Collonges-la-Rouge rosit d’art et de bonheur

Au coeur de l’été, particulièrement belle journée patrimoniale ce dimanche 30 juillet à Collonges-la- Rouge. C’est, en effet, dans ce joli village de Corrèze que le conseil municipal et sa maire, Paulette Fender, l’association Les Amis de Collonges, présidée par René Dupuis, et la Fondation du patrimoine et sa déléguée régionale Limousin, Christel Chinour, ont inauguré les deux vitraux contemporains aux douces et lumineuses ellipses de la Chapelle des Pénitents créés par Didier Mencoboni et mis en espace par Olivier Juteau, maître verrier.

Un bonheur n’arrivant jamais seul, c’est ce même jour que Les Amis de Collonges ont fété leur 90ème anniversaire. Pour l’histoire, c’est depuis 1927 que cette belle association s’est donnée pour mission, avec le concours des pouvoirs publics et de la municipalité de Collonges, de mettre en valeur le patrimoine unique du village, en sauvegardant tout ce qui contribue à son intérêt historique, archéologique, architectural et environnemental.

Rappelons que la chapelle des pénitents noirs, datant du XVe siècle, aujourd’hui embellie de vitraux contemporains, fut la première restauration des Amis de Collonges en 1927.

Apportant un cachet d’histoire et de charme à cette belle journée, une conférence de haut vol de mesdames Guely et Sobieniak, captivèrent un vaste auditoire sur le thème de la présence des catholiques et protestant à Collonges aux XVIe et  XVIIe siècles. Archives disparues, interprétations erronées et légendes furent au menu de l’évocation passionnante d’une période tourmentée de l’histoire collongeoise.

Cerise rougeoyante sur le gâteau, l’ensemble à cordes de l’orchestre Pasdeloup, avec Marianne Riviere et Pasacale Karampournis, violons, Sylvie Vesterman, alto, Christine Krauz, violoncelle, interprétèrent, entre autres, en l’église de la cité, des oeuvres de Purcell, Mozart, Schubert. Quelques notes de tango argentin firent aussi vaciller le public de ce village que l’on a coutume de décrire, à juste titre, comme un rubis dans un écrin de verdure. 

Avis aux amateurs de destinations touristiques estivales, Collonges-la-Rouge, cité aux vingt cinq tours ayant décidément plus d’un tour magique dans son sac, propose, jusqu’au 31 août, à la Maison de la sirène, précieux édifice datant du XVIe siècle, l’exposition intitulée “1902-1913, Collonges en 26 cartes postales”.  Un pertinent accrochage au coeur d’une belle journée célébrant la défense du patrimoine d’hier, d’aujourd’hui,  et de demain.

J.-D.B.

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail