Les réactions à la mort de Simone Veil dans la région

François Bonneau, Président de la Région Centre-Val de Loire

J’apprends avec une immense émotion la disparition de Simone Veil. Le décès de cette grande figure de la vie politique française ne laisse personne indifférent, tant ses combats et son parcours incarnent notre République et font partis de notre mémoire collective.

Déportée à l’adolescence parce que juive, Jeune femme Haut Magistrat, Ministre de la Santé en 1974, Première Présidente du Parlement Européen, Académicienne… C’est « Une Vie » placée sous le signe de l’engagement, de l’humanisme et de la construction européenne.

L’héritage qu’elle lègue à la société est celui de la dépénalisation de l’interruption volontaire de grossesse. Par ce droit acquis, trop souvent encore remis en cause aujourd’hui, elle a permis aux femmes de maitriser leurs destins. Ayant connu la guerre et ayant survécu à l’horreur absolue, elle a combattu pour la paix et la fraternité entre les peuples. Elle restera à jamais la première Présidente du Parlement Européen.

J’ai eu l’honneur d’être présent à ses côtés à l’occasion de l’inauguration du CERCIL à Orléans. Sa présence, sa force, son intelligence et sa pudeur m’avaient profondément marqué.

Je forme le vœu qu’au-delà des clivages partisans, la rectitude de son parcours et la profondeur de ses convictions demeurent une source d’inspiration pour celles et ceux qui s’engagent dans la chose publique.

Olivier Carré, maire d’Orléans, Président d’Orléans Métropole

« C’est avec une profonde émotion que j’ai appris la disparition de Simone Veil, magistrate, ancienne ministre française de la santé et première présidente du Parlement Européen. Son parcours personnel, son courage et son engagement pour le droit des femmes en font une grande figure emblématique de notre pays et de notre histoire.

Orléans a eu l’honneur d’accueillir cette femme d’exception lors de l’inauguration de son Centre Hospitalier Régional en 1976 ; en 2004, en l’Hôtel Groslot, à l’occasion de la cérémonie organisée en hommage aux “Justes parmi les nations” ; enfin en 2011, au côté de Jacques Chirac, lors de l’inauguration du CERCIL, Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv.

En 2016, les Orléanais lui rendaient un nouvel hommage appuyé en choisissant de baptiser la Maison de Santé Pluridisciplinaire de La Source Simone Veil. Que son nom résonne à travers les générations comme un symbole d’audace, de liberté et de combativité. Au nom des Orléanaises, des Orléanais et des membres du Conseil municipal d’Orléans, j’adresse mes sincères condoléances à sa famille, à ses proches ainsi qu’à ceux qui ont eu l’honneur de travailler à ses côtés. »

Philippe Vigier, Député d’Eure-et-Loir 

« J’ai appris avec une profonde tristesse le décès de Simone Veil. J’adresse mes condoléances les plus sincères à sa famille et ses proches. Je garderai d’elle le souvenir d’une femme digne et forte. Son engagement et son action m’ont profondément inspiré et je suis fier d’avoir défendu avec elle les valeurs humanistes, libérales, sociales et européennes de l’Union Démocrate Française. Simone Veil aura marqué le siècle dernier du sceau du Progrès. Je pense tout particulièrement au courage dont elle a fait preuve pour mener le combat pour le droit de toute femme enceinte qui ne veut pas poursuivre une grossesse de recourir à l’Interruption Volontaire de Grossesse. N’oublions jamais qu’en 1974, ce combat était un combat pour la vie des femmes. Elle aura également incarné une certaine idée de l’Europe : rescapée de l’horreur des camps de concentration et devenue première Présidente du Parlement européen élue au suffrage universel, elle n’aura eu de cesse de plaider pour une Europe de la réconciliation, une Europe fraternelle, dépassant les haines et les égoïsmes nationaux. Son visage se confond aujourd’hui avec celui d’une France qui a traversé les siècles et les épreuves les plus âpres, et qui a toujours refusé de sombrer dans la nuit que l’histoire lui promettait, pour être la lumière auquel le monde aspire. Une page de l’histoire de France se tourne. En cette période particulièrement difficile, sachons être dignes de l’héritage humain que nous lègue Simone Veil » déclare Philippe Vigier, député d’Eure-et-Loir.

Dominique Tripet, pour le groupe PCF/FDG en Mairie d’Orléans

C’est avec beaucoup d’émotion et de tristesse que nous apprenons aujourd’hui le décès de Madame Simone Veil. Nous saluons la femme de courage qui, à la tribune de l’Assemblée Nationale, a d’une voix claire et ferme, et ce, malgré les injures et cris de certains membres de l’Assemblée de son propre bord politique, défendu la loi qui porte désormais son nom, légalisant l’avortement en France. Un conquis considérable pour l’autonomie et la santé des femmes : la liberté à disposer de son corps, à maitriser sa fécondité, sans risquer sa vie. Des milliers de femmes la lui doivent (la vie), tout comme des milliers d’enfants, qui sont nés « désirés ». Pourtant il nous reste encore à inscrire ce droit dans notre constitution.

A l’heure où nous apprenons en même temps le 62ème féminicide, meurtre de femme par son conjoint ou ex, sa disparition nous montre combien encore dans ce pays il y a à lutter pour l’égalité des droits, la parité, l’éradication des violences faites aux femmes et aux enfants, contre le harcèlement au travail, dans la rue et même à son domicile etc…

Force est de constater aussi, après les dernières élections législatives, que si le nombre de députées a fait un bond : 36% contre 27 précédemment, aucune d’entre elles n’a été désignée Présidente de Groupe, au perchoir, à une questure ou autre. Mais qu’un homme tombe la cravate…

42 ans se sont écoulés, 42 ans d’espoir… Et si peu d’avancées réelles…

Il nous faut continuer la/les luttes, car comme le disait Benoite Groult, une autre grande dame disparue il y a tout juste un an : « Le féminisme n’a jamais tué personne. Le machisme tue tous les jours. »

Alors merci Madame Simone Veil. Les femmes savent, grâce à vous, que rien n’est impossible, quand le courage et la conviction sont là.

Christian Dumas, maire d’Ingré

Je souhaite rendre hommage à Madame Simone Veil, décédée ce matin à l’âge de 89 ans.

Déportée à l’adolescence parce que juive, jeune femme Haut Magistrat, Ministre de la Santé en 1974 puis dans le gouvernement de M. BALLADUR. Première Présidente du Parlement Européen, Académicienne. Simone Veil aura incarné, à sa manière, comme le titre le Monde, les trois grands moments de l’histoire du 20ème siècle. La Shoah, l’émancipation des femmes et l’espérance européenne.

Elle fait en effet partie des rares juifs français ayant survécus à la déportation d’Auschwitz, elle symbolise la conquête du droit à l’IVG et elle est l’une des figures  de la construction européenne.

Ce matin François Bonneau, le Président de Région, lors de la session plénière a formé le vœu qu’au-delà des clivages partisans, la rectitude de son parcours et la profondeur de ses convictions demeurent une source d’inspiration pour celles et ceux qui s’engagent dans la chose publique.

Je m’associe à ce vœu.

Prochainement, la Ville d’Ingré va rendre l’hommage qui se doit à cette grande Dame, conscience de notre nation. J’aurais l’occasion de faire des propositions en ce sens au conseil municipal dans les prochaines semaines.

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail