Loir-et-Cher : Du pain, des insectes et du chanvre dans les assiettes

Deux jeunes entreprises agro-alimentaires ont intégrées l’extension de l’incubateur Food Val de Loire à Contres. 405 m² inaugurés le 16 mai, portant la surface totale à 1.000 m². Les deux entreprises développent des alternatives alimentaires à base de produits inédits.

Qui veut goûter le Gryö, encas aux protéines d’avenir ?

Des barres céréalières à la farine de chanvre ou d’insectes. Du pain recomposé fabriqué à partir de n’importe quelle protéine animale, végétale ou de lait. Les deux entrepreneurs qui viennent d’intégrer l’incubateur Food Val de Loire, à Contres, ne manquent ni d’idées ni d’audace. Julia Berdugo et Olivier Paurd développent chacun à leur manière les produits alimentaires de demain.

Julia Berdugo, entreprise Gryö, dans l’incubateur Food Val de Loire à Contres (41).

Gryö, la marque créée par Julia – qui ne se prédestinait pas forcément à l’agro-alimentaire en intégrant Sciences-Po Strasbourg – vise la clientèle de Belgique, du Royaume-Uni et de France avec des en-cas de snacking sous forme de barres céréalières à la composition étonnante : farine de chanvre ou d’insectes, essentiellement des grillons et ténébrions. Pour ces derniers, la législation est encore un peu floue, mais le succès est peut-être déjà là. « L’idée a germée suite à la lecture d’une étude de la FAO en 2014 sur la valeur nutritionnelle des insectes. Cette étude a été énormément lue et elle est à l’origine de beaucoup de projets », explique-t-elle, volubile et motivée. « Mais il existe encore des freins psychologiques sur les insectes. C’est pour ça qu’on utilise la barre de céréales pour noyer le produit ». À 2,5 € la petite barre aux protéines végétales ou de grillons, vendues par lots entre 30 € les 12 et jusqu’à 48 € le lot de 48, le produit n’est pas encore grand public : il ne se trouve pour l’instant que sur Internet, dans les épiceries fines, la Grande Épicerie à Paris, et… à Chambord.

Aider et encadrer le développement des jeunes start-up agro-alimentaires

Olivier Paurd développe lui des processus industriels pour fabriquer du pain à partir de protéines animales, végétales ou de lactose. Fort du constat édifiant que le snacking génère environ 340 milliards d’euros de chiffre d’affaires par an dans le monde, avec une croissance de + 5 % en 2016 et en France, il constate également qu’il y a beaucoup de pertes. « La plupart des aliments fabriqués ne sont pas vendus ni mangés, donc jetés. C’est une perte importante en matières premières ». Il a donc eu l’idée de développer un produit différent dans le monde du snack. N’Bread vise les industriels de l’agro-alimentaire, en mettant au point des machines avec Sermatec, l’entreprise aux 35 salariés basée à Vineuil sous la direction de Brice Lacube.
« Un très beau projet », s’est également réjoui Alain Courtois, président du Comité d’agrément de l’incubateur Food Val de Loire, « il faut aider en proposant un encadrement sérieux ces jeunes qui montent des start-up. On sait que c’est en amont et dans le démarrage que tout se joue ».

F.Sabourin.

“La question que tout le monde se pose” : l’incubateur Food Val de Loire à Contres : c’est quoi ?

1000 m² d’ateliers, dont 405 m² inaugurés le 16 mai (budget 470.000 €). Les start-up Comme des Papas et Terra Cérès voient donc les rejoindre deux nouvelles start-up : Gryö et N’Bread. « L’incubateur examine des dizaines de projets, et propose un contrat d’accompagnement. L’ensemble plus vaste est ce cluster d’entreprises – 160 au total – qui partagent un même secteur d’activité. Une cinquantaine de réunions thématiques ont lieu chaque année depuis la création, en 2014. A l’origine c’était un peu un pari », explique Yvan Saumet, président de la CCI.
Cinq composantes déploient les activités de ce pôle d’entrepreneuriat en agroalimentaire : le cluster d’entreprises, l’incubateur d’innovation, une cellule d’intelligence, un agroparc d’activités et des synergies d’activités. L’incubateur permet d’accompagner et d’héberger les activités novatrices.

L’Agroparc de Contres, initiative portée par la CCI de Loir-et-Cher et la Communauté de communes du Val de Cher-Controis, dispose de 35 hectares, dont 16,5 viennent d’être cédés. Les parcelles en vente vont de 3.000 m² à 30.000 m².

Inauguration de l’incubateur Food Val de Loire (Contres, Loir-et-Cher).

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail