Sandero, une bonne affaire

Si la Dacia Sandero arrive à la huitième place des voitures les plus vendues et à la première place des voitures vendues aux particuliers en France, il y a forcément une raison. Nous avons voulu en voir le cœur net.

Vous avez certainement vu la pub : une Sandero pour 3 euros par jour (ou 90 euros par moi), sans apport. Qui dit mieux ? Nous n’avions jamais essayé une Sandero, alors c’était l’occasion de la découvrir. Certes pour 3 euros/jour, il ne faut pas rêver, on est sur la base, autrement dit la version Sandero avec le nouveau moteur 3 cylindres 1.0 SCe 75. Pour avoir le verrouillage centralisé, les antibrouillards, le régulateur-limiteur de vitesse, il faudra passer à la finition supérieure ou piocher dans les options. Cela étant, pour notre essai, nous avions la finition Lauréate à 10 150 euros, la Sandero version de base étant à 7 990 euros. Qui dit mieux ? Le rapport qualité-prix est imbattable sur le marché. Et étonnamment la marque Dacia n’a pas de concurrence. Pour ces prix-là, on s’offre une vraie voiture qui s’est même payée le luxe d’un restylage.

Extérieurement

La face avant de la Sandero a été revue avec une nouvelle calandre inspirée du Duster (il sera restylé l’année prochaine) rehaussée par des inserts chromés et grande première chez Dacia, elle bénéficie de feux de jour à LED. Le bouclier avant intègre un nouveau design des antibrouillards à partir de la finition Ambiance). A l’arrière, les feux sont composés de quatre petits carrés inédits.

A l’intérieur

Bon, avec des plastiques durs, on sent qu’on est encore dans le low cost, mais d’une manière générale, rien de dramatique, et la finition est montée en gamme pour une bonne présentation. Nouvelle selleries, nouveaux inserts chromés, nouveau volant à quatre branches incorporant le klaxon. Plus pratique, la commande des vitres électriques migre sur les contre-portes. Les sièges ont gagné en moelleux et en maintien. La position haute est agréable et le volant tombe bien sous la main même s’il ne bénéficie pas de réglage en profondeur. L’habitabilité est excellente et cinq personnes prennent place sans problème avec de l’espace pour les jambes et une garde au toit confortable. Le coffre (320/1 200 litres) est même plus grand que celui d’une Renault Clio.

L’équipement

L’équipement s’enrichit avec l’aide au démarrage en côte de série et la possibilité  d’avoir une caméra de recul (en option 300 euros) qui s’affiche sur le système Media Nav (option 250 euros), une prise 12V entre les sièges avant. Pour avoir plus d’équipements, il faudra monter en gamme. La climatisation manuelle, par exemple, est en option sur la version Ambiance pour 900 euros. Sur le haut de gamme Lauréate (plus 1 100 euros) vous bénéficierez de la climatisation, de l’ordinateur, des rétroviseurs électriques dégivrants, des jantes tôle 16 pouces avec enjoliveurs Flexwheel (imitation jantes alu)…

Motorisations

Deux moteurs essence : le nouveau 3 cylindres 1.0 SCe 75 qui remplace le 4 cylindres 1.2 16v 75, moins gourmand (5,8 l) mais avec moins de couple 97Nm au lieu de 107 Nm. ; le 0.9 Tce de 90 ch. En Diesel, le 1.5 dCi décliné en 75 ch. et en 90 ch. Les TCe 90 et dCi 90 peuvent recevoir la boîte robotisée Easy-R pour 600 euros. Depuis le 4 juillet, la Sandero bénéficie, comme tous les modèles Dacia, d’une offre GPL en première monte.

Plaisir de conduire

Confortable, avec de bonnes liaisons au sol, la Sandero, se conduit en bon père ou en bonne mère de famille. C’est une berline pour se déplacer. Le trois cylindres nécessite  que l’on utilise souvent le levier de vitesse. Ca n’est effectivement pas un foudre de guerre et sur des routes à fort dénivelé et sinueux, la consommation s’en ressent. Mais d’une manière générale, consommer entre 5 et 6 litres est la moyenne avec le 75 ch. Ce qui n’est pas mal. Attention au roulis dès que l’on commence à se prendre pour un pilote d’essai.

Au final, la Sandero reste une bonne affaire. Une voiture confortable, avec de la place, à un prix défiant la concurrence, c’est le cas de le dire. Une option qui peut devenir intéressante dans un proche avenir : une Sandero essence-GPL. D’autant plus que l’Etat, dans sa volonté de favoriser les énergies alternatives, va peut-être relancer le GPL avec des aides. Et en plus, rouler en Dacia devient tendance, les propriétaires se retrouvent sur des forums, et tous les ans le GPND (Grand pique-nique Dacia) regroupe tous les aficionados de la marque qui viennent faire la fête, participer aux déjeuners, concerts, rencontres…

André Degon.

– Dacia Sandero : de 7 990 euros (Sandero, 1.0 SCe75) à 13 550 euros ( Lauréate, 1.5 dCi 90 Easy-R). L’offre GPL est disponible sur la version Lauréate et sur la Stepway (look mini SUV de la Sandero) avec la motorisation TCe 90 pour un surcoût de 800 euros, soit pour la Lauréate : 12 200 euros.

Site Dacia : http://www.dacia.fr/gamme-dacia/sandero/






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail