A Orléans, Ivan Messac ou la magie de l’estampe

Pour la première fois sont rassemblées à la galerie orléanaise Le Garage , sous le titre “Editions limitées», de nombreuses pièces maîtresses d’Ivan Messac, artiste emblématique du courant de la figuration narrative. Sérigraphie, gravure, numérique et eaux fortes  témoignent,  à partir de ce vendredi, de plus de quarante ans de création engagée, celle d’un artiste ouvert sur le monde  et dont l’art est souvent un acte de fraternité avec les plus malmenés d’entre nous.

Ivan Messac

A l’occasion de cette très belle exposition Michel Dubois  édite “On est pas des potiches”, œuvre de format A4, expressément conçue pour ce rendez_vous. Cette impression pigmentaire ou estampe numérique est  tirée à trente exemplaires numérotés et signés par l’artiste. 

A quelques jours du vernissage, dans l’atelier du galeriste  Michel Dubois, sérigraphe de renom qui travailla notamment pour le Musée d’Art Moderne de New York, Ivan Messac parle volontiers de cette œuvre, composition  faisant référence à la sculpture “Les quatre parties du monde portant la sphère céleste”, œuvre de Jean-Baptiste Carpeaux (1827-1875). Cette composition est  le groupe essentiel de La Fontaine de l’Observatoire, ou Fontaine Carpeaux,  que l’on peut voir à Paris, dans le Jardin des grands explorateurs,  avenue de  L’observatoire. 

– Affichiste éloquent et poète salutaire

Sérieux avec un brin d’humour au coin d’un sourire que couve un regard malicieux, Ivan Messac explique: “Le fond bleu vert je l’ai fait à la Klimt; je trouvais ça bien,  cette ambiance à la fois céleste et de rien du tout”.

” Pour moi la sculpture est un modèle qui ne bouge pas, je tourne beaucoup autour de Carpeaux, sculpteur qui m’intéresse de plus en plus “  ajoute celui qui travailla aussi le marbre pendant une dizaine d’années.

Autres propos de cet artiste généreux auteur d’une nouvelle estampe qu’il atomise de deux petits portraits où l’on peut voir un hymne à la femme : “Bien souvent les femmes sont , en effet, des représentations de valeurs , telle que celle de la justice par exemple; en définitive, tout cela porte à croire que les femmes seraient plus sages que nous.”

Affichiste éloquent et poète salutaire, Ivan Messac, témoin de son temps offre des images profondes et magiques. Chacune a du verbe et de la verve.  Voici un accrochage passionnant, empli de charme et de force.

Jean-Dominique Burtin.

Ivan Messac “Editions limitées” (Estampes 1969/2017),  
du 23 septembre au 15 octobre,
galerie Le Garage , 9, rue de Bourgogne , Orléans.  
Samedi et dimanche de 15 heures à 19 heures.
En semaine, sur rendez-vous: 06.08.78.34.02. 

Vernissage en présence de l’artiste le vendredi 22 septembre, de 18 heures à 20 heures.  

“Nous ne sommes pas des potiches“, impression pigmentaire, 120€.
 www.galerielegarage.net et www.ivanmessac.com

 

 

 






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail