70 ans après, Sainte-Sévère fait de tout jour de fête

Au milieu du siècle dernier, Jacques Tati, l’Oncle de tous les comiques de cinéma, Monsieur Hulot  en vacances dans le centre de la France, sans trafic et sans stress, avait commis un chef d’œuvre d’instantanés de la vie de nos campagnes pour le jour de fête d’un village. Soixante-dix ans plus tard Sainte-Sévère, dans l’Indre, en dévoile jour et nuit le décor grandeur nature.

Sur un des bords de la place du village, derrière la croix de pierre, à quelques dizaines de mètres seulement de la halle multi-centenaire, la roulotte du film, ou du moins sa jumelle, est savamment installée. Au milieu des pavés trône le mat blanc de cocagne, drapeau tricolore toujours au vent. La statue de François le facteur est imperturbable, la sacoche en bandoulière, prête à être lancée dans un grand geste d’ « hélicoptère ». Depuis le tournage de Jour de Fête, en 1947, par Jacques Tati, alors tout jeune dans l’univers du cinéma, Sainte-Sévère est connu du monde entier. Au moins celui des cinéphiles, des historiens et des étudiants du septième art.
Cela fait 70 ans, cet été, que les deux caméras, une pour tourner en noir et blanc, l’autre pour la couleur, se sont posées  dans le village indrien. Les routes sont désormais parfaitement goudronnées. Le panneau d’entrée n’est plus en ciment certes mais le pont est toujours là. Le café Bondu n’existe pas, la vieille et sa chèvre n’arpentent plus les rues mais …

Désormais, « Jour de Fête » est devenu un musée insolite où la visite se fait sous forme d’un spectacle en Scénovision, un site dédié à Jacques Tati unique en France. Là, en entrant dans le musée, l’espace de quelques instants, vous vous retrouvez au milieu des décors du film, dans un studio de cinéma de l’époque. L’occasion de comprendre les secrets d’un tournage des années 50 et de dévoiler les premiers effets spéciaux… Un véritable parcours spectacle en français et en anglais alliant projection, décors reconstitués et décors animés. Au travers les trois salles on découvre aussi trois ambiances, des anecdotes, des secrets de fabrication maintenant dévoilés ! Un Scénovision, concept de la “Prod est dans le Pré”, fait revivre aux spectateurs l’histoire de cet événement : des décors véritables, un spectacle alliant projections, sons, lumières et effets spéciaux pour un voyage dans le temps. Celui d’un village de Sainte-Sévère-sur-Indre en 1947, transformé par la venue d’une équipe de cinéma.

Un village en fête depuis 1947

La rencontre entre Jacques Tati avec les habitants de Sainte-Sévère-sur-Indre dans l’immédiat après-guerre a profondément marqué le village. Au pied du donjon du XIIIe siècle l’équipe de tournage, relativement réduite, s’est totalement adaptée au caractère de habitants. D’ailleurs, tous ou presque on participé, peu ou prou à l’élaboration du film. La population sévèroise a fait l’appoint en figurants, et après la visite du musée on comprend mieux pourquoi la première projection du film a suscité autant d’enthousiasme dans la bourgade, bien au-delà des mimiques et des facéties de Jacques Tati-François le facteur au prise avec ce modernisme des « Américains » au lendemain de la seconde guerre mondiale.

La réplique de la roulotte du film Jour de fête.

Pour marquer les 70 ans du tournage, l’année 2017 aura été ponctuée par plusieurs manifestations. En point d’orgue, en mai dernier, pour l’inauguration du manège-carrousel, c’est un autre hurluberlu du cinéma, Pierre Richard qui est venu parrainer les fêtes anniversaires officielles.  Même, pour le coup, l’acteur a été fait citoyen d’honneur de la bourgade. Durant deux jours, plusieurs dizaines de facteurs et leurs bicyclettes d’époque ont croisé Monsieur Hulot au coin des ruelles.  
Et puis, au cours du mois d’août, s’est déroulée la troisième édition du spectacle nocturne Jour de nuit. Là, en soirée, deux mille visiteurs ont assisté aux scénettes jouées par des habitants de la commune. Comme quoi, en soixante-dix ans, les Sévérois ont pris goût à faire l’artiste. Des portraits-laser de Jacques Tati, des photographies d’époque ont éclairé la nuit berrichonne avant le feu d’artifice final. Fin septembre, le cirque Bidon viendra « faire son cinéma » dans le bourg, au gymnase.

Le romantisme de George Sand à Jacques Tatischef

Dans les derniers jours d’été, après un passage par la demeure de George Sand, à Nohan, laissez un temps le classique romantisme. Faites un écart un peu plus au Sud pour rejoindre Sainte-Sévère et entrez dans la Maison de Jour de Fête pour plongez dans une autre forme de sensibilité, celle de l’univers loufoque de Jacques Tatischef, le vrai nom de Jacques Tati.

Et même si vous avez déjà vu le film, personne ne restera insensible à sa magie en le regardant une nouvelle fois. L’œil sera, obligatoirement, à la recherche de toutes les trouvailles mises à jour dans le village et son musée vivant.

Fabrice Simoes.

Maison de Jour de fête. Place du Marché 36160 Sainte-Sévère. 02.54.30.21.78. contact@maisondejourdefete.com

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Je trouve vraiment regrettable que le Festival de courts métrages d’humour des 3, 4, 5 et 6 août dernier (11ème édition!) n’ait pas été mentionné dans votre excellent article. Il est parrainé par Nicolas Ribowski, assistant de Jacques Tati sur Playtime: c’est dire que cette caution annuelle prouve la qualité de notre manifestation.

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail