Laura Flessel à Bourges : visite, inauguration… et meeting pour la Guêpe

Sur un terrain de rugby, tous les troisièmes lignes aile du monde vous diront que l’on ne fait jamais un voyage à vide. Une obligation, un code de déontologie sportive qu’aucun ne renie. La toute nouvelle ministre des sports Laura Flessel, multirécidiviste en conquête de médailles d’or, d’argent et autres breloques, de titres et de de podiums, aurait pu jouer troisième ligne au rugby féminin si elle n’avait tenu à faire des Z comme Zorro au bout de sa lame.

Sa visite à Bourges, ce mardi en fin d’après-midi, était tout sauf un voyage pour rien. Au programme une visite du CREPS Centre Val-de-Loire, une inauguration d’une salle de boxe et un meeting où devait se retrouver les trois candidats La République En Marche présentés dans le département du Cher. Et quand la ministre arrive un peu plus tard que l’horaire prévu, les transitions se font au pas de charge, ou de course, c’est selon. Surtout que, à chaque station la ministre prend des nouvelles des sportifs… baskets obligatoires pour les suiveurs et pourtant talons haut pour élégante jusqu’au bout des ongles.

Visite…

Pour accueillir la ministre, les responsables du site berruyer mais aussi des élus actuels, et d'(autres qui voudraient bien l’être. Parmi ceux qui le sont déjà, Nicolas Sansu, le député sortant PCF de la 2e circonscription, et Pascal Blanc le maire de Bourges responsable de l’UDI au niveau du département, étaient les plus prompts à l’ouverture de la portière. Djamel Cheikh, maître de céans, et directeur du CREPS, pouvait prendre la suite. Ensuite, les poignées de mains se sont enchaînées, du vice-président du Conseil départemental chargé des sports, Thierry Vallée, à l’ancien président du conseil général, Jean-Pierre Saulnier en passant par Pierre, Paul, Jacques et tous les autres.

Un tour de l’anneau de vitesse pour apprécier les coups de pédales des cyclistes du Pôle et de remarquer avec satisfaction qu’avec sept garçons et six filles, la parité était presque de rigueur. Un mot avec les entraîneurs des futurs champions de badminton. Un encouragement pour les escrimeurs de la région, en stage et direction la salle de basket, handball, gymnastique. Un autographe, quelques mots, des sourires et des encouragements. Beaucoup de sourires et d’encouragements avant de rejoindre, sur la piste extérieure ensoleillée,  l’équipe de bi-cross du Pôle France jeunes. Un petit clin d’œil à Amidou Mir, le leader de l’équipe qui avait chuté à Rio alors qu’il figurait parmi les favoris, pour lui rappeler que « ce qui se passe au JO reste aux JO”, et  une écoute attentive de Julien Sastre, sélectionneur national du BMX à la Fédération Française de Cyclisme et direction la salle de boxe pour un moment de recueillement.

Inauguration…

Devant une plaque encore couverte d’un voile tricolore, plusieurs intervenants, que ce soit le directeur Djamel Sheikh ou le vice-président de la région charge des sports, Mohamed Moulay, ont expliqué en substance que, « implanté à Bourges et inauguré en 2004, ce CREPS est devenu un lieu privilégié des préparations aux grandes échéances internationales de nombreuses équipes de France, que ce soit pour le basket, le handball, le badminton, le cyclisme sur piste, ou encore la boxe”. A l’instar de l’ensemble du réseau Grand Insep, le CREPS Centre-Val de Loire, sera déterminant pour les olympiades à venir, et en particulier si Paris est désignée pour accueillir les Jeux olympiques et paralympiques de 2024. Le CREPS Centre-Val de Loire, établissement public local de formation dans les domaines du sport, de la jeunesse et de l’éducation populaire, est un outil partagé entre l’État et la Région pour conduire des politiques de formation en cohérence avec les besoins nationaux et régionaux, sur la base d’une gouvernance partagée entre l’état et la Région. Et de rappeler l’un et l’autre l’importance du CREPS dans la construction du boxeur Alexis Vastine, auprès de son entraîneur Thierry Gauthier, puis de son retour à la compétition après une période difficile.  « Après la décision des arbitres aux Jeux de Londres, je l’ai appelé pour lui dire que s’il avait besoin. Il est revenu à Bourges un an plus tard. Il voulait se reconstruire sans pression avec les gamins du CREPS. A leur contact. Avec eux », se souvient le prévôt.

Avec le père du boxeur médaillé de bronze, au JO de Pékin, et son frère aîné, Adriani, Laura Flessel a dévoilé la plaque et la salle désormais portera le nom d’Alexis-Vastine.    

Meeting…

Le drapeau tricolore tombé, les derniers autographes signés, les dernières poses prises avec les jeunes, là depuis le week-end pour disputer les championnats inter-comité de hand-ball, et les moins jeunes, un verre de jus de fruit et, le chef d’orchestre de la visite, François Cormier-Bouligeon, l’ancien directeur de cabinet adjoint du ministre Macron, et ex conseiller du ministre des Sports Patrick Kanner, actuellement candidat dans la 1ere circonscription, pouvait déjà savourer son petit coup de com avant de rejoindre une salle toute proche, dans le quartier de La Chancellerie.

Fabrice Simoes.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail