Foot, Ligue 2 : Premiers points pour la Berrichonne, à domicile

La venue de Nîmes, en match décalé, à Châteauroux, était l’occasion de ramener l’équipe locale dans le ventre mou du classement. Nanti d’un bilan, après trois matches, d’une seule victoire, à l’extérieur qui plus est, un point , au minimum, était demandé. Un seul but aura été suffisant pour que les Berrichons passe, avec un deuxième succès, de la 16e place au classement, à la 8e. Pourtant, la première période avait donné quelques sueurs froides.

La minute de silence en hommage aux victimes de Barcelone, ponctuée d’une salve d’applaudissements, ayant été parfaitement respectée, les débats pouvaient débuter.

Après une défense à 4 joueurs face à Lorient, pour le résultat que l’on sait, Jean-Luc Vasseur, l’entraîneur castelrousin, avait mis en place une nouvelle formule avec 5 défenseurs alignés, mais sans son emblématique capitaine Aldo Angoula, blessé à l’échauffement. Il avait aussi couché sur la feuille de match, trois nouveaux joueurs rouge et bleu, Mandanne, Niang et Mabella pour fouler une première fois la pelouse de Gaston-Petit.

Cartons et plongeons au rendez-vous

Dans un début de rencontre assez fermé, et un ballon dont les Nîmois avaient quasiment le monopole, il était presque normal que ce soit les visiteurs qui tirent les premiers. C’est sur corner que le Nîmois Briancon plaçait ainsi une tête au dessus de la transversale pour la première véritable action dangereuse de la partie (10e). Les visiteurs n’en restait pas là puisque l’un des meilleurs canonniers du championnat, Bozok, se voyait bien servi dans les 18 m des locaux. Son tir obligeait Assen Mouez à une belle parade, au grand dam des 21, pas un de plus, pas un de moins, supporters officiels des Crocodiles de Nîmes (12e).

Et après, plus grand-chose à se mettre sous la dent. Entre cartons jaunes, fautes à répétition, corners pour Nîmes et opération escargot dans sa coquille du côté de Châteauroux, on n’était pas loin de s’ennuyer ferme dans les tribunes berrichonnes. Le tir cadré de Mehdi Merghen réveillait, un peu, la Red Bleu Army, à la demi-heure de jeu. C’était tout. Pour aller au bout des quarante-cinq premières minutes on comptabilisait donc un tir cadré de part et d’autre et deux cartons jaunes à un. Pour le planchot, c’était toujours nul et vierge. Hormis une belle série de plongeons sur l’herbe mixte et verte d’un stade Gaston-Petit qui n’a rien d’une piscine olympique, même si l’aire de jeu est arrosée quelques instants avant le début des rencontres, ça ne faisait tout de même pas lourd à se mettre dans le viseur des caméras de Canal Plus ,au terme de la première période. Même avec deux minutes de temps additionnel.

Une deuxième mi-temps moins triste

Joseph Mbone a pris le brassard de cpataine au dernier moment en raison de la blessure d’Angoula.

On attendait du mieux en seconde mi-temps et le tir trop enlevé de Merghen (52e) puis la tête de Bourillon  (54e) laissaient penser que La Berri avait les moyens d’inquiéter son adversaire. Sauf que c’était Rachid Alioui, à l’heure de jeu, qui avait la meilleure occase. Un poil à droite pour un tir parfaitement enroulé. Toujours un score vierge mais un caron jaune supplémentaire pour Châteauroux, à Sangante cette fois.

Un coup franc de Sar, tout juste entré en jeu, remettait le facteur sur le vélo et La Berri dans la marche avant. Sur corner, Richard Samnick voyait son coup de tête qui se dirigeait dans la lucarne , détournée d’une claquette par le portier nîmois, Yan Marillat (67e).

 

Le buteur Yan Mabella a eu les honneurs de l’interview de fin de match.

 

 

Les 3.093 spectateurs, sur la foi du comptage local, en étaient encore à demander à ses joueurs de jouer un peu mieux que le match nul que, sur un contre rondement mené, Yann Mabella, dans l’axe,  se présentait face à Marillat. Le gardien des Crocos touchait bien le cuir mais ne pouvait pas empêcher le ballon de finir sa course dans le petit filet  côté opposé (77e).  

Un carton jaune de plus, à Sarr (89e), un rouge à Mandane (90e + 2), la valise à cartons était pleine mais le score était toujours de 1 à 0 en faveur des Berrichons au coup de sifflet final. Une victoire par la plus courte des marges mais qui redonne un bon coup au moral des Berrichons. Le problème, et Jean-Luc Vasseur en était parfaitement conscient, c’est que, après les blessures des ses attaquants, les cartons associés à  l’expulsion de Mandane, allaient encore lui donner lui de quoi méditer pour la prochaine compo d’équipe, dès vendredi, à Sochaux.

« On fait déjà avec ce que l’on a. Cependant, cette victoire au forceps me laisse un goût amer tout de même.L’important était de prendre des points à domicile. Là, ça fait du bien au moral et nous irons à Sochaux pour essayer de ramener des points supplémentaires » expliquait-il, à chaud, en salle de presse.  

Acceptons-en l’augure, amis, on connaît quelques supporters qui se contenteraient d’un match nul. Ça serait déjà ça…

Fabrice Simoes.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail