Vinaigreries Dessaux : un Lab’O pour les artistes à Orléans

C’est devant un aréopage d’une trentaine d’artistes orléanais que Sophie Ferkatadji, directrice de la culture à la Mairie d’Orléans, a présenté ce jeudi au musée des Beaux Arts, une sorte de rapport d’étape du projet de réhabilitation des vinaigreries  Dessaux dont les travaux viennent de commencer, en présence d’Abel Moittié adjoint aux arts plastiques et avec le soutien actif de  Jacqueline Febvre, directrice de l’ESAD.

Il faut dire que le projet orléanais se distingue des autres sites d’art contemporain qui se sont développés en région Centre-Val de Loire, depuis quelques années comme les Tanneries à Amilly, l’Emmetrop à Bourges, bien sur le FRAC à Orléans et tout récemment le rutilant CCOD de Tours: le site des vinaigreries d’Orléans, sur une idée que soutient depuis fort longtemps l’association d’artistes Couleur Vinaigre, se veut d’abord un lieu de création artistique. À l’écoute de cette idée, la ville d’Orléans a développé une démarche plutôt originale de consultation du milieu artistique* pour définir la structuration des lieux (environ 2.500 m²) centrée sur la création d’ateliers d’artistes qui trouveront là des locaux adaptés à leurs travaux complétés par des moyens techniques dont les besoins seront définis dans le cadre de l’avancée projet.

C’est ainsi une véritable “fabrique” artistique qui s’installera sur ce site industriel restauré, incluant évidemment des espaces d’expositions et de rencontres ouverts au public, l’ensemble étant confié à une structure de gouvernance déléguée qui aura aussi pour mission, de favoriser les échanges avec les artistes venus du monde entier. Un appel à manifestation d’intérêt a été lancé par la ville pour trouver la structure ad hoc pour co-animer cette future ruche.


Les travaux de réhabilitation, quant à eux, promettent d’être complexes: le bâtiment des vinaigreries est formé d’un enchevêtrement patrimonial qui va du pan de mur d’enceinte de 11m. de haut construit au XIVe siècle, à la halle dite Eiffel en passant par les restes de l’activité industrielle, ou la collection de graffes couvrant les murs intérieurs (le mur extérieur de la rue Saint-Flou étant conservé comme espace de création pour le street art), sans parler des fouilles qui pourront se révéler fructueuses dans ces lieux habités depuis l’antiquité… Quatre agences ont été retenues en avril pour présenter leurs projets de réhabilitation en septembre prochain. La ville souhaite une ouverture des lieux à l’été 2019, mais la Biennale d’Architecture y fera une première incursion en septembre prochain.

Après la disparition de plusieurs galeries d’art orléanaises, avec la réhabilitation de cette verrue urbaine que constituaient ces vinaigreries, les orléanais retrouveront un lieu d’animation artistique qui s’insérera dans un environnement où l’on trouve déjà le 108 rue de Bourgogne, l’église Saint-Pierre-le-Puellier, bientôt “La Ruche en Scène“,  sans oublier l’atelier de gravure de la rue des Africains (qui cherche désespérément un repreneur…), dessinant ainsi un futur quartier des artistes au cœur d’Orléans.

Conclusion désinvolte d’un artiste anonyme à la sortie de la salle : “De toute façon on avait rien, donc c’est forcément bien !”

GP

*Les partenaires consultés:

Nicolas Royer pour “Mixar”
Philippe Bel pour ” Le Grenier à Sel “
Jean Michel Ouvry pour ” SacréBleu”
Benoît Gayet pour  “les Artistes Orléanais
Benjamin Cadon pour “Labomédia “
Noëlle Mirande et Isabelle Thion pour ” Autoportrait”
Dominique Garros et Daniel Caspar pour “Couleur Vinaigre”

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Il date du IV e siècle le mur gallo-romain certes restauré plusieurs fois. Ça fait partie de ce qu’il reste de mieux de notre riche patrimoine historique.

  2. On ne peut que saluer cette initiative. Les galeries d’Art sont de nos jours difficilement viables dans des villes comme Orléans. Les ressources couvrent à peine les frais. Notre Société s’est transformée pour des raisons économiques, avec une “érosion” des classes intermédiaires (qui étaient les meilleurs acheteurs d’oeuvres d’art), avec de surcroît des centres d’intérêts qui se sont déplacés dans un cadre du type “civilisation des loisirs” qui réduit davantage un budget possible d’achat dans ce domaine. Tout cela ne peut que contribuer à un rapprochement du grand public vers la création artistique sans laquelle notre monde serait bien triste ! Nous suivront avec intérêt ce projet en souhaitant qu’il arrive à son terme rapidement.

  3. Bravo pour cette initiative municipale et SURTOUT que chaque artiste ou asso d’artistes orléanais y soit associé et pas condamné à partir sur Paris.

  4. Très bien et que l’art puisse bien se porter à Orléans. Pour le street art, la municipalité devrait inviter Gil KD. Ca nous changera du chat (que j’aime bien malgré tout) et du style bien gras de certains artistes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail