L’arboretum des Grandes Bruyères est en deuil

A 94 ans,  Bernard de La Rochefoucauld s’en est allé après avoir conçu et développé l’arboretum des Grandes Bruyères, une œuvre remarquable et unique, fruit d’une passion qui ne l’a jamais abandonné. En 1969, Bernard  de La Rochefoucauld et son épouse Brigitte font l’acquisition de 10 hectares de friche  en forêt d’Orléans sur la commune d’Ingrannes. Le site est débroussaillé, pioché et planté à la main. Dès le début et encore aujourd’hui, aucun engrais ni herbicide n’est utilisé afin de préserver les équilibres naturels.

Le premier jardin donne naissance en 1972 à l’Arboretum qui s’enrichit, année après année, de nouveaux arbres rapportés du monde entier. En 1979, l’Arboretum des Grandes Bruyères devient la première réserve naturelle volontaire française.  En 1983, ses propriétaires en font don à la fondation des Parcs et Jardins de France , tout en en conservant la gestion.

En 1998, l’Arboretum est reconnu collection nationale pour ses 300 espèces de magnolias qui ornent le parc. En 2001, il est à nouveau distingué  pour sa collection de plus de 250 cornouillers qui est classée nationale. Soucieux de préserver les espèces de notre patrimoine végétal, Bernard de La Rochefoucauld mène a bien la plantation d’une collection de 180 chênes . L’arboretum compte également plus de 800 variétés de roses anciennes.

Les petits buissons de bruyères dont les plus familières se nomment Calluna vulgaris et Erica Cinerea, les bruyères alpines, et les bruyères arborescentes, ont donné leur nom au parc. Elles forment le lien naturel avec l’environnement forestier et constituent une des plus belles collections à ce jour.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Nos sincères condoléances à tous les siens, pour ma convalescence je suis allée “marcher” dans ce paradis de verdure; et j’y retournerai car outre un”cours” de botanique c’est un lieu magnifique propice à la méditation, pour chasser stress et soucis, un bain de sérénité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail