Femmes battues: l’Etat… bat sa coulpe

Les deux postes de travailleurs sociaux affectés aux commissariats et aux gendarmeries du Loiret pour venir en aide aux femmes battues sont à nouveau financés.

La première mobilisation à l’AIDAPHI.

Un communiqué de la préfecture du Loiret indique lundi soir, “le préfet de la région Centre-Val de Loire, préfet du Loiret, se félicite que la demande d’abondement de l’enveloppe départementale des crédits du Fonds interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation ait reçu un avis favorable permettant l’emploi de deux intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie dans le Loiret.”

Cette décision met fin à un imbroglio administratif et financier comme la France en a le secret et qui avait soulevé des torrents d’indignation des associations et des féministes. En réalité, il semble bien que cette suppression envisagée résulte d’une erreur de transmission et de gestion entre l’administration centrale et la préfecture du Loiret. Pour le préfet Naces Meddah, “cette décision est le fruit d’un travail partenarial engagé depuis le printemps dernier par les services de la préfecture et le Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation pour rétablir la situation. Le Préfet rappelle son attachement à ce dispositif utile et à l’objectif de lutte contre les violences faites aux femmes et aux violences intrafamiliales.”
Maintenant l’association qui gère ces emplois, l’AIDAPHI,  va devoir recréer ces postes qu’elle avait du supprimer faute de financement.

http://www.lagazettedescommunes.com/516510/le-loiret-va-retablir-ses-postes-dintervenants-sociaux-en-faveur-des-femmes-battues/

Originally posted 2017-07-18 19:48:35. Republished by Blog Post Promoter






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail