Orléans : festival de bouchons en Loire

La mise en place des autobus de la métropole, installés samedi soir en quinconce à l’abord du pont George V aux Tourelles pour éviter qu’une voiture bélier ou un camion fonce dans la foule le soir du Festival de Loire, était une excellente initiative. Un très bon point pour la sécurité.

En revanche, que la ville n’ait pas pris l’initiative d’interdire le pont George V aux voitures samedi après-midi, au moins dans un sens de circulation, comme c’est le cas le dimanche, tient de l’irresponsabilité.

Par un temps magnifique, des milliers de personnes, piétons, cyclistes et passagers des tramways bondés convergeaient vers les quais de Loire au nord. Pourtant sur la voie de circulation sud-nord du pont, les voitures des inconscients qui espéraient gagner le Festival à bord de leur véhicule, se sont accumulées comme il fallait s’y attendre. Bouchons.

Résultats, les piétons ont été contraints à la bousculade, serrés comme des sardines (ou des sandres) sur le trottoir qui laisse cheminer à peine trois personnes de front. Pourquoi avoir laissé passer les voitures qui se retrouvaient inévitablement bloquées au nord puisque les quais étaient barrés et qui se retrouvaient dans l’obligation de tourner à gauche vers l’ouest? Quant aux cyclistes, comme d’habitude, et encore plus que d’ordinaire, leur voie de circulation était occupée par les voitures et ils n’avaient qu’une solution, prendre les pavés centraux en évitant de déraper dans les rails des tramway et, si possible, de se faire renverser. 

Tenter au moins l’expérience

Les bus interdisaient l’éventuelle voiture bélier.

Nos chers élus, tous politiquement corrects, favorables au développement durable et à une circulation douce en ville, comprendront-ils un jour que la circulation automobile sur le vieux pont est une ineptie. S’il faut remplir les parkings du cœur de ville, il suffit de dévier les voitures par les mails. Ainsi l’automobiliste qui tient vraiment à casquer pour garer sa voiture au plus près du cœur de la cité pourra toujours utiliser les parkings du Cheval-Rouge et du Pathé. Puisque la mairie (le contribuable) ne veut pas débourser pour la création d’une passerelle le long du vieux pont (ou que le conservateur des monuments historiques n’y est y pas favorable), la solution est simple: interdire la circulation aux voitures et réserver ce franchissement central de la Loire aux piétons, aux vélos et au tramway. Au moins tenter l’expérience, un jour de semaine.

Ch.B.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Je ne comprends pas bien. Comment voulez-vous que les habitants fassent leurs courses, à dos d’âne ? Il n’y a pas que des visiteurs en centre ville. Un jour ou l’autre les voitures électriques prendront le pas. Le problème n’est pas la voiture mais le pétrole. Par ailleurs j’ai circulé facilement samedi aux abords du pont, jusque quai des capucins, ce qui m’a même étonné.

    • Ch. B. a tout dit. Soit il faut faire une passerelle, soit il faut laisser une voie libre pour les piétons, les cyclistes, les fauteuils roulants. Dans d’autres villes, on fait ses courses et on ne s’arrête pas devant les magasins. A Quimper, La Rochelle, La Ciotat et dans bien d’autres cités, on peut flaner et les commerçants ne voudraient pas voir le retour des voitures. A Orléans les passe-droits sont tellement nombreux que les rues dites piétonnes sont toujours encombrées. La volonté politique manque.

    • En quoi la voiture électrique sera la solution à l’encombrement de la chaussée ?

  2. Ce pont est problématique, alors je l’emprunte très peu. Et dans ce cas là en semaine, aux heures creuses. Les autres ponts me suffisent avec une préférence pour celui de la RD2020. Mais lorsque je circule avec mon véhicule, toujours aux heures creuses, le “luxe du retraité” !

    • Et seul à bord ? Il faut faire du covoiturage. On nous le répète à longueur de journée. Pas de blabla(car), à chaque tête de pont, arrêtez-vous (en pleine voie) et prenez à votre bord Mamy, ses cabas à provision et sa canne, un cycliste et son vélocipède, un handicapé et son fauteuil. Comme cela, il peuvent traverser la Loire en toute sécurité et vous polluez à deux au lieu d’un. C’est bon pour la Planète. Puisqu’on vous le dit !

      • Laudes : l’homme de toutes les solutions, l’homme providentiel, Amen ! Qui vous dit que je suis seul dans ma voiture, de toutes façons je n’ai, ni monospace, ni SUV, je roule petit, économique et luxueux. Et lorsque je suis seul dans ma voiture, je n’ai pas à en avoir honte, la liberté tout court, ça consiste à quoi , Monsieur LAUDES. Faites du covoiturage si vous le souhaitez (quoique, j’aimerai vous voir à l’oeuvre !) et fichez la paix aux orléanais qui n’ont pas toujours, si ce n’est jamais, l’occasion de faire autrement !

  3. Merci de penser aussi aux personnes en situation de handicap et pas seulement aux “bobos” qui habitent sur place… Les parkings périphériques et les transports en commun, ce ne sont pas “gratuits” et l’accès au centre ville n’est pas vraiment facilité pour ceux et celles qui viennent d’ailleurs…

    • TAO à un excellent service pour personnes handicapées. Personnellement, je boîte et j’ai du mal à bien tenir sur mes jambes. Alors, je les connais les gens qui disent aider les personnes handicapées, qui ne sont pas fichues de faire traverser un non voyant, ou de relever une grand mère. Allez y les donneurs de leçons, mettez vous d’abord à l’ouvrage, arrêtez de prendre la population orléanaise pour des sans coeurs, les gens sont biens mieux que ce vous êtes ! Une fois, je me suis cassé la “gueule”, ce sont trois jeunes africains qui m’ont relevé. Encore merci les gars !

  4. Lire “la circulation automobile sur le vieux pont est une ineptie” sous votre plume est un grand réconfort. Du côté de Bordeaux, Alain Juppé ose même parler de “sens de l’histoire” à propos de l’interdiction des véhicules individuels motorisés sur le vieux pont de pierre de sa ville.

  5. A Orléans la politique du velo se résume a un pot de peinture sur le bitume de la voie publique ou sur le trotoir, les contre sens dangereux ou l’automobiliste hallucine de nous voir en face, ici on aime les ronds points avec des feux, des pistes cyclabes de 60cm de large des espaces piétons cyclistes, des interruptions ou chemins stupides que personne ne prendra jamais en velo sauf si il a une journée entière pour son trajet, et des automobiliste qui nous sert klaxonne bref un bon mix pour etre en sécurité….. A quand un vrai signal fort de nos politiques

    • Sans compter les cyclistes qui maintenant, prennent toutes les rues à contresens. Il n’ont pas compris ces “CONS” là, que leurs vies sont en danger, même si ma caisse est abîmée pour eux, c’est dos, jambes, bras, crâne, etc. Donc, le cycliste inconscient est un “CON”, déjà qu’il faut composer avec des automobilistes tout aussi CONS !

  6. Immatriculons tout ce qui est 2 roues y compris les cyclistes. Le pire, ils jouent avec leurs vies , montrent le mauvais exemple à leurs enfants, vous avez vu à quoi ça ressemble un deux roues à terre, fier 5 secondes avant et larve juste après ! Je ne les déteste pas, il me font peur, à part un acrobate, ceux que j’ai vu à terre ou se faire percuter avaient plutôt sale mine ! L’immatriculation, serait basée sur un numéro de référence, exemple : j’ai une voiture, quatre vélos dans la famille, donc immatriculation du véhicule avec en plus une lettre ou un chiffre pour différencier chaque cycliste (en miniature la plaque). Les moins de douze ans = parents. Vous n’avez pas de véhicule dans la famille, mais vous êtes cycliste, soit un membre de la famille, frère, soeur, etc, ou encore un véhicule des services publics avec n° spécifique en plus. S’ils étaient facilement identifiable, certains prendraient moins de risques et pourquoi pas un contrôle technique ! Hein, pourquoi pas ! Mais aussi, encore mieux, rétablir l’immatriculation des motos à l’avant, comme celle de mon papa ! Pas ridicule, pourquoi les véhicules les plus rapides échapperaient au contrôle radar ! A noter, je suis pour les radars feux rouges, radars passages piétons, radars stop et si vous avez d’autres propositions …

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail