JO 2024 à Paris: des retombées ou des miettes pour l’Orléanais?

Paris organisera donc les jeux de 2024. Faut-il en attendre des retombées pour les villes à une heure de Paris, comme Orléans? Ou simplement quelques miettes? 

Le projet de grande salle de sport à Orléans.

A Paris et en région île-de-France, on s’attend clairement à ce que les JO accélèrent le monstre technocratique qu’est le Grand Paris avec notamment la réalisation (enfin!) du Roissy express, et du parc de la Courneuve. Lorsque l’on regarde la carte des équipement sportifs qui recevront les compétitions, l’accent est clairement mis sur le nord de la capitale. Avec le village olympique et le Stade de France, c’est la Seine-Saint-Denis qui bénéficiera des principales retombées en terme d’équipements et de bénéfices économiques. Au sud en revanche, pas grand chose à se mettre sous la dent (du dérailleur) sinon le cyclisme sur route au sud-ouest à Versailles et le golf à Saint-Quentin-en-Yvelines. 

Co’Met sur orbite en 2020

Olivier Carré et l’adjoint chargé des équipements sportifs, Philippe Pezet.

Pour autant, lors de la récente présentation du projet Co’Met désormais sur orbite, Olivier Carré le président de la Métropole et Philippe Pezet qui porte le dossier au sein de la municipalité d’Orléans n’ont pas caché qu’ils espéraient des retombés pour cette grande salle et le trio, Parc des expositions palais des congrès Zénith, des JO 2024 à Paris. Sous quelles formes? Les deux élus sont en vacances et n’ont pu répondre à nos sollicitations. Quant à Soufiane Sankhon, l’adjoint aux sports, pourtant grand spécialiste des JO, il n’a pas souhaité répondre aux questions de Magcentre. On en saura plus à la rentrée puisqu’il est prévu que le maire “communique” sur ce dossier.

Des camps de base

Pour Orléans et sa salle de sports de 10 000 places, les retombées peuvent prendre la forme pourquoi pas de phases qualificatives dans des sports comme le basket, le volley ou le hand. Des équipes nationales pourraient aussi établir leur camp de base et d’entraînement à la périphérie de l’île de France en souhaitant bénéficier d’équipements de haut niveau. En amont des championnats d’Europe de football, Orléans avait ainsi fait acte de candidature, sans succès, pour accueillir des équipes. Mais ce tournoi se jouait lui, sur tout l’hexagone.

La balle est dans le camp des élus orléanais, qui ne manquent pas dans le domaine du “rayonnement”. La grande salle de sport, l’Arena bis, est prévue pour 2020. Quatre ans avant les JO, elle aura eu l’occasion de faire ses gammes. Avec des équipes de haut niveau?

Ch.B

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Monsieur Coubertin doit se retourner dans sa tombe ……Où est le Français Merci aux crétins qui préfèrent l’Anglais pour des jeux en France !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail