Show chaud !

L’ouverture mercredi soir du Festival ‘Jazz à l’Évéché’ coïncidait cette année avec la fête de la musique. Et malgré la moiteur caniculaire artistes, groupes et orléanais étaient au rendez-vous pour un show des plus festifs et des plus… transpirants. Retour sur quelques ‘hot spots’.

Les Tropiques à l’Évéché

La chaleur, même pas peur ! « Je suis habitué, je suis africain, lâche Bonga en pleine conférence de presse ce 21 juin. Transpirer c’est bouger, être dans ce mouvement qui accompagne les rythmes ! » À bientôt 75 ans et 44 ans de carrière, la figure de proue de la musique angolaise enflammait hier soir la 10e édition de ‘Jazz à l’Évéché’. Devant un parterre rempli (jauge maxi de 1700 personnes), le chanteur africain a invité le public à « transpirer et chanter avec lui » au rythme de sa voix rauque, de son dikanza et du semba, symbole de l’identité angolaise et dont il est le maître incontesté. Une succession de chansons chaloupantes issues de son dernier album ‘Recados de Fora’ (Messages d’ailleurs) ou piochées parmi les 400 de son répertoire.

Tongs, transats et citronnelle

Bonga ©Marie-Line Bonneau

Pendant que certains chaloupaient au pied de la scène, d’autres, éventails à la main, préféraient savourer les rythmes communicatifs de Bonga depuis les tables des buvettes prises d’assaut ou les transats installés sur la pelouse. Une pelouse où chacun tentaient de trouver un peu de fraîcheur autour d’un plateau repas ou d’un rafraîchissement. Assis ou allongé sur des paréos, en tong et petites robes de plage, chacun vivait le festival à l’heure d’été dans une ambiance de citronnelle anti-moustiques et crèmes après solaires. Et comme sur un air de vacances, les chiens ont leur gamelle d’eau et on joue même au Mölkki !

Chaud comme à Rio

©Marie-Line Bonneau

Pendant ce temps, le cœur de la ville battait son plein avec la Fête de la Musique. Et coûte que coûte on jouait à grosses gouttes ! Comme le Band’Amigos Harmonie Saint Marc – Saint Vincent ou l’immanquable batucada Ziriguidum dont l’ambiance brésilienne a fait danser les Orléanais dans les rues ! En noir et vert fluo, la vingtaine de mucisiens n’est pas passée inaperçu en déambulant avec, en tête de cortège, ses deux raihanas emplumées aux fessiers plantureux et ses caisses, agogos, tamborims, sourdos et roccars qui plongeaient la ville dans la samba et le timbalada sur des rythmes magnétiques afro-brésiliens.

Fraîcheur de Loire

De la rue de Bourgogne au quai de Loire en passant par la Place du Châtelet et la Place de Loire… c’est sans doute là que la fête résonnait le plus. Entre groupes de rock, de jazz manouche, ambiances set electro, la foule, plutôt jeune dans cette partie de la ville, déambulait verre à la main ou profitait de la fraicheur de la Loire pour improviser un pique-nique sur les pavés au pied de l’Inexplosible. On rigole, on chante, on s’asperge à la fontaine tee-shirts noués jusqu’à la poitrine anéantis par la chaleur. Le festif Bodega Band au foulard rouge répond à des cornemuses lançant à plein soufle leur Olé de corrida ! Les terrasses de restaurants et de bars sont pleines à craquer.

De la rue de Bourgogne au quai de Loire en passant par la Place du Châtelet et la Place de Loire… c’est sans doute là que la fête résonnait le plus. Entre groupes de rock, de jazz manouche, ambiances set electro, la foule, plutôt jeune dans cette partie de la ville, déambulait verre à la main ou profitait de la fraicheur de la Loire pour improviser un pique-nique sur les pavés au pied de l’Inexplosible. On rigole, on chante, on s’asperge à la fontaine tee-shirts noués jusqu’à la poitrine anéantis par la chaleur. Le festif Bodega Band au foulard rouge répond à des cornemuses lançant à plein soufle leur Olé de corrida ! Les terrasses de restaurants et de bars sont pleines à craquer. On se désaltère à coup de glaces et cocktails sous l’œil vigilent de la Croix Rouge qui, pour les circonstances caniculaires à renforcer ses équipes et ses maraudes : « Forte chaleur et concentration de foule c’est propice aux malaises, explique Boris Robin, directeur territorial de l’action sociale à la Croix rouge du Loiret. On est donc plus vigilent surtout auprès des plus fragiles comme les personnes âgées et les enfants. Si on remarque des visages rouges, on va s’assurer que les personnes sont bien hydratées. Et surtout on s’hydrate avec de l’eau ! L’alcool et la chaleur ne font pas bon ménage, l’alcool absorbe l’eau du corps »… En ce soir de festivités, c’était surtout la bonne humeur qui coulait à flots !

Estelle Boutheloup

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail