Sénatoriales Loir-et-Cher : le centre et le centre au Palais du Luxembourg

Jacqueline Gourault.

La sénatrice sortante Jacqueline Gourault (MoDem, ministre auprès du ministre de l’Intérieur) a été réélue au premier tour – ric-rac mais réélue quand même – avec 50,58 % des voix. Au second tour de ces élections sénatoriales se présentaient Jeanny Lorgeoux (sénateur sortant ex-PS, candidat LREM cette année) ; Jean-Marie Janssens (UDI) ; Gildas Vieira (indépendant) ; Michel Chassier (FN) et Marylène de Rul (PS).

Jean-Marie Janssens.

Et c’est Jean-Marie Janssens qui coiffe au poteau le sénateur sortant Jeanny Lorgeoux, de 30 voix seulement (407 contre 377). Le maire de Montrichard également vice-président du Conseil départemental et président de l’association des maires (il devra abandonner son siège de maire s’il souhaite rester aussi au Conseil départemental), est un fidèle de “momo” Maurice Leroy, et qui réussit là où son mentor avait échoué en septembre 2011. Le mercato tenté par Jeanny Lorgeoux – se présenter sous l’étiquette LREM après avoir été élu avec le PS – n’aura donc pas fonctionné, à la probable grande joie de ses ex-confrères du PS qui, depuis la Présidentielle et plus encore depuis les dernières Législatives où il avait apporté son soutien aux candidats En Marche ! , avaient secrètement juré d’avoir sa peau, hurlant à la “trahison”. Exit donc Jeanny Lorgeoux, et exit aussi le PS loir-et-chérien du Sénat…

Les autres résultat : Gildas Vieira 33 voix (contre 88 au 1er tour !) ; Michel Chassier (FN) 22 voix (contre 31 au 1er tour) ; Marylène de Rul (PS) 76 voix (contre 113 au 1er tour). Où sont donc allées les 37 voix PS qui lui manquent au second tour ? Idem pour Michel Chassier dont 9 voix se sont envolées mais vers qui ? Mystère… Il faisait si beau ce dimanche d’automne…

F.S.

 Frédéric Orain, secrétaire fédéral du PS de Loir-et-Cher, apporte un démenti :

“Non ce n’est pas “à la grande joie de ses ex-confrères du PS” que nous accueillons ce résultat. Non nous n’avons pas “secrètement juré d’avoir sa peau”.” indique-t-il dans un commentaire sous cet article.
Preuve à l’appui, avec le communiqué officiel provenant du site de la fédération PS locale :

“Concernant la situation au PS je tiens là aussi à être clair. Nous ne sommes en rien responsable du désastre politique que représente cette élection. Nous regrettons que notre candidat initial ait décidé de fouler au pied l’investiture des militants pour aller chercher celle d’En Marche. Libre à lui.
Comme vous le savez tous nous avons dû réinvestir une candidate. Nous avons voté pour elle.
Si une morale à cette malheureuse histoire est à chercher quelque part nous pouvons aller la chercher chez nos amis et voisins du Loiret. Jean Pierre Sueur a lui été réélu avec l’étiquette PS.
Je ne me sens en rien redevable des choix des candidats LREM Si une personne doit avoir des remords ce soir c’est bien Jeanny Lorgeoux. Il porte l’entière responsabilité de cette situation désastreuse. Son résultat est d’ailleurs à l’image de celui de LREM au niveau national”.

En faisant un peu d’archéologie dans les commentaires sur le réseau social Facebook, au moment des élections présidentielles et législatives notamment, puis au moment où le sénateur-maire de Romorantin s’est déclaré candidat à sa succession sous l’étiquette “LREM”, les lecteurs devraient retrouver tout le bien qui s’est répandu sur lui au moment où il “foulait au pied l’investiture des militants pour aller chercher celle d’En Marche”…  

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. La politique est ainsi, un perpétuel jeu d’alliance et de trahison. Dans le Loiret, c’est Muriel Sauvegrain qui en a fait les frais. Et il n’y a donc pas de sénatrice, pour promouvoir un semblant de parité.

  2. Quand un responsable socialiste déclare vouloir être clair, il est recommandé d’ouvrir l’œil, et le bon, le gauche de préférence.
    Jeanny Lorgeoux a pensé jouer finement avec les soutiens à sa candidature, il aurait pu réussir sans ses ex-amis qui lui ont fait la peau.
    Ceci dès le début quand Marylène De Rul, socialiste à la Marc Gricourt le maire de Blois, s’est présentée contre lui, alors candidat officiel du PS. C’est pas simple. Puis En Marche lui a apporté son soutien, pourquoi ? je ne sais pas, mais il a alors été éjecté sans façons de son parti . Par honneur il a préféré garder la main et la tête haute et démissionner. Et De Rul l’ex adversaire est devenue la candidate officielle PS.
    Lors du scrutin, si les socialistes candidats du premier tour, aux résultats limités, s’étaient désistés en sa faveur, il aurait été élu.
    Mais voilà, Lorgeoux est battu de peu et les socialistes de beaucoup.
    Son « ami » Gricourt reste maître des lieux.

    • Si je puis me permettre : Jeanny Lorgeoux a sollicité l’investiture LREM et l’a obtenu, alors qu’il était déjà investi par le PS. La candidate PS ne s’est pas désistée pour un opposant politique (pour rappel le PS est dans l’OPPOSITION), c’est très simple.

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail