Rétro: à Orléans, le projet Co’Met sort de l’ombre, en espérant se mettre en orbite olympique

C’est le grand chantier à venir d’Orléans Métropole, ce projet CoMet qui va doter la capitale régionale d’une grande salle de sports, d’un nouveau parc des exposition et d’un palais des congrès, au sud de la ville. Retour sur le lever de voile sur ce triptyque de l’architecte Jacques Ferrier. Objectif, attirer les grandes compétitions en salle et la clientèle du tourisme d’affaires.

 

Alors que Paris bataillait pour décrocher les J.O en espérant 2024, Orléans Métropole sortait mardi soir son Co’Met. Avec l’objectif affirmé de s’inscrire dans la galaxie olympique. Surtout d’afficher au sud de la métropole un équipement “unique en son genre en France”. Première parution le 11 juillet 2017.

La voie d’accès à Co’Met @groupement Bouygues.

Un triptyque de trois équipements (quatre avec le Zénith voisin) qui conjuguera une grande salle de sport de 10 000 places, un palais des congrès prévu pour 3 000 personnes, avec un auditorium de 1 000 places et un parc des expositions de 16 000m2 (au lieu de 10 000 actuellement). “Un projet qui n’existe nul part ailleurs “, a souligné Philippe Pezet, l’adjoint au maire Olivier Carré, en charge du dossier. En effet, suivant la taille des congrès, les trois équipements pourront se conjuguer entre eux, selon les besoins. Les premières esquisses ont été dévoilée mardi soir. 

Jacques Ferrier vainqueur

C’est le projet de l’architecte Jacques Ferrier qui a été choisi par la commission d’appel d’offres de la métropole présidée par François Lagarde. Jacques Ferrier qui était déjà l’architecte choisi pour l’Aréna avorté du maire précédent, a notamment construit le pavillon français à l’exposition universelle de Shanghai. Outre le fait qu’il s’inscrivait le mieux dans l’enveloppe et le cahier des charges, “Il avait aussi l’avantage de bien connaître l’environnement“, a précisé Olivier Carré.

Il s’intègre dans le groupement d’entreprises Bouygues pour un coût de 100 millions d’euros. Cet ensemble aux lignes épurées qui veut symboliser “un fil ligérien”, grâce, en façade, à des vagues en aluminium. Comme l’a précisé le maire et président, il “marquera l’entrée sud de la capitale régionale“.  Ce signal contemporain fort, tout en lumière en pleine nuit, le long de la RD 2020, affichera sur la façade du parc des expos, les grands événements à venir. Sur 400 mètres de long, le triptyque commencera par la grande salle de sport.

Lire aussi : Emmanuel Macron : « La France est prête pour les jeux »

Une grande salle en trois couronnes

Prévue en 2020, soit deux ans avant les J.O espérés à Paris dont Orléans pourrait récupérer plus que des miettes, la grande salle des sports sera construite en trois couronnes, des loges et deux étages de gradins. Un concept nouveau qui n’existe pas dans les Aréna existantes. Construite sur l’actuel  parking du parc des expos, le public y accédera par une passerelle. Viendra ensuite le palais des congrès qui disposera non seulement d’un auditorium mais aussi de salles pour les commissions et les conférences. Troisième volet, le parc des expositions complémentaire du palais des congrès auquel il sera relié par un grand hall. 

Le consortium de constructeurs devra assurer l’entretien de Co’Met durant sept ans et les bâtiments seront chauffés par géothermie et cellules photovoltaïques.

Une nouvelle station de tramway

La future entrée sud de la Métropole la nuit.

Co’Met sera desservi par une nouvelle station de tramway qui pourra stocker plusieurs rames pour cadencer les passage en cas de grand match. D’autre part, toujours en ce qui concerne les abords, un nouveau parking de 2 000 places verra le jour derrière Co’Met, aux Montées et un nouveau rond points permettra d’alléger celui d’Auchan. Le coût de dix millions supplémentaires de ces équipement annexes seront pris en charge par la métropole. Pour le plus gros du  financement celle-ci fera appel fera appel aux autres collectivités (région,département) et à l’Etat. En espérant que les obstacles, seront moins nombreux, en ce qui concerne la salle de sports, que lors du feuilleton de l’Aréna. Autour de Co’Met devrait se développer une zone hôtelière et de loisirs.

Quant au vieux palais des Sports du centre ville,  qui depuis les années 75 accueillait les grands événements sportifs, Olivier Carré a indiqué qu’il sera rénové, à partir de 2020. Sa piscine sera “déménagée” à la prison. Quant aux cirques et à la fête foraine qui s’instalent chaque saison sur le parking, ils seront déplacés au stade de la Vallée au nord de la Métropole.

Co’Met, dans son ensemble, à une heure de Paris, devrait être fin prêt pour 2022, juste à temps pour les J.O, si la capitale est choisie pour les organiser à cette date.

Ch.B

 

 

Afficher les commentaires