Le drone a un présent, et beaucoup d’avenir

Difficile de les rater, ils sont partout, surtout si on lève le nez en l’air. Reportages, documentaires, cinéma, photo aérienne ; mais aussi thermographie, ortophotographie, agriculture, et bientôt livraison de colis… Les drones ont envahi tous les secteurs d’activités ou presque. Comment ça marche ? Comment ça se pilote ? Ça coûte combien ? Éléments de réponses avec Nicolas et Amaury Touzelet, de l’entreprise Flyway-drone.


« Au début, c’était un peu la débrouille. J’avais acheté un drone, car j’avais trouvé les prises de vue aériennes bluffantes. En 2013 j’ai passé le brevet de pilote ULM professionnel, condition pour pouvoir piloter un vrai drone. On a ensuite démarré en filmant les châteaux ». Nicolas Touzelet, jeune entrepreneur créateur de Flyway-drone, raconte le début de l’aventure entrepreneuriale, qui a pris réellement son envol à partir de mars 2016. Pour cet ingénieur du son et documentariste – il a débuté avec un film au Pérou – le drone n’a pas seulement un présent, il est surtout promis à un bel avenir. « L’avantage du drone, c’est la vue en plongée, des toitures par exemple. La prise de hauteur est facilité par la relative souplesse du drone ».

Modéliser en 3D

Dans la ligne de mire de Nicolas, qui s’est associé avec son frère Amaury pour la partie commerciale et communication, des techniques aujourd’hui recherchées dans les domaines de la thermographie, de la photogramétrie et de l’orthophotographie. Des noms qui font penser à des techniques médicales, mais en réalité tournées vers les diagnostics énergétiques liés aux bâtiments. « La thermographie est une technique utilisée en hiver, pour voir quelle est la déperdition de chaleur des maisons, grâce à une caméra thermique », explique Nicolas. La photogrammétrie sert elle à modéliser en trois dimensions des bâtiments ; l’orthophotographie redresse à l’échelle les vues filmées. « 80 % des clients pour cette technique sont des architectes », précise Amaury.

L’agriculture les utilise, et bientôt la livraison de colis

Amaury et Nicolas Touzelet.

D’abord auto-entrepreneur, Nicolas Touzelet a dû rapidement passer à la vitesse supérieure, car les investissements prennent eux aussi rapidement de la hauteur… « Un drone entrée de gamme c’est environ 1200 à 1500 €. Ça grimpe entre 80 et 100.000 € pour les plus perfectionnés ». Les logiciels représentent également des investissements conséquents. Six mois consacrés entièrement à la création de la société plus tard, avec des formations sur la thermographie, Flyway-drone a vraiment démarré la production depuis un an. « Nous avons eu un partenariat avec l’ADIL (Agence départementale d’information sur le logement), pour des inspections en thermographie ; nous suivons également des chantiers, les inspections de panneaux photovoltaïques , etc. ».

Cela peut surprendre, mais la France est pionnière dans la fabrication de drone ultra-perfectionnés à usage civil : la société Parrot par exemple, même si les Chinois Dji ou les Américains Freefly dépassent tout ce qui est imaginable. « Techniquement, le pilotage des drones nécessite un certain savoir-faire. Les tournages de nuit sont soumis à autorisations préfectorales, et c’est la Direction générale de l’aviation civile qui règlemente les vols. Tout est très cadré » ajoutent Nicolas et Amaury. Selon eux, l’avenir du drone est certain, « dans l’agriculture c’est sûr, ça commence déjà. Le transport de colis aussi. Les drones intelligents vont faire de la protection contre les incendies, et ne parlons pas du domaine militaire, très en pointe ! Il n’y a pas de limite ». À l’horizon 2020-2021, les estimations de chiffre d’affaire au niveau national s’élèvent à 7 ou 8 milliards d’euros, et 127 milliards de dollars au niveau mondial ! De quoi faire lever les yeux au ciel en effet…

F.Sabourin.

www.flyway-drone.com

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Bravo à ces deux jeunes qui ont flairé la bonne niche et qui auront de l’avance sur celles et ceux qui voudront s’y lancer.

  2. Les Drones sont des ” robots ” qui ont plusieurs applications civiles ou militaires. Le monde dans lequel nous vivons me laisse quelques appréhensions sur l’utilisation des robots et sur leur utilisation pacifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail