« Môa Président ! » un polar hilarant

San-Antonio a fait un émule à Bourges. C’est Olivier Bardy qui nous le révèle dans son polar « Môa Président ! ». Quin Vargas n’est pas un pâle imitateur de la créature mise au monde par Frédéric Dard mais un être débordant de fantaisie et de perspicacité qui s’aventure sur les mêmes brisées que son prestigieux ancêtre.

Olivier Bardy

Ils n’appartiennent pas à la même famille mais sont de la même lignée. Quin Vargas n’est pas commissaire mais  détective privé. Un vrai de vrai, qui officie dans le Cher et autant qu’il peut dans le chef-lieu de ce département .Dans le troisième livre qu’il lui consacre Olivier Bardy, un Catalan exilé dans le Berry le lance dans le grand cirque politico-médiatique de l’élection présidentielle.  Son garde du corps, surnommé La Légion, a décidé de briguer la présidence de la République.  Évidemment,  le roman est sorti aux éditions  De Borée à la veille des élections présidentielles, mais il n’a rien perdu de sa saveur et le lire maintenant c’est clôturer de belle façon cette longue période électorale 2017, dans un éclat de rire à vous secouer longuement la panse.

Dès la première page on plonge dans une aventure  « frappadingue », cela va de soi. On attaque par le chapitre seize pour finir par le premier : une mise en route qui est une mise en bouche. 

La Légion, alias Le Grand Léon, décrète que « son adversaire ne serait autre que Francis Mimolette en marshmallow et en os. Auparavant on le surnommait Flanby. Lors de son dernier discours devant ses aficionados, tout le monde s’est levé. Depuis on l’appelle Danette. Bien sûr, vous l’avez deviné, je vous parle de Guimauve le Conquérant, président par accident ». Des personnages secondaires, haut en couleurs vont et viennent, on est dans la parodie gouleyante.

L’histoire est savoureuse, pleine d’inattendus et de diverticules insensés mais nécessaires, de remarques renversantes, le tout emballé dans une langue colorée, truculente, follement inventive.  Néologismes, calembours, contrepèteries, catachrèses, tropes, distorsions, anglicismes altérés , paradoxes, métaphores inattendues, langue précieuse et savante se mêlent à l’argot du quotidien et aux expressions régionales. Olivier Bardy nous ramène tout simplement  en Centre-Val de Loire au pays de Rabelais où l’on mit au monde notre belle langue et son génie. Reste à découvrir l’histoire qu’il nous propose .Elle ne se raconte pas, il faut la lire.

F.C.

« Môa Président ! », Olivier Bardy
Éditions De Borée 229 pages, 9,90 euros

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail