Perrette et les JO

Je ne voudrais surtout pas jouer les rabat-joie et suis heureux que la France ait décroché l’organisation des Jeux Olympiques 2024. Il était grand temps, un siècle après, que le pays où a été imaginée leur résurrection soit remis à l’honneur. Seulement…Gérard Hocmard

Par Gérard Hocmard

Seulement, je suis toujours un peu méfiant des peaux d’ours que l‘on vend trop tôt ou des plans tirés sur la comète et ce que l’on entend depuis deux jours n’est pas fait pour vraiment rassurer. Si j’ai bien compris, cela ne va pas coûter cher mais va rapporter gros. Le Loto, en somme ! C’est comme si, grâce aux Jeux, la crise du logement et celle du chômage dans le 9-3 étaient déjà résolues, avec pour corollaire l’insertion pour tous et la fin de l’insécurité, comme si le problème des transports en Île-de-France avait disparu et qu’Anne Hidalgo allait pouvoir encore mieux se consacrer au bonheur des automobilistes. Quant aux médailles, elles tombent comme à Gravelotte et leur décompte ne cesse d’augmenter… Gare à la retombée du soufflé !

Le lendemain de l’attribution des J.O. à Londres pour leur édition 2012, le facétieux caricaturiste britannique Matt avait publié en première page du Telegraph un dessin qui montrait deux touristes anglais interloqués sur fond de Tour Eiffel empanachée de feux d’artifice. L’un demandait à l’autre : « Mais enfin, qu’est-ce qu’ils fêtent ? », ce à quoi son interlocuteur répondait : « L’attribution des Jeux à Londres ». L’idée était bien sûr d’attirer l’attention sur le coût de l’opération, qui allait effectivement exploser et battre tous les records lors de cette édition.

Alors je me pose la question : a-t-on bien pris en compte tous les paramètres dans le calcul du prix de revient annoncé et l’euphorie affichée n’est-elle pas quelque part un moyen de distraire l’opinion publique des soucis que lui inspirent la situation européenne, les phénomènes migratoires ou les joyeux duettistes Trump et Kim-Jung-Un ? Il y a des postes budgétaires qui semblent singulièrement absents de tout ce que l’on a pu lire sur le sujet : celui du coût de la sécurité des lieux et des personnes, celui des frais de lobbying…

En tout cas, maintenant que c’est lancé et que nous avons montré notre savoir-faire pour l‘obtention de la timbale, tous les espoirs sont permis pour le prochain Concours de l’Eurovision.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. L’aspect économique masque malheureusement tous les autres : les aspects politiques et idéologiques. Quant à l’aspect humain (la terrible préparation des bébés prodiges) tout le monde s’en moque. Les médailles d’abord ! Vive le sport opium.

  2. Cher Gérard, merci pour cet excellent billet. Il n’est jamais bon de “gagner” tout seul. “A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire”.
    J’ajoute que si la Région Centre Val-de-Loire croit tirer les marrons du feu, avec quelques bases arrières d’entraînement, elle se berce d’illusions. A mon avis, elle n’accueillera que des réfugiés issus du Grand Paris, qui viendront se mettre à l’abri des foules, des problèmes de transport, des contrôles policiers, du coût de l’habitat et ne pourront pas acheter leurs billets au marché noir.
    Il nous restera les retransmissions télévisées que l’audiovisuel public mettra des années à financer ou qui se feront sur des chaînes par abonnement et certainement un joli déficit à combler par l’impôt et les taxes en tous genres. Vive le sport.

  3. Intrinsèquement, je ne suis pas contre les grands évènements sportifs ou autres, mais quand le serveur m’apporte la carte, je regarde ce qui me fait plaisir et le prix qui va avec, le reste, c’est du calcul mental ! Je suis bien d’accord, ça “m’emmerde” aussi, de ne pas savoir combien cela va réellement nous coûter, d’autant plus qu’il est certain que le déficit sera conséquent ! Non seulement, il y aura déficit, mais, nous n’avons pas un centime vaillant pour financer ces jeux. Dans un pays endetté, même si ce sont les JO de Paris, malgré les ponctions fiscales, nous financerons par l’endettement ces JO là ! Ou alors, je n’ai rien pigé ; oui c’est cela, je suis certainement un grand couillon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail