Les Carmes: quand passent les grues… le bâtiment repart…

Les Carmes sont destinés à devenir le “Quartier latin d’Orléans”. Mais pour l’instant ce sont les riverains et passants qui y perdent leur latin, ne sachant si les chantiers continuent et où en sont les travaux. Quand le bâtiment va tout va, et pour qu’il y ait bâtiment il faut souvent qu’il y ait grue.

 

La démolition de cet îlot des Carmes a commencé.

La grue est arrivée. Cent tonnes, 35 mètres “sous crochet” et une flèche de 50 mètres, elle est plantée au milieu des gravats entre le 63, le 77 bis rue des Carmes et le 42 rue Stanislas Julien. Lundi matin dès potron minet, le maire, Olivier Carré, l’adjointe Brigitte Ricard, chargée du centre ville et les responsables de l’urbanisme derrière Dominique Guy, ont foulé la poussière du chantier. Quelques murs à pan de bois survivent encore par miracle, mais tout sera détruit à cet endroit.

Une pelleteuse de 70 tonnes

Une pelleteuse de 70 tonnes fera son arrivée bientôt sur zone, le 7 juillet. Dès lors la démolition pourra commencer et se poursuivra en juillet et août. La circulation des trams n’en sera pas affectée et tout sera rentrée dans l’ordre pour la rentrée des deux écoles du secteur.

Sur ce quartier, baptisé “ZAC Carmes-Madeleine” qui vise à métamorphoser les bâtiments, et à “lutter contre les habitations insalubres”,  comme l’explique Brigitte Ricard, une opération d’aide aux propriétaires pour réaliser des travaux va être lancée. Encore faut-il identifier les besoins. C’est particulièrement le cas rue Porte-Saint-Jean pour douze immeubles. Deux ou trois marchands de sommeil ont été identifiés sur cette rue. Une enquête par courrier va être lancée par  SOLIHA (association spécialisée dans l’amélioration de l’habitat). Pour le reste, ce patrimoine appartient aussi à des propriétaires bailleurs. Pour les remettre aux normes, ces propriétaires bénéficieront d’une batterie d’aides. “Il ne s’agit pas de stigmatiser cette rue”, précise Brigitte Ricard.

Pour Marie-Agnes Linguet, vice présidente de la métropole qui précise qu’un million par an  au minimum seront consacrés à ces travaux de rénovation, “ce quartier fera office de laboratoire”. D’autres villes de la métropole pourront à l’avenir bénéficier de ces réhabilitations. 

La rénovation de la rue des Carmes Porte-Madeleine se poursuivra sur 2017-2018 puis viendra la construction de logements neufs et installation des premiers habitants, enfin lancement des travaux d’équipements en 2019 plus en 2020.

Afficher les commentaires