Le Front National lance une alerte sur les finances de la région

Les élus frontistes s’inquiètent des répercussions des décisions gouvernementales sur le prochain budget régional. Ils veulent des explications

Michel Chassier le président du groupe à la région.

Michel Chassier.

S’appuyant sur une phrase de François Bonneau, le président du conseil régional évoquant les finances de la région « nous sommes déjà à l’os »,   les élus du Front National lancent un cri d’alarme avant l’adoption du budget 2018. Celui-ci cependant est loin d’être acté puisque la séance sur les orientations budgétaires –première étape obligatoire avant le vote du budget- prévue pour le 19 octobre a été repoussée au 16 novembre. “C’est la première fois que cela arrive” explique

Michel Chassier, président du groupe des 17 élus FN au conseil régional qui effectuait hier sa rentrée avant la réunion d’une première commission permanente. Ce report est pour l’élu frontiste le signe d’une fragilité des finances régionales mises à mal par les décisions gouvernementales : baisse des dotations, réduction du nombre d’emplois aidés, nouvelles dispositions en matière de construction et de logements.

Encore que pour les emplois aidés le Front cache mal une certaine satisfaction « nous avons toujours dit que ces emplois, comme Cap’Asso dans la région n’ont pas vocation à devenir pérenne. Ils ne peuvent se justifier qu’en phase de démarrage de certaines activités ».

 

 

Non à l’éco-taxe !

François Bonneau accusé de “clientélisme”.

En ce qui concerne la baisse des dotations de l’Etat Michel Chassier rappelle que la région a déjà décidé de reporter certains investissements dans les lycées. En attendant le prochain congrès des régions où le gouvernement pourrait faire des annonces « calmantes » le FN réfute par avance toute solution de financement par les taxes. Pas question en particulier d’accepter au niveau régional le retour de l’éco-taxe poids lourds « alors que l’ensemble des taxes sur l’automobile et les carburants représente aujourd’hui près de 300 millions de recettes pour notre région qui, jusqu’ici, ne voulait pas mettre un centime sur les routes ». Face à cette situation qui n’annonce difficile Michel Chassier ne trouve pas de circonstances atténuantes à François Bonneau « qui a fait le choix de voter et de faire voter pour Emmanuel Macron à la présidentielle ». Et cela d’autant plus que la région ne  tirerait pas toutes les leçons de cette fragilité financière « en continuant comme si de rien n’était à distribuer des subventions à tout va, avec du saupoudrage, du clientélisme et du manque de priorités ». Le Front National aimerait par ailleurs obtenir des éclaircissements sur certaines écritures comptables    (10 millions d’euros quand même !) engagées en 2016 mais « non mandatées et non reportées ». Michel Chassier a écrit au président du conseil régional, au préfet, au payeur régional, mais sans obtenir de réponse jusqu’à présent.

Si le FN relativise quelque peu l’embellie dans le domaine de l’emploi régional « qui ne fait pas vraiment ressortir une tendance positive »,   il est au moins une décision que le réjouit : la décision de l’Etat de fermer le centre de déradicalisation de Pontourny en Touraine. Le Front a toujours été vent débout contre ce projet  avorté. Reste maintenant à réutiliser les locaux existants.Véronique Péan, élue en Indre-et-Loire, propose la transformation du centre en lieu d’accueil pour les victimes d’attentats alors que, ironique, Michel Chassier évoque un « centre pour députés ou anciens députés déprimés ».

 

Marine Le Pen dans le Loir-et-Cher en novembre

Marine le Pen, à ses côtés Charles de Gevigney

Le Front National veut donc effectuer une rentrée active et offensive face à l’exécutif régional. Mais il devra affronter aussi quelques turbulences internes : l’absence de l’ancien président Philippe Loiseau qui n’a plus remis les pieds au conseil régional depuis son élection au Parlement européen. Il a, à ce titre, été sanctionné financièrement à plusieurs reprises pour son absentéisme, mais refuse pourtant de démissionner de son mandat. Autre question avec  l’évolution du FN, ses débats internes sur la sortie ou non de l’euro et l’avenir de Florian Philippot. « Des débats normaux estime Michel Chassier et qui n’ébranlent pas notre cohérence interne ». Il attend pour cela les lumières de Marine Le Pen qui viendra ouvrir le débat en novembre dans le Loir-et-Cher.

Jean-Jacques Talpin

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Le grand mérite de l’article de Mr TALPIN est de nous interpeller sur les difficultés que va subir le budget 2018 de la Région.Les confessions de Mr BONNEAU ,le Président de la Région , sont édifiantes:”nous sommes déjà à l’os”!
    Nous conviendrons que l’état ne lui facilite pas la tache en transférant aux Régions nombre de charges et responsabilités avec peu de dotations en contre partie.Ainsi pour notre région le transfert de la charge économique des trains “inter-cités” (ORLÉANS/PARIS ;ORLÉANS/TOURS;ORLÉANS/VIERZON) et d’hériter en plus de l’état déplorable de ces liaisons(Infrastructure,ponctualité déplorable,nombre de liaisons insuffisantes..)”va peser lourdement sur le budget de la Région.
    Mais force est de constater que Mr BONNEAU viens également de se tirer une balle dans le pied en offrant la gratuité totale des transports scolaires sur toute la Région: Il devra trouver 25 M€ pour payer l’affrètement des 1700 bus journaliers impliqués.
    Mais encore plus grave,Mr BONNEAU s’apprête à se tirer une seconde balle dans le pied,disons plutôt un missile,avec le projet de reconstruction de la ligne SNCF Orléans-Chateauneuf.En quelques chiffres:
    -C’est un investissement (Largement sous estimé) de 250 M€ qui se terminera à 500M€,soit l’équivalent de 120% du budget 2017 d’investissement de la Région
    -C’est 5 à 6 M€ annuellement de déficit d’exploitation à la charge totale de la Région!
    Aussi nous devons aider Mr BONNEAU à sauvegarder un peu de moelle sous ce qu’il reste du budget “réduit à l’os” Comment?
    En signant et faisant signer la pétition de l’association 2ROC45 contre le projet SNCF et ses 500M€ qui feraient défaut a d’ autres projets plus sérieux des 6 départements et des 1842 communes de la Région

  2. Aider un socialiste, membre d’un parti qui a fichu, un peu plus, notre pays, donc notre région dans la mouise ! Je ne suis pas masochiste, il se dé-mer-de, grâce à ces nuls M. Macron est au pouvoir. Qui viendra aider les plus démunis à finir les fins de mois ? Bonneau ? Michel MOINET ? Et vos copains les écolos, ne vous ont pas dit que le train était un transport vertueux pour l’atmosphère !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail