Ligue 2 : Clermont, bis repetita sur la pelouse de la Berrichonne (2-0)

Déjà vainqueur voilà un mois, le Clermont Foot 63 a récidivé sur la pelouse de Gaston-Petit. Après avoir encaissé trois buts à Bourg-en-Bresse, la Berrichonne en a pris deux autres, sur sa pelouse, lors de cette huitième journée, mardi soir. Au total, Châteauroux a déjà 14 buts à son débit …pas forcément le signe d’une défense en grande confiance.

Benrahma dans ses oeuvres.

L’Armada du Clermont Foot, l’association de supporters clermontois qui fait du bruit dans la tribune visiteurs, n’a rien à voir avec la Yelow Army de l’ASM. Même pas du jaune et bleu. À désespérer un pauvre rugbyman du RACC perdu dans les travées de Gaston-Petit. Pourtant, les Auvergnats ont eu de quoi s’égosiller dès le début d’une rencontre qui avait une saveur particulière pour leur coach, Pascal Gatien, viré voilà un peu plus de deux ans de la Berri. Un retour qui n’était pas prévu en début de saison. Le départ de Corinne Diacre, pour mutation professionnelle – elle est devenu entre-temps responsable de la sélection nationale féminine – lui a permis de revenir à Châteauroux. Et le moins que l’on puise dire c’est que le garçon avait du motiver ses gaziers pour faire du Monsieur Propre, soirée de nettoyage des ballons, dès les premières minutes de la rencontre.

La soirée avait pourtant bien commencé avec la remise officielle de la coupe pour le vainqueur du championnat de Nationale de l’an passée aux dirigeants de la Berri. Installer une gamelle de plus dans les vitrines, cela paraissait un bon signe pour la suite de la soirée. C’était sans compter sur les joueurs du Clermont Foot qui ont vite rappelé aux locaux que l’an passé, eux, étaient déjà en Ligue 2 !

Dix minutes avant que les locaux ne parviennent à récupérer un tant soit peu le cuir. De quoi se mettre la pression… surtout quand on vient de ramasser trois buts lors du match précédent. Finalement, cette entame peu dans la norme à domicile pour les Castelroussins, ne donnait que des sueurs froides aux 3000 supporters des tribunes rouge et bleu.

0-0 à la pause

Mandanne et Jean-Luc Vasseur se concertent.

Passé ce début de match quelque peu agaçant, la partie s’équilibrait entre deux équipes aux visages radicalement différents. D’un côté, celui de Clermont, on voulait conserver la balle et en gratter un maximum en milieu de terrain. De l’autre, celui de la Berri, c’était une défense beaucoup trop basse et des attaquants qui venaient régulièrement s’empaler sur leurs vis-à-vis parfaitement installés dans une forme de zone d’aisance.

La domination territoriale et la conservation du ballon était en faveur de Clermont. Pour le score, la parité, à la pause, était assez logique. Pour marquer, il faut déjà en avoir l’occasion !

Le passage au vestiaire semblait salutaire pour les hommes de Jean-Luc Vasseur après le retour sur la pelouse. Sauf que si les locaux avaient trois belles opportunités dans les premières minutes, c’était Clermont qui éclairait la situation par un but de Pereira Lage (58e).

A 0-1 on se retrouvait dans la même configuration que lors du match du mois d’août, en coupe de la Ligue. A la 63e, ce n’était plus la cas puisque Ajorque bénéficiait des largesses de la défense de Châteauroux. Il prenait tout son temps pour amortir la balle dans la surface de réparation et aligner le malheureux Hassen Mouez une deuxième fois. 2-0 et une demi-heure de jeu encore, la potée aux choux commençait à attacher au fond de la marmite.

Et a voir de quelle manière la défense de la Berri prenait l’eau on se demandait alors comment remettre le facteur sur le vélo. On était de plus en plus proche du 3-0 et il fallait que le portier berrichon sorte le grand jeu pour empêcher le camouflet. Certes une patate de Benrahma (72e) était détournée par le gardien de Clermont  mais c’était bien peu de chose pour redonner un semblant de sourire aux gars d’cheux nous. L’attaquant de Châteauroux remettait ça sur coup franc (83e) mais Bernardoni se trouvait toujours sur la bonne trajectoire. Et quand Traoré parvenait à centrer idéalement, le plat du pied de Barthelme passait à deux mètres du but vide (85e) . Quand ça veut pas…

La figure des mauvais jours

Traore n’a pas été souvent utilisé.

Jean-Luc Vasseur avait annoncé en début de saison que les expressions de son visage serait inversement proportionnelles aux résultats. Une fois les ballons rangés dans les casiers sous les tribunes, le coach castelroussin avait le sourire en coin, celui spécial défaite. Après avoir évoqué la parabole du slalomeur qui rate une première porte et a des difficultés sur les deux suivantes, il expliquait que le mal était d’encaisser 5 buts mais surtout ne pas en avoir marqué alors que les occasions étaient bien là. « Je regrette de ne pas avoir marqué sur nos temps forts. Malgré tout je suis satisfait de mes joueurs … Autant à Bourg on était dans le non-match, là ce n’est pas le cas ! Maintenant il reste encore une porte à franchir. » a-t-il affirmé.

Franchement, on préfère les fois d’avant, quand il avait fait sa figure des mauvais jours…

Ce revers, le deuxième consécutif remet les choses et la Berri à leur place, celle d’une équipe qui devra lutter jusqu’au bout pour assurer le maintien. C’est ce qui était prévu au départ, non ?

Fabrice Simoes.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail