Orléans: la Métropole se donne un fil rouge

Olivier Carré a sorti une nouvelle maxime: après le fameux “quand c’est flou il y a un loup” de Martine Aubry, le président de la métropole a lancé, “quand ça flotte, ça capote”. Il évoquait là le cap fixé pour la nouvelle métropole d’Orléans dont il a longuement présenté mardi soir, le “manifeste pour une stratégie métropolitaine”.

Objectif, non pas rattraper Lille classée en “Ligue 1” des grandes métropoles françaises (avec Lyon, Marseille, Toulouse et Bordeaux) mais bien de monter en Ligue 2, qualifiées de métropoles “les plus intenses” avec Nantes, Rennes, Montpellier, Grenoble et Strasbourg. En somme, comme il le répète souvent, avec l’ambition qu’Orléans et ses communes associées deviennent , “l’une des quinze métropoles qui comptent”. Le document d’une quarantaine de page qui veut traduire une volonté politique, a été présenté comme un cap, une sorte de fil rouge définissant des “orientations stratégiques”. 

Le projet Co’Met

Ce manifeste fait un bilan des forces et des faiblesses de l’Orléanais et dégage des pistes de développement pour une agglomération où chacun tirait de son côté au temps des vaches grasses. Les restrictions budgétaires, notamment en provenance de l’Etat et en attendant la suppression partielle de la taxe d’habitation, contraignant de toutes façons les 23 communes à fédérer

Interives

leurs politiques, en particulier en ce qui concerne les grands investissements. Le projet Co’Met en est la démonstration dans le domaine du tourisme d’affaire et des sports. Mais cette mutualisation s’appliquera aussi dans les domaines économiques (Interives) de l’innovation (le Lab’O), de la culture, de l’université, de la santé, du tourisme,  mais aussi de services publics, des transports (le tramway) et des grandes liaisons ferroviaires, de la solidarité et du développement durable…

Le Parti communiste monte au front

Lors du débat l’opposition frontale s’est exprimée comme à chaque fois par la voix de Maryvonne Autain, la maire communiste de Saran, dont les délégués ont voté contre le projet (quatre voix au total), parce qu’il “aurait été légitime que les forces vives soit consultées… mais le délais était contraint. Vous avez exclu nos concitoyens de la consultation. Vous avez manqué votre rendez-vous avec l’histoire et les habitants”.

Michel Ricoud

Plus nuancé Michel Ricoud (PC-Orléans) a noté que pour les citoyens “ce projet leur parait bien lointain. Attention à ne pas semer l’illusion”. Mais le conseiller municipal d’opposition a joint sa voix à celles des Saranais, alors que ses collègues socialistes d’Orléans (5 abstentions)se sont abstenus. Alors que du côté des socialistes “constructifs”, David Thiberge (Saint-Jean-de-Braye), Christophe Chaillou (Saint-Jean-de-la-Ruelle), Jean-Vincent Vallies (Chécy) qui participent à la gouvernance de la métropole, on s’est félicité presque sans réserve de ce projet “ambitieux et fédérateur”, fruit “d’une maturation bien plus ancienne” (Jean Vincent Vallies). Pour sa part, Charles Eric-Lemaignen qui justement a porté la gestation de la métropole, il ne faut pas oublier, non seulement de passer les contrats avec l’Etat la région et le département, mais aussi de travailler sur une métropole élargie au SCOT (Shémas de cohérence territoriale), à l’aire d’influence de l’Orléanais et de ses 400 000 habitants.

Dans son intervention, Christophe Chaillou a souligné que depuis quinze ans qu’il siège à “l’agglo”, c’est la première fois que je voterai un projet présenté par le président. Preuve que les recompositions sont en cours, non seulement à Paris, mais bien partout en France.

Ch.B

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Bonjour,

    Les 4 délégués de la ville de Saran au sein du conseil d’Orléans Métropole n’ont pas tous voté contre le projet de territoire présenté par Olivier Carré avec le soutien des maires socialistes. Le délégué représentant la liste de la droite saranaise -et ancien président de l’OLB- a voté pour.

    Ainsi que vous l’avez écrit, la quatrième voix contre est donc celle de Michel Ricoud, conseiller municipal d’Orléans.

    Enfin, nos propositions pour un autre projet métropolitain sont en ligne : http://continuons-avec-vous-pour-saran.elunet.fr/index.php/post/14/07/2017/Nos-propositions-pour-Orleans-Metropole

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail