Nano met le feu à la Paillote (Orléans)

Ce lundi soir, c’était sous un ciel menaçant que se déroulait la crémaillère d’un nouveau lieu culturel à Orléans intitulée la Paillote et situé sur le quai de Prague, là où, selon l’association Nanoprod promotrice du projet, on a la plus belle vue sur Orléans. Cette belle initiative a bénéficié du soutien de la ville d’Orléans sous la forme du prêt de deux chalets (du marché de Noël) et de l’installation de toilettes publiques à proximité: parfait pour une buvette de quartier, mais l’absence de subvention pour la programmation artistique prévue, vide de son sens ce projet culturel de plein air et rend cette Paillote bien inutile.

Alors, c’est debout sur une table qu’Arnaud Méthivier a interpellé la ville d’Orléans et son maire Olivier Carré, dans un discours enflammé comme il en a le secret, pour rappeler que les artistes se paient, surtout lorsque l’on veut offrir la gratuité estivale à un public privé de l’activité des institutions reconnues, subventionnées et fermées tout l’été. Avec une ironie qui ne cachait pas la colère, Arnaud Méthivier a rappelé que la mendicité pour les artistes étaient interdite à Orléans, et qu’il faudrait à la Paillote vendre pas moins de 100 bières pour pouvoir donner 20 € aux artistes invités, alors que la Sardine, la guinguette de la rive nord, recevrait une subvention de la ville, selon Arnaud Méthivier, de 20.000 € pour sa programmation musicale.

On retrouvera ci-dessous l’intégralité du speech d’Arnaud Méthivier sur la politique culturelle de la ville d’Orléans,  alors que la présence de Sophie Ferkatadji (directrice de la culture), de Corinne Clapier (communication) et de Béatrice Ondunlami (Adjointe à l’événementiel) à cette crémaillère, témoignait pourtant du soutien de la ville à l’association Nanoprod qui a reçu en 2017 en subventions et aides matérielles diverses près de 73.000 € de la ville.

Reste qu’une Paillote sans programmation, ce n’est guère plus qu’une buvette, alors souhaitons qu’une solution soit rapidement trouvée pour faire vivre un projet culturel apprécié des Orléanais, en prélude à la Fête des Duits qui se déroulera cette année du 11 au 17 aout.

GP

https://www.nanomusic.fr/lapaillote

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Ce mec se prend pour qui ? S’il veut “faire l’artiste”, qu’il se trouve un producteur, des salles, des spectateurs prêts à l’écouter et le rémunérer. Marre de ses provocations et de sa victimisation, alors qu’il touche des milliers d’euros de subventions.

  2. Arrêtons un peu de tout subventionner! Et si on cherchait un moyen de rendre la chose rentable comme toute entreprise?

  3. oui, il a probablement l’air d’avoir le melon (d’où la couleur des cheveux), mais il a raison sur plusieurs points : l’appel de la mairie aux projets culturels citoyens pas suivi des faits ici, (une buvette n’est pas un projet culturel, ce sont les productions artistiques qu’il faut soutenir), l’interdiction de la “mendicité” qui empêche toute initiative musicale en ville.
    Ce sont ces personnages, au caractère fort, parfois casse c………, qui font avancer les choses, un artiste est rarement tiède.
    Et pour répondre à Huguet, il n’est pas possible de ne garder que les actions culturelles rentables, la plupart ne le sont pas. Mais elles participent à l’attractivité d’une ville et d’un pays. La France a une attractivité touristique (et l’économie qui en découle) très forte en grande partie grâce à sa production culturelle. Le cinéma est soutenu, la production littéraire est soutenue, la production musicale également et le spectacle vivant doit l’être aussi. Nos hôpitaux, l’éducation, les routes et les équipements publics ne sont pas faits pour être rentables. Ils dessinent la ville et la vie que l’on souhaite pour nous et nos enfants.
    Le projet de paillote ne peut pas être rentable à moins de trouver un généreux mécène qui ne demanderait pas de contrepartie.

  4. Jamais content ce mec ! Il se prend pour qui ? Faut que tout lui tombe tout cru dans le bec….après un tel discours, je serai le Maire ce serait NIET et basta.

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail