Elections legislatives - Les resultats en temps reel

Orléans: le projet Co’Met sort de l’ombre, en espérant se mettre en orbite olympique

Alors que Paris bataillait pour décrocher les J.O en espérant 2022, Orléans Métropole sortait mardi soir son Co’Met. Avec l’objectif affirmé de s’inscrire dans la galaxie olympique. Surtout d’afficher au sud de la métropole un équipement “unique en son genre en France”.

La voie d’accès à Co’Met @groupement Bouygues.

Un triptyque de trois équipements (quatre avec le Zénith voisin) qui conjuguera une grande salle de sport de 10 000 places, un palais des congrès prévu pour 3 000 personnes, avec un auditorium de 1 000 places et un parc des expositions de 16 000m2 (au lieu de 10 000 actuellement). “Un projet qui n’existe nul part ailleurs “, a souligné Philippe Pezet, l’adjoint au maire Olivier Carré, en charge du dossier. En effet, suivant la taille des congrès, les trois équipements pourront se conjuguer entre eux, selon les besoins. Les premières esquisses ont été dévoilée mardi soir. 

Jacques Ferrier vainqueur

C’est le projet de l’architecte Jacques Ferrier qui a été choisi par la commission d’appel d’offres de la métropole présidée par François Lagarde. Jacques Ferrier qui était déjà l’architecte choisi pour l’Aréna avorté du maire précédent, a notamment construit le pavillon français à l’exposition universelle de Shanghai. Outre le fait qu’il s’inscrivait le mieux dans l’enveloppe et le cahier des charges, “Il avait aussi l’avantage de bien connaître l’environnement“, a précisé Olivier Carré.

Il s’intègre dans le groupement d’entreprises Bouygues pour un coût de 100 millions d’euros. Cet ensemble aux lignes épurées qui veut symboliser “un fil ligérien”, grâce, en façade, à des vagues en aluminium. Comme l’a précisé le maire et président, il “marquera l’entrée sud de la capitale régionale“.  Ce signal contemporain fort, tout en lumière en pleine nuit, le long de la RD 2020, affichera sur la façade du parc des expos, les grands événements à venir. Sur 400 mètres de long, le triptyque commencera par la grande salle de sport.

Lire aussi : Emmanuel Macron : « La France est prête pour les jeux »

Une grande salle en trois couronnes

Prévue en 2020, soit deux ans avant les J.O espérés à Paris dont Orléans pourrait récupérer plus que des miettes, la grande salle des sports sera construite en trois couronnes, des loges et deux étages de gradins. Un concept nouveau qui n’existe pas dans les Aréna existantes. Construite sur l’actuel  parking du parc des expos, le public y accédera par une passerelle. Viendra ensuite le palais des congrès qui disposera non seulement d’un auditorium mais aussi de salles pour les commissions et les conférences. Troisième volet, le parc des expositions complémentaire du palais des congrès auquel il sera relié par un grand hall. 

Le consortium de constructeurs devra assurer l’entretien de Co’Met durant sept ans et les bâtiments seront chauffés par géothermie et cellules photovoltaïques.

Une nouvelle station de tramway

La future entrée sud de la Métropole la nuit.

Co’Met sera desservi par une nouvelle station de tramway qui pourra stocker plusieurs rames pour cadencer les passage en cas de grand match. D’autre part, toujours en ce qui concerne les abords, un nouveau parking de 2 000 places verra le jour derrière Co’Met, aux Montées et un nouveau rond points permettra d’alléger celui d’Auchan. Le coût de dix millions supplémentaires de ces équipement annexes seront pris en charge par la métropole. Pour le plus gros du  financement celle-ci fera appel fera appel aux autres collectivités (région,département) et à l’Etat. En espérant que les obstacles, seront moins nombreux, en ce qui concerne la salle de sports, que lors du feuilleton de l’Aréna. Autour de Co’Met devrait se développer une zone hôtelière et de loisirs.

Quant au vieux palais des Sports du centre ville,  qui depuis les années 75 accueillait les grands événements sportifs, Olivier Carré a indiqué qu’il sera rénové, à partir de 2020. Sa piscine sera “déménagée” à la prison. Quant aux cirques et à la fête foraine qui s’instalent chaque saison sur le parking, ils seront déplacés au stade de la Vallée au nord de la Métropole.

Co’Met, dans son ensemble, à une heure de Paris, devrait être fin prêt pour 2022, juste à temps pour les J.O, si la capitale est choisie pour les organiser à cette date.

Ch.B

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Le projet délirant de l’Arena a trouvé son successeur. Une salle de sports de 10 000 places est un choix politique : une salle réservée au spectacle et à l’élite contre des espaces multiples nouveaux ou rénovés (petites gymnases, terrains, espaces verts) ouverts à tous et destinés à la pratique du plus grand nombre. Pour leur ego, les élus municipaux préfèrent le tape-à-l’œil, la grande salle sous utilisée où des foules viendront de temps en temps vivre par procuration. Quant aux Jeux Olympiques, ils servent scandaleusement d’argument publicitaire. Le débat sérieux et argumenté sur les Jeux de Paris 2024 n’a pas eu lieu. Peut-on espérer un débat sérieux et argumenté sur la construction d’une salle de 10 000 places à Orléans ? Qui osera se lever dans la classe politique et chez les militants progressistes pour dire NON à un projet qui n’est ni neutre ni anodin ni innocent ?

  2. Je dois me tromper, mais sur le film de promotion, on voit à 1 minute 51 un homme tenant ce qui ressemble à une drôle de caméra, voire une arme à feu. Je ne suis pas du tout convaincu par un projet, qui viendra s’ajouter à toutes les difficultés de circulation du secteur. Ce mur de 400 mètres attirant l’oeil des conducteurs, c’est accidentogène.
    Sur les images, je vois, je vois une équipe de basket en pro A, qualifiée pour des coupes européennes et pas en pro-B, avec 3.000 spectateurs. Je vois, je vois aussi des milliers de piétons marchant le long de la RN 2020, sans apparemment beaucoup de protection contre des camions suicide. Je vois, je ne vois pas, un parking des Montées bien imperméabilisé et une rue promise à de monstrueux embouteillages. Je vois, je ne vois pas l’avenir du Stade de la Vallée. Que vont devenir les clubs de football et de rugby, qui y sont installés depuis tant d’années ? Je ne vois toujours rien venir pour l’aménagement du terrain des Groues (39 hectares), ni sur la tête du Pont de l’Europe (rappelez-vous, inauguré par Lionel Jospin en 2000).
    J’oubliais le meilleur, le Co’met est situé en zone inondable… et il n’y a pas de financement assuré. Il y aura par contre des recours assurés et le temps de la justice administrative n’est pas celui des projets communautaires.

    • 3000 spectateurs, c’est ce qu’il y A en pro A, le palais des sport (3400 places) est loin d’être toujours plein.
      On est très nombreux à se poser des questions sur la politique sportive d’Orléans qui depuis de très nombreuses années est tout pour le basket et presque rien pour les autres , alors que l basket est très loin d’être un sport majeur et qui passionne les foules en France (encore plus d’1 million de subvention municipale en pro B, et avec l’impression que si le club était en Nationale 3 masculine, il y aurait encore ce million à la clé).

  3. Le CACS ajoute un mot sur ce projet. Il semble que, dans l’esprit, Paris-Orléans même combat ! On nous dit : “Les Jeux Olympiques seront un accélérateur de croissance, créeront des emplois, offriront des logements, laisseront des infrastructures, favoriseront la transition écologique, donneront du bonheur à la France”. Rien que ça ! Les Jeux à Paris font rêver. Malheureusement, le rêve n’est pas la réalité.
    Le même raisonnement est utilisé à Orléans. Le complexe avec la grande salle de 10 000 places créera des emplois, permettra d’aménager le carrefour de la N20 (aménagement prévu dès l’origine du tram), entraînera la construction d’une nouvelle station, attirera les hommes d’affaires, etc. La grande salle (l’Arena nouvelle version) fait rêver les élus. Malheureusement, ici encore, le rêve n’est pas la réalité.
    En dehors des interrogations politiques et idéologiques sur le sens de tels équipements (questions essentielles trop souvent négligées), les premières questions qui devraient se poser sont les suivantes :
    – Que pourrait-on faire avec les mêmes sommes en créant autant voire bien davantage d’emplois, être plus écologiques et satisfaire les besoins d’un maximum de citoyens et non d’une élite par nature restreinte ? (Budget de 6 milliards pour Paris 2024 et de 100 millions d’euros pour le CO’met – sommes à l’évidence sous évaluées comme fut sous-évaluée en son temps la construction de l’Arena de M. Grouard dont le coût réel en études mériterait d’être rappelé)
    – Est-il impensable dans notre société du spectacle d’imaginer la construction de logements à Paris sans les Jeux olympiques et l’aménagement du carrefour de la N20 à Orléans sans le complexe ? (Et faut- il attendre CO’met pour que le tram roule correctement entre Mouillère et le Zénith et ne se traîne plus lamentablement ?)
    A l’heure où ils dénoncent la diminution des dotations de l’Etat, beaucoup d’élus n’hésitent pas à dilapider l’argent public dans des projets pharaoniques qui servent des intérêts personnels avant de servir l’intérêt du plus grand nombre.
    Qu’en pensent les habitants ? Il faut discuter sans tarder de ces projets grandioses de manière sérieuse et argumentée. Et passer du rêve à la réalité.

  4. Que c’est beau.Prenons un peu de recul.Le roman feuilleton de L’Arena pratiquement au centre ville-métropole est encore présent dans nos esprits, on pouvait adapter une finalité de terrains de sport pour tous à ce projet. Qu’en sera-t-il sur celui adopté? Mais il faut parler de sa situation, à la porte d’entrée de la métropole? L’ex député de la circonscription, le maire d’Olivet auraient du rappeler les limites de la commune d’Olivet, ses zones d’activité pris sur le foncier olivetain, les difficultés de la RD2020 qui ne font que s’empirer. On nous dit qu’une nouvelle station de tram serait réalisée, nous avions cru que la zone d’activité du Larry serait prioritaire, régler notre proposition initiale de deux stations dans le Larry enfin.
    De plus dire que 10 M€ seraient investis pour régler ces difficultés est une pantalonnade.
    Il serait bon que les élus puissent assurer une continuité dans les réflexions d’aménagement de la métropole, autrement cela désespérera les citoyens.

  5. Ça paraît beau comme ça. Mais la grande salle de sport, trop grande et en plus aussi loin du centre ne sera pas souvent remplie. Elle risque même d’être souvent un peu vide. Et un ensemble palais des congrès, parc des expos devrait plutôt se trouver près de la gare de Fleury. C’est un projet qui n’a pas été réfléchi par la métropole.

  6. Depuis le temps que j’attendais un projet d’envergure dans ce domaine, le voilà enfin ! Et comme il fallait s’y attendre, les critiques pleuvent, Non mais, sincèrement, vous avez bien regardé la tronche de nos équipements, nous sommes minables ! Il faut avoir de l’ambition, exit l’Aréna de Serge Grouard, bienvenue au projet Co’Met. Certes, c’est en zone inondable, comme tout le sud d’Orléans et une partie d’Olivet, dans cette optique ce n’est pas cet équipement qui m’interpelle mais les habitations !

  7. Entre ce complexe à 100 millions d’euros et le très coûteux téléphérique, on voit bien que nos élus ont perdu tout sens des réalités et sont à des années lumières des préoccupations des habitants. pas étonnant de voir l’abstention monter en flèche élection après élection.

  8. Ils faut savoir ce que l’on veut. une ville et une métropole à la traîne ? Pour dire après, c’est mieux à Tours, Rouen, Le Mans, Angers, Clermont-Fd, etc ! Le progrès a un coût, bon sang vivons avec notre temps et mieux, allons de l’avant ! Juste d’accord sur un point, le téléphérique n’est peut être pas utile, une passerelle dans le style de celle de la Défense, adaptée à notre site, ferait bien l’affaire ! Et j’espère que d’autres réalisations verront le jour, l’ancien hôpital Madeleine, refonte du boulevard Jaurès (en gardant les arbres et espaces verts), construction ou au minima l’amélioration du parking Munster, l’avenue Emile Zola et rue Albert 1er, la gare routière dangereuse en l’état. Refaire totalement la RD 2020 de Saran à l’avenue de la libération. Revoir l’imbroglio (le carrefour) avenue de Paris et boulevard de Verdun + l’arrêt des véhicules au pied de la gare, ce lieu est créateur d’embouteillages et de pollutions, sans compter qu’il faut composer avec le tram ! Et la liste n’est pas exhaustive, à vos avis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail