Festival de Loire d’Orléans : la Charente aussi est un fleuve…

L’Ebre est l’invitée d’honneur du 8e Festival de Loire d’Orléans, jusqu’au 25 septembre, mais le fleuve espagnol n’est pas seul : le pertuis charentais aussi, avec la présence des membres de l’association l’Hermione – La Fayette basée à Rochefort, et sa chaloupe.

La chaloupe de la frégate Hermione.

« La Charente, le plus beau ruisseau du royaume », disait François Ier. À l’époque, personne n’aurait osé contredire son roi, mais désormais… Qu’on se le dise, et qu’on le répète à l’envie : la Charente est un fleuve, c’est-à-dire un cours d’eau qui se jette directement dans la mer, en l’occurrence l’Océan Atlantique. Elle n’a beau s’étirer “que” sur 320 km, depuis les contreforts du Limousin près de Rochechouart (à Chéronnac très précisément) jusqu’à Rochefort en passant naturellement par Angoulême, Jarnac, Cognac et Saintes, la Charente a elle aussi son histoire de mariniers d’un fleuve navigable historiquement jusqu’à Angoulême. Les gabares – équivalent des toues ligériennes, barques à fond plat – chargeaient le sel, des tonneaux de cognac, et les canons manufacturés à la fonderie de Ruelle-sur-Touvre près d’Angoulême, jusqu’à l’embouchure, le « pertuis charentais », à Rochefort.

Destination Charentes

Le stand du pertuis charentais, invité du 8e festival.

Sur les quais de Loire durant tout le festival, deux stands du pertuis charentais et de l’association Hermione – Lafayette accueille les visiteurs, dont certains déjà bien renseignés sur ce joli coin de France. « Beaucoup de gens disent avoir une connaissance de la Charente et Charente-Maritime, la proximité avec cette région l’explique », explique Jean-Michel Capdeville, maire de Ciré-d’Aunis (17) et promoteur touristique de la marque nouvellement créée : « Les Charentes ». Association des deux comités départementaux du tourisme (de Charente et de Charente-Maritime) afin de mieux promouvoir les richesses patrimoniales et touristiques des deux départements qui se sont (trop) longtemps regardés en chiens de faïence…

À bord de la chaloupe de l’Hermione

La chaloupe de la frégate Hermione.

L’association Hermione – La Fayette, pour la première fois présente au Festival de Loire, est venue avec la chaloupe de la célèbre frégate, un 9 mètres manœuvrable par 16 « nageurs » à la rame. « La chaloupe reste à quai, elle n’est pas embarquée à bord, il y a un zodiac déjà sur place c’est aujourd’hui obligatoire », explique Dominique, bénévole de l’association et administrateur. « De plus, il faudrait des mâts de charge pour la monter à bord et ça nécessite pas mal de personnel pour ce faire. Il y a déjà beaucoup à faire pour les 80 membres d’équipage ! ».

Une vingtaine de permanents s’activent pour l’association Hermione – La Fayette, entourés 60 à 70 bénévoles dont des jeunes – être gabier c’est plutôt du sport ! – afin d’assurer l’importante maintenance de la frégate qui ne navigue « que » 4 mois par an, le reste du temps elle est amarrée à son port d’attache, Rochefort. 20.000 à 25.000 visiteurs par mois montent à bord, l’année record restant 2016 avec 450.000 visiteurs sur l’année. Une maintenance plutôt coûteuse puisqu’il faut débourser annuellement entre 1 et 1,5 M€ !

Au pertuis charentais, l’Hermione…

En 2018, l’Hermione reprendra la mer, à partir du mois de février jusqu’en juin, pour une grande tournée qui la conduira de Tanger à Barcelone, puis à Sète, Toulon, Marseille et Nice, Port-Vendres, Portimao (Portugal), Pasaia (Espagne), Bordeaux, La Rochelle avant d’embouquer son port d’attache à Rochefort le 13 juin.

En attendant, les festivaliers peuvent au moins venir admirer la chaloupe, et discuter avec les membres de l’association et les Charentais du pertuis…

F.Sabourin.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Il avait du goût François 1er, un peu chauvin le Charentais (17) que je suis. Toute ma famille de mes arrières grands parents, parents, frères, soeurs, cousine)s, sont tous nés à Saintes, sauf moi (La Rochelle) ! Le cimetière de Port d’Envaux, en est rempli de cette famille et j’irai les rejoindre le moment venu, pas loin de mon fleuve. Que de bons souvenirs au bord et sur la Charente. Fleuve navigable, je propose qu’Orléans vende l’Inexplosible aux départements de la Charente et Charente Maritime, là las au moins, il aura l’occasion de se dégourdir les roues ! Parce qu’ici, “Inexplosible” c’est rassurant, mais peut être devrait-on le rebaptiser “‘Immobile 01!

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail