Elections legislatives - Les resultats en temps reel

Misères et splendeurs des châteaux de Bohême

La Bohême est la plus vaste des trois régions de République Tchèque, loin devant la Moravie et la Silésie. Comme partout ailleurs en Europe pendant le Moyen Âge et la Renaissance d’innombrables châteaux ont été bâtis par les familles nobles dans cette région encore sauvage et couverte de forêts. On y trouve entre forteresses médiévales et élégants châteaux Renaissance, un nombre inattendu de châteaux Baroques.

Par Annick Dournes

Le Château de Jemniste

Au 17ème siècle après des décennies de guerres religieuses qui opposèrent Catholiques et Protestants une explosion artistique eut lieu en Bohême et s’exprima à travers un style Baroque quelque peu exhubérant. Pendant 150 ans des artistes Tchèques se sont peu à peu distanciés du Baroque italien original pour créer un authentique style “Baroque-Tchèque”, un courant artistique majeur de l’histoire de l’art européen.

Durant l’époque sombre du régime communiste pro-soviétique les propriétaires des châteaux furent expulsés et le plus souvent contraints à l’exil. Une période noire commença pour les châteaux de Bohème. Certains furent tout simplement laissés à l’abandon mais la plupart furent transformés en écoles, hôpitaux, colonies de vacances et même en prisons sordides. Mais tous furent totalement vidés de leurs meubles et objets d’art qui furent entassés dans quelques uns des châteaux les plus vastes, formant d’énormes entrepôts où la haute nomenklatura communiste n’hésitait pas à venir se servir pour meubler leurs propres résidences.

Au début des années 90 la grande majorité des châteaux étaient dans des états lamentables et  nécessitaient des travaux de restauration gigantesques. Quatre ans à peine après la chute du Mur de Berlin, la nouvelle république Tchèque annula les expropriations de l’époque communiste. Toutes les anciennes familles de propriétaires à qui furent restitués leurs domaines ne trouvèrent malheureusement pas toujours les moyens de financer ces travaux et  nombreux furent les châteaux qui durent être vendus. Mais nombreux aussi furent ceux qui n’hésitèrent pas une seconde et se jetèrent à corps perdu au travail pour sauver le berceau de leur famille.

Aujourd’hui malgré les vicissitudes de l’histoire mais grâce à ces passionnés et avec l’aide de fonds de la Communauté Européenne ces châteaux sont restaurés avec le plus grand soin. Ils sont devenus une raison majeure et incontournable de visiter la Bohême. Le réseau routier tchèque est très bien développé et en très bon état, alors n’hésitez pas à louer une voiture et découvrez la Bohême et ses châteaux à votre propre rythme. Le Château de Jemniste, par exemple n’est qu’à une heure de route de Prague, en direction du sud-est.

Le Château de Jemniste

Le premier château de Jemniste fut construit en 1725 mais à peine 27 ans plus tard il est totalement ravagé par les flammes. Il est alors très rapidement reconstruit mais dans un pur style Baroque tchèque suivant les plans de Franz Kanka, célèbre architecte de l’époque. Jemniste est encore aujourd’hui l’exemple parfait d’une résidence aristocratique à l’apogée du style baroque-tchèque.

Le Château de Jemniste

En 1868  le domaine est  acheté par le comte Sternberg et la famille Sternberg en est restée propriétaire et y habite toujours. Pendant la Seconde Guerre Mondiale et l’occupation allemande les Sternberg refusant de prendre la nationalité allemande furent persécutés par le régime nazi. Cette résistance leur évita l’exil après la guerre mais ils durent quand même abandonner Jemniste. Ce n’est qu’en 1995 que le château leur fut rendu ainsi que l’essentiel du mobilier et des œuvres d’art qui s’y trouvait, et ceci grâce à la méticulosité obsessionnelle de l’administration communiste lors de l’inventaire de saisie. Après avoir refait les toitures, les façades, les jardins et toute la décoration intérieure, l’actuel Comte Jiri Sternberg et  Pétra, son épouse, ont ouvert le château et ses jardins au public. Aujourd’hui  Pour permettre à tous pendant la visite de Jemniste de découvrir une authentique demeure de famille, aucune barrière ne vous empêche de déambuler dans les pièces à votre guise, un privilège plus que rare de nos jours.

L’heure du thé gourmand au Château de Jemniste

Les jardins sont superbes – ne manquez surtout pas  la roseraie ! – et dans le parc les pique-niqueurs sont les bienvenus. Jiri et Pétra Sternberg ont ouvert un charmant salon de thé ainsi qu’un agréable restaurant où on peut gouter une cuisine tchèque aussi authentique que savoureuse. Le gibier du domaine y est préparé avec soin et les desserts sont somptueux. Il y a aussi trois appartements joliment décorés avec des antiquités locales, qui ont été aménagés dans les ailes latérales du château pour accueillir les touristes. Leurs hôtes bénéficient d’une visite privée du château au Champagne et peuvent profiter des jardins en toute liberté après le départ des autres visiteurs venus pour la journée. Au matin il suffit d’ouvrir la porte de son appartement pour trouver un grand panier en osier délicieusement rempli pour un petit déjeuner copieux. Plus d’info et réservation : www.jemniste.cz

Zdar nad Sazavou et Zelena Hora

Le Château de Zdar nad Sazavou

A l’origine Zdar nad Sazavou était un monastère cistercien du 13ème, qui au fil des siècles devint un grand centre monastique. Largement détruit par un incendie en 1689 il est reconstruit par l’un des plus célèbres, sinon le plus célèbre, architectes de son temps Jan Santini-Aichel. Il y bâti aussi un pur joyau de l’art baroque l’église de l’Assomption. En 1826 le domaine est mis en vente  et au fil des successions et des mariages en 1930 il devint la propriété des Comtes Kinsky. Pendant la seconde guerre mondiale les Kinsky, anti-nazi notoires, sont chassés du château qui est occupé par les troupes allemandes. En 1948 le château est nationalisé par le gouvernement communiste tchèque. Les Comtes Kinsky émigrent alors en France mais heureusement en 1992 le château leur est rendu.

Aujourd’hui Constantin Kinsky et son frère Nicholas, ont tous deux la lourde charge de rénover cet immense domaine et ils ne ménagent pas leurs efforts pour attirer les touristes. Toute la partie déjà rénovée du château est ouverte à la visite ainsi que l’Église de l’Assomption. Il y a aussi un musée interactif consacré à la vie du monastère au cours des siècles et à son renouveau pendant l’ère baroque, ainsi qu’un second musée qui, lui, est dédié à Jan Santini-Aichel et à son génial talent d’architecte. Et pour ceux qui voudraient tester la vraie vie de château, plusieurs chambres d’hôtes ont été aménagées dans la tour baroque!

Eglise de Zelena Hora

Mais s’il ne devait y avoir qu’une seule bonne raison d’aller à Zdar nad Sazavou ce serait la visite  de l’Église de Saint Jean Nepomucène de Zelena Hora. Cette église unique en son genre a été construite en 1722 sur Zelena Hora, une petite colline qui domine le monastère. Le nom Zelena Hora signifie la Montagne Verte. On dit de cette église qu’elle est le chef d’œuvre absolu de Jan Santini-Aichel.

Eglise de Zelena Hora

Cette surprenante chapelle a la forme d’une étoile à cinq branches et ce symbolique chiffre 5 est repris partout à l’intérieur et à l’extérieur de l’église : il y a 5 autels, 5 couloirs, 5 ailes, 5 étoiles et 5 anges sur le maître-autel. L’enceinte extérieure de l’église dispose de 5 chapelles et de 5 porches qui forment une étoile à 10 branches. C’est un véritable défi pour les passionnés de symbolisme ! Zelena Hora est un lieu de pèlerinage depuis sa construction et encore aujourd’hui chaque année en mai la fête St Jean Népomucène draine une foule énorme de croyants. www.zamekzdar.cz

Le château Heràlec

Le château Heràlec a une histoire complètement différente. C’était à l’origine une forteresse médiévale du 13ème siècle transformé en château Renaissance puis rénové dans un style néo-gothique au début du 19ème.  Il a eu de nombreux propriétaires avant d’être nationalisé en 1945 et transformé en usine textile, puis en école et finalement en centre spécial d’éducation… En 2004 quand les Kasper, d’origine Slovaque, ont racheté Heràlec,  ce n’était plus qu’une coquille vide. Les toits, les portes, les fenêtres, les parquets, les lambris avaient tous disparus et il ne restait plus que le magnifique escalier Renaissance. Inutile de dire qu’il a fallu beaucoup d’énergie, de dur travail et un énorme budget pour lui rendre sa beauté d’autrefois. Après 30 mois de travaux c’est un pari totalement réussi.

Les Kasper ont fait du château un boutique-hotel  5 étoiles avec seulement 19 chambres, toutes immenses mais toutes différentes les unes des autres. Les salons sont gigantesques eux aussi. Le restaurant gastronomique est un must. Le Spa L’Occitane occupe tout le rez-de-chaussée de l’aile sud juste à côté de la piscine construite sous les voutes médiévales. Depuis son ouverture le Château Heràlec a été récompensé par de nombreux prix et a récemment été classé parmi les dix meilleurs châteaux-hôtels du monde.  Un havre parfait et luxueux pour partir tranquillement à la découverte de  la région. www.chateauheralec.travel

Telc

La Bohême possède d’innombrables merveilles à visiter,  mais ne la quittez pas sans passer par Telc, un village où le château et la place centrale ont été inscrits au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. La place Zacharias de Hradec est l’une des plus belles de toute la Tchéquie. Elle est tout à fait unique en son genre. Telc a été créée au Moyen Âge sur un axe majeur à mi-chemin entre Prague et Vienne, devenant dès le 16ème siècle un carrefour commercial prospère. Les riches commerçants bâtirent sur cette place centrale de vastes maisons avec d’incroyables façades multicolores ornées de fresques et de stucs, toutes surmontées d’étonnants pignons aux formes baroques. Au rez-de-chaussée un passage couvert abrité sous des arcades passe d’une maison à l’autre et entoure toute la place. Ne manquez pas de monter en haut de la tour de l’église de l’Esprit Saint pour avoir un très joli point de vue sur l’ensemble de la place et du château.

Le château de Telc était à l’origine une forteresse médiévale que son propriétaire du 16ème siècle, Zacharias de Hradec, amoureux du style Renaissance italien, fit raser pour le remplacer par le château de ses rêves qu’il fit dessiné par un architecte italien. Les derniers propriétaires, les Podstatsky-Lichtenstein furent expropriés en 1945 et le château transformé en musée dès 1950, est resté tel qu’ils l’avaient laissé. De nombreuses pièces possèdent encore leur mobilier d’origine. On y voit aussi d’incroyables plafonds à caissons datant de la Renaissance.

Ces quatre châteaux ne sont que quelques exemples du remarquable patrimoine baroque bohémien. De nombreux autres domaines sont ouverts au public et vous donneront l’occasion de découvrir cette magnifique région aux paysages préservés, à la gastronomie simple mais authentique et au riche artisanat. Comme le dit justement le Comte Kinsky : il n’y a pas que Prague en Tchéquie !

Pour plus d’info : https://www.czechtourism.com/fr/home

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail