Majorité absolue pour l’USO au second tour des barrages, Orléans reste en Ligue 2 !

 

À la source d’une ascension par Paul Jozet.

Décidément ce week-end, les équipes parisiennes n’ont pas eu la partie facile devant les formations du Val de Loire. C’est fait, Orléans qui avait gagné à l’aller à Charléty sur le même score à minima, 1-0, reste en Ligue 2 la saison prochaine.

Chaude ambiance au stade de La Source.

Après la belle prestation, tout en douceur angevine, hier au stade de France, retour à la ligue 2 et à ses barrages, avant la guerre de Troyes, partie en bataille navale à Lorient pour ne pas perdre le Nord et pour retrouver un football champagne.

Sous un soleil de plomb, Orléans est attentiste jusqu’à deux magnifiques occasions de Nabab aux 20e et 30e. Sur les contres parisiens, Belkalem veille au grain, irréprochable par ses tacles tranchants. 7.372 spectateurs assistent à ce match, le record de la saison.

Canicule et attente de palmarès

Un soir de palmarès à Cannes, penser au film tourné en Beauce, Canicule, ne s’impose guère, mais l’esprit vagabonde tant Paris domine sans être véritablement dangereux. Et c’est Karim Ziani en contre à la 39e qui vient caresser la lucarne comme en un symbole de soirée de gala. Après la pause, Youssouf place un coup franc au-dessus de la barre. Mais les Orléanais reculent à nouveau au point de multiplier les fautes. À la 53e, Bouby prend un carton et provoque un coup franc à l’angle des 18 m, avant une nouvelle faute orléanaise à la 57e qui ne donne rien.

À nouveau, c’est l’USO qui se procure les meilleures occasions : à la 65e Bouby frappe directement un coup franc sous la barre, mais le goal parisien la sort d’une claquette, avant un centre-tir fuyant de Nabab à la 68e.

On en vient à tendre le dos, à craindre le but casquette qui condamnerait à des prolongations périlleuses, quand Paris rate le cadre et l’égalisation sur les deux matchs à la 70e sur un beau centre en retrait.

L’ultime pause boisson n’est pas de trop pour relancer les ardeurs des 22 acteurs, liquéfiés par la chaleur caniculaire.

Ziani, le capitaine de l’USO, a parfaitement mené le jeu de l’USO.

Le dernier de Nabab

Sur une géniale ouverture de Ziani à la 74e Baretto affole la défense, et sur le corner Nabab marque de la tête à la 75e.1-0!

Gomis et N’Goma sortent, remplacés par Ligoule et Armand, les vieux grognards revenus de la légende du National.

Mais Paris reste dangereux sur un centre qui file à la 83e et Renault sauve encore à la 84e devant 7.372 spectateurs ravis d’applaudir la sortie du buteur du soir, Livio Nabab, et la rentrée de Dupuis.

Droit au but pour Orleans Métropole !

Une belle sortie de terrain pour les joueurs de l’USO.

À la 87e Ziani vendange la balle de break. Derrière, Renault continue d’assurer comme s’il avait joué toute sa carrière entre Le Mans et Niort.

À la 90e Armand seul devant le gardien perd son duel, et sur le contre les Parisiens trouvent le poteau.

Le temps additionnel est encore intense avec deux incroyables occasions pour Barreto qui régale avec un sombrero, mais rate le cadre. Peu importe, tout le stade est en liesse : en marche vers le maintien en Ligue 2 !

P.J.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. 7300 spectateurs pour un match exceptionnel, un match de folie, un match fabuleux, intense, magique de… maintien en ligue 2. En réalité un match d’un ennui sans borne où se sont multipliées les approximations techniques et les mauvaises passes. L’essentiel en sport c’est de faire croire qu’un match où se joue la descente en Nationale est un événement d’importance. 7300 spectateurs au stade de La Source quand moins de 1000 personnes défilaient le 1er mai dans les rues d’Orléans pour dire Non au Front national. Et l’on voudrait aussi nous faire croire que le sport est neutre et innocent.. Analyser les foules sportives c’est aussi analyser la société.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail