Sénatoriales : la candidature de S. Grouard rejetée par la commission d’investiture des Républicains

  Il n’est pas content Serge Grouard mais pas content du tout. La commission d’investiture aux Sénatoriales que préside Jean-François Lamour a rejeté sa candidature.

L’ancien maire d’Orléans  a aussitôt déclaré qu’il irait jusqu’au bout… C’est oublier que l’actuel président du Sénat le LR Gérard Larcher a répété urbi et orbi qu’il « était opposé au recyclage des députés éliminés le 18 juin »; Serge Grouard, l’ancien maire LR d’Orléans, candidat aux législatives sur la deuxième circonscription du Loiret pour un quatrième mandat avait été battu par une inconnue de la République en Marche, Caroline Janvier, installée au Palais Bourbon mardi.

Investitures le 24 septembre

 Depuis mercredi 28 juin, les Républicains ont commencé à délivrer les investitures pour les élections sénatoriales qui auront lieu le 24 septembre.  Pour eux, un vrai casse-tête que ce renouvellement qui concerne les 38 départements allant de l’Indre-et-Loire aux Pyrénées-Orientales auxquels il faut ajouter l’Ile-de-France pour ce qui concerne l’hexagone. Sur les 170 sièges à renouveler, ils en détiennent  53.  Malgré  l’offensive d’En Marche ! Ils  estiment qu’ils doivent en gagner qu’ils devraient en gagner.   Leur espérance  s’appuie sur le corps électoral en place, issu en grande partie des élections municipales de 2014 et départementales de 2015 portées par une grande vague bleue. En effet ce corps électoral est composé à 95% des maires,  des délégués des conseils municipaux  des conseillers départementaux et régionaux dont la désignation a lieu  demain, 30 juin.

Larcher toujours 

Gérard Larcher

Hier la CNI des Républicains a arrêté les candidatures dans la moitié des départements. Sans surprise Gérard Larcher conduit la liste des Yvelines suivi de la sortante Sophie Primas et de l’ex-président du  Conseil départemental Alain Schmitz. Pas de surprise non plus dans les Hauts- de- Seine. Robert Karoutchi repart avec dans sa roue Isabelle Debré également sortante comme son suivant Jacques Gautier. Cela pourrait ne pas être très facile pour eux car une liste La République en Marche se profile déjà dans ce département.

F.C


Loiret: ca se bouscule au portillon du Luxembourg

Dans le Loiret, alors qu’Eric Doligé le sortant LR ne se représente pas,  et où il y aura trois sièges à pourvoir, Jean-Noël Cardoux (LR) sollicitera un second mandat. Mais toujours à droite, d’autres candidatures se profilent, celles de Frédéric Cuillerier, le président de l’Association des maires du Loiret, de Murielle Sauvegrain (LR) une fidèle de Serge Grouard, maire adjointe d’Orléans, de Michel Martin lui aussi adjoint à Orléans, en charge des finances.

Hugues Saury

Hugues Saury (LR) interrogé récemment n’a pas dit non. Le président du conseil départemental (LR) a t-il l’intention de se présenter sous une étiquette des “Constructifs? L’UDI ne devrait pas être absente. Revient alors le nom de Nathalie Kerrien qui a soutenu Stéphanie Rist (LREM) et Alexandrine Leclerc, battue sur la sixième. Mais Florent Montillot, le président départemental, n’est jamais bien loin dès qu’une élection se profile.

A gauche, Jean-Pierre Sueur (PS), le troisième sortant, n’a pas encore annoncé sa candidature, mais elle ne fait pratiquement aucun doute tant il laboure les communes de plus belle. Réussira t-il comme on lui en prête l’intention à faire la “synthèse” avec des candidats de LREM?

Le parti d’Emmanuel Macron présentera des candidats c’est certain.  Avec le MoDem? Jean Berthaud, le maire de Dordives qui était en lice pour la candidature aux législatives, devrait postuler pour le MoDem. A LREM, il est question aussi de Benoit Lonceint, candidat dans un premier temps sur la deuxième aux législatives et de Bertrand Hauchecorne, passé du PS à En Marche lors de la campagne présidentielle.

Afficher les commentaires