à l’instar de la madeleine de Proust, les « lieux de mémoire » jouent un rôle essentiel dans le maintien et le rappel des souvenirs individuels, ils sont aussi porteurs d’autres enjeux, notamment sociaux. 

S’appuyant sur une enquête par observations des pratiques de visite réalisée à Berlin en juillet 2014 au Mémorial aux Juifs assassinés d’Europe (Denkmal für die ermordeten Juden Europas) de Peter Eisenman, le sociologue montre que cet espace mémorialisé n’est pas neutre. Plus encore, il est celui duquel sourdent des comportements paradoxaux : alors même qu’il est conçu pour un usage mémoriel, le dispositif architectural d’Eisenman favorise des attitudes liées à la société de consommation et de loisirs.

Jeudi 18 mai 2017 à 18h

Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv 45 Rue du Bourdon Blanc, 45000 Orléans
Il est prudent de réserver: 02 38 42 03 91

Dans le cadre de la Journée internationale des Musées

Musées et histoires douloureuses : Dire l’indicible dans les musées






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail