Tours: La Barque, le bar social remis à flots

Samedi matin, rue Colbert, le café La Barque a réouvert ses portes après deux mois de fermeture.

Derrière le comptoir on retrouve Léo Pruvost, président de l’association « Barque to the future », la nouvelle association qui a repris le lieu et ses activités. De l’autre côté du comptoir, quelques habitués sont également présents et n’auraient pas pu manquer la réouverture nous dit l’un d’entre eux : « C’était obligé que je passe dès le premier jour » dit-il à Sylvain, le trésorier de l’association, le sourire franc. « Avant j’étais en foyer, ce lieu était très important pour moi. Maintenant j’ai un appartement mais pour tous ceux à la rue, c’est important ce lieu en centre-ville ».

La Barque rouvre avec les mêmes objectifs que par le passé : créer de la solidarité, favoriser la mixité sociale, œuvrer à l’insertion et à la réinsertion. Des objectifs qui ne peuvent être remplis qu’à condition d’avoir pignon sur rue, dans une rue passante explique Léo pour qui La Barque ne pouvait rouvrir que rue Colbert. Une localisation qui prend tout son sens dans le projet porté et la volonté de créer du lien social. Ce lien social, il s’exprime déjà en ce samedi matin quand une heure à peine après la réouverture, un homme cherchant un endroit pour faire quelques photocopies est accueilli par Léo qui tout naturellement lui rendra service en faisant les copies en question sur l’imprimante présente dans le bureau. Un exemple parmi d’autres des petits gestes du quotidien qui expriment cette solidarité prônée.

Et si certains par le passé ont agité le mouchoir rouge sur La Barque, la majorité du voisinage voit toujours d’un bon œil cette présence. Une bienveillance qui a été testée et approuvée ces dernières semaines avec la tombola de soutien organisée et relayée chez plusieurs commerçants de la rue. « Il y a un regard amical sur La Barque, le voisinage comprend ce que l’on fait. De notre côté, comme c’était fait avant, on sera vigilants et on discutera beaucoup avec les usagers pour éviter des débordements éventuels » explique Léo. Un soutien qui dépasse également le cadre de la rue Colbert, de nombreuses structures associatives ou politiques ayant apporté leur soutien à « Barque to the Future » dans sa reprise des activités, à l’instar de membres d’EELV venus apporter un chèque de 500 euros en soutien ce samedi matin. « Même du côté de la Mairie, nous les avons rencontrés et ils nous ont donné des conseils. Il y a une reconnaissance de notre travail » poursuit le président de l’association.

Pourtant, tout n’était pas gagné au départ, avec une association gestionnaire en redressement judiciaire, puis liquidée et donc un lieu fermé, il a fallu travailler dans l’urgence pour l’association repreneuse. A partir de l’AG constitutive qui s’est tenue le 20 février dernier, il se sera finalement passé que 3 mois jusqu’à la réouverture des lieux. « Nous voulions réouvrir vite pour ne pas pénaliser les usagers et parce qu’une fermeture longue aurait rendu plus difficile une réouverture derrière au même endroit». Une ouverture qui n’est qu’un début, l’association gérant le lieu pour le moment uniquement avec ses bénévoles, avant d’ici la rentrée de pouvoir embaucher un salarié en Cap Asso, le dispositif d’aide à l’emploi associatif de la région Centre-Val de Loire.

«  Barque to the future » doit maintenant se structurer pour durer. « Nous allons essayé d’être moins dépendants des subventions, de multiplier les actions culturelles en extérieur par exemple ». Des actions culturelles qui auront plusieurs intérêts comprend-on à écouter Léo Pruvost, de faire rentrer de l’argent dans les caisses donc, mais aussi de faire parler de La Barque dans d’autres lieux et d’aller chercher de nouveaux usagers en facilitant le premier pas. « Nous sommes attachés à l’ouverture du lieu à tous et à la mixité, nous pensons que cela peut être un bon moyen d’y arriver ».

Des actions sur l’extérieur qui sont enfin un excellent moyen de permettre aux usagers en précarité de garder un contact sur la société. Jardins partagés, construction de bateaux avec l’école de batellerie de la Rabouilleuse ou encore sorties culturelles grâce à Cultures du Cœur sont autant de projets qui devraient de nouveau voir le jour à l’avenir.

Mathieu Giua

http://www.37degres-mag.fr/

Pour comprendre ce qu’est La Barque, (re)lire : La Barque : un charmant café pour personnes à la dérive

Et pour aller plus loin sur le sujet relire les articles précédents sur le café La Barque






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail