Loir-et-Cher : les petits châteaux, dans la cour des grands

Cinq petits châteaux de la Loire, à l’ombre des très grands, s’associent avec l’Office de tourisme de Blois Chambord pour faire connaître leurs qualités et attirer les visiteurs. Marqueurs de la destination, Beauregard, Fougères, Talcy, Troussay et Villesavin cherchent à montrer que l’intérêt n’est pas qu’une question de taille, et qu’ils peuvent susciter l’attirance d’un public friand d’exceptions.

Un âne du Poitou devant le château de Villesavin ; le propriétaire de Beauregard posant de manière décalée devant son château ; l’administrateur de Talcy en Ronsard assis sur les marches du château ; Isaure de Sainte Marie propriétaire de Troussay dans un fauteuil en train de boire le thé avec son setter à ses pieds : grâce à une campagne d’affichage au ton décalé, les propriétaires ou conservateurs des « petits châteaux » de la Loire (Beauregard, Fougères-sur-Bièvre, Talcy, Troussay et Villesavin) cherchent à attirer le regard. « L’idée est que tous les acteurs puissent apparaître comme des marqueurs de la destination Blois-Chambord, de montrer qu’une offre supplémentaire existe, et qu’elle est qualitative », explique David Hameau, directeur de l’Office de Tourisme de Blois-Chambord. Autrement dit : sortir de l’ombre gargantuesque des grosses locomotives que sont Chambord, Cheverny, Blois et Chaumont-sur-Loire. Pas toujours simple, quand on est hors des sentiers battus et un peu hors circuit habituels des tour-opérateurs, d’exister pour ces petits châteaux dont la fréquentation annuelle oscille entre 6.000 et 20.000 visiteurs par an, quand Chambord approche les 800.000…
« Nous cherchons l’effet rebond », poursuit David Hameau, « puisque les visiteurs sont là, comment ne pas se positionner comme l’épicentre des châteaux de la Loire ». En mettant l’accent sur la fréquentation – moindre, mais c’est du coup plus calme – l’état d’esprit, l’ambiance.

33 € pour visiter cinq “petits châteaux”

Et côté ambiance, les « châtelains » s’en sont donnés à cœur joie ! Avec cette campagne aux visuels décalés, l’amusement dont ils font preuve a toutes les chances d’être communicatif. « Quand mes parents ont repris Villesavin en 1954, il y avait en gros trois destinations touristiques en France : la Normandie, la Côte-d’Azur, et les châteaux de la Loire. Ils faisaient 26.000 entrées par an, en 2016, on en faisait que 16.000. Nous sommes très à l’ombre de Chambord et Cheverny, il nous faut interpeller les gens » explique Véronique de Sparre, propriétaire de Villesavin.  Sur leur affiche, un âne baudet du Poitou à poils longs devant le château. Une espèce en voie de disparition que les Sparre tentent de réintroduire. Même état d’esprit à Troussay, pur Isabelle de Sainte Marie, propriétaire depuis deux ans de ce petit bijou du Val de Loire, dans sa famille depuis 1900 : « un château c’est une ruche, une petite entreprise. Ce qui rend l’aventure vertueuse ce sont les humains et ce qui se passe autour ».

 

Cette campagne, déclinée sur affichages dans les châteaux de Blois, Amboise et Chaumont-sur-Loire, zoo de Beauval, affichage numérique dans près de 120 établissements (aéroport de Tours, hôtels, sites…), applications smartphones, mais aussi sur 15.000 cartes postales classiques, s’accompagne d’un pass châteaux spécialement conçu pour l’évènement. 33 € pour visiter les cinq petits châteaux. La communication de l’opération s’élève à 25.000 €. La destination Blois-Chambord a enregistré près d’un million de nuitées en 2016 (année particulière rappelons-le). Le château de Chambord capitalise à lui seul 800.000 entrées. Beauval 1,350 million. Il reste donc pas mal de belles miettes de ce gâteau à partager entre les « petits châteaux », qui ne rougissent pas de jouer dans la cour des grands.

F.Sabourin.

Originally posted 2017-07-12 11:31:42. Republished by Blog Post Promoter

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail