Elections legislatives - Les resultats en temps reel

Région: le Parti Socialiste au bord des crises de nerfs

Le Parti socialiste continue de partir en vrille. Dans la région Centre-Val de Loire, c’est le cas que Marisol Touraine qui est sous les projecteurs des médias nationaux. Mais dans le Loiret, le PS part aussi dans tous les sens. 

Marisol Touraine , du temps où elle était une icone du PS, ici avec Olivier Frézot (Archives)

Ainsi sur la 3 ème circonscription d’Indre-et-Loire (Loches), une cinquantaine de socialistes appellent tout simplement à ne pas voter pour l’ancienne ministre de la Santé des gouvernements sous François Hollande,  et “à porter leur voix sur les candidats fidèles aux valeurs de la gauche et de l’écologie”; En l’occurrence une candidate EELVA l’origine, Marisol Touraine (ancienne présidente du conseil général puis députée qui avait laissé son siège à Jean-Louis Beffara, une fois ministre), s’était présentée sous les couleurs du PS. Pour autant, En Marche n’avait pas investi de candidat sur cette circonscription, estimant sans doute Mme Touraine “macro-compatible”, elle même se voyant bien à nouveau ministre d’un gouvernement d’Edouard Philippe. Sauf que, une fois “seule en piste” Marisol Touraine s’est présentée sur ses affiches et dans sa profession de candidature désireuse “d’inscrire sa candidature dans le cadre de la majorité présidentielle” et sans le label socialiste. Impossible dès lors que les dépôts de candidatures étaient terminés, pour le PS Lochois de lui opposer un socialiste.

Investis par les militants par par des DRH

Alain Dayan.

“La moindre des choses est de respecter la ligne et les règles du parti”, proteste Alain Dayan, secrétaire régional du PS. “Nos candidats sont investis par des militants, pas par des DRH…J’aurais voulu qu’il y ait un député de gauche sur cette circonscription”.  Clairement Marisol Touraine qui a senti le vent tourner veut jouer sur les deux tableaux, PS et République en Marche. “Une confusion terrible” pour Alain Dayan.

Laurent Baumel frondeur sous Hollande qualifie aussi l’attitude de Mme Touraine “d’opportunisme scandaleux”. En Touraine les défections se succèdent, certains élus  partent vers En Marche et Pierre-Alain Roiron, maire de Langeais et président du CRT (Comité régional de Tourisme), a démissionné de la direction de son parti selon nos confrères tourangeaux de 37 Degrés.

Dans le Montargois, des socialistes soutiennent le candidat PC

Jalila Gaboret.

J

Dans le Loiret aussi, le PS est au bord de la crise de nerf. Par exemple, sur la 4 ème circonscription (sortant Jean-Pierre Door, maire LR de Montargis), trois socialistes dont un conseiller municipal d’opposition, Christophe Bellabes ont appelé à soutenir le maire PC de Chalette-sur-Loing, Franck Demaumont. Celui-ci, signataire pour Mélenchon à la Présidentielle, a bénéficié de la mansuétude de la France Insoumise qui ne présente pas de candidat sur cette circonscription.

Mais pour le secrétaire départemental Olivier Frézot la candidate du PS s’appelle bien Jalila Gaboret et une procédure d’exclusion aurait été initié contre les trois Montargois. L’élue d’Amilly et du conseil régional, soutenue par le gratin du PS lors de son lancement de campagne, est parvenue au second tour en 2012. Mais les données ont changé. Au 1er tour, Marine Le Pen était à 30% et seule la gauche unie pourrait empêcher semble t-il un duel Door-Marchetti (FN) au second tour. Quant à la troisième circonscription du Loiret, le PS qui n’y a pas présenté de candidat, ne sait plus où il en est avec une candidate Jihan Chelly (REM) qu’il a soutenu aux municipales et un candidat EELV.

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1.  »Il faut aller plus loin comme disent les politiques, » le Parti Socialiste a dépassé les bords et se trouve « dans la crise de nerfs ». Ajoutons-y une crise de foi générale, et chez les militants lambdas, une crise de foie pour les plats de couleuvres qu’on leurs sert chaque jour.
    On ne voit personne encore pour raviver la petite flamme socialiste qui doit bien clignoter quelque part. Les jeunes socialistes souffrent trop de leurs hérédités partisanes confuses, pour apporter de l’espoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail