Loir-et-Cher : L’horizon économique se dégage

Le 4e Écorama présenté par la CCI de Loir-et-Cher le 28 septembre dernier traduit une amélioration de la santé des entreprises qui recréent des emplois. Tourisme et service tirent la croissance mais l’investissement reste à la peine tout comme le commerce, en particulier à Blois.


« Basé sur l’alignement des planètes (1), le climat des affaires est au plus haut depuis cinq ans. Les chefs d’entreprises du Loir-et-Cher reprennent confiance comme le démontrent les indicateurs économiques issus des travaux de nos observatoires », se félicitait Yvan Saumet, président de la CCI devant un parterre de chefs d’entreprise et de décideurs économiques loir-et-chériens.

En détail, on retiendra ainsi une hausse du CA (chiffre d’affaires) de 3,4 % en rythme annuel, un rythme de défaillances en réduction de 5 % (140 procédures ce qui constitue l’un des résultats les plus faibles depuis 10 ans) et un recul difficultés de trésorerie. 700 emplois salariés ont aussi été créés  en 2016 (2) notamment dans les services et l’intérim impactant un taux de chômage à la baisse (8,1 %, soit- 3 % sur un an, -1,3 % en région).

Des points noirs subsistent. Tandis que l’emploi se précarise (hausse des catégories B et C), l’industrie et la construction ont régressé (respectivement moins 180 et 130 emplois en 2016). L’investissement reste en berne à -9 % fin juin soit un ralentissement plus marqué qu’en région (-3 %) et en France (+ 1 %).

Incertitude pour le commerce

La rue du Commerce à Blois. (archives Magcentre).

Côté sectoriel, l’observatoire de la conjoncture du commerce a fait parlé ses chiffres basés sur un échantillon de 158 répondants. 61 % des commerçants ont fait mieux au 2e trimestre. C’est moins vrai sur Blois (49 %) où l’impact des travaux en centre-ville pèse clairement sur l’activité. De même 50 % des professionnels de l’équipement de la personne et 60 % de celui de la maison ont connu une baisse de leur CA. Au total, la trésorerie est difficile pour 35 % des sondés qui se déclarent optimistes à 28 % contre 65 % en région Centre-Val de Loire.

Derrière le Zooparc de Beauval qui file vers les 1,6 million de visiteurs en 2017 et Chambord (669.969 entrées au 31/08/2017, objectif 1 million en fin d’année), le tourisme explose les compteurs. Alors que 75 % des sondés se déclarent satisfaits de leur CA, près de 420.000 nuitées ont été enregistrées au 1er semestre 2017, volume jamais atteint depuis 2010 (+ 5.1 %). « Cela augure un bilan positif pour la saison touristique », s’est réjoui Yvan Saumet en charge de la commission tourisme à la CCI Centre-Val de Loire.

Avec 4 % de progression en 2016 et 94 % des entreprises sans difficultés financières sérieuses, l’industrie semble repartir à la hausse. C’est le constat dressé par Marie-Noëlle Amiot, membre du bureau, qui a commenté l’enquête conjoncturelle basé sur un panel de 41 entreprises réalisant un CA supérieur à 3 M€. On notera cependant une rentabilité qui stagne pour 50 % des sondés. Au final, 56 % des entreprises comptent investir et 35 % embaucher.

L’exportation levier de croissance

Antoine Bonneville, président de la CCI régionale.

L’activité export booste le CA dans une proportion importante ; elle se chiffre à +3,5 points puisque les 29 entreprises exportatrices du panel CAC 41 (sorte d’équivalent du CAC 40 en Loir-et-Cher, réunissant 41 entreprises) n’auraient connu une hausse de leur CA que de +1,5 % alors qu’elle s’élève en moyenne à + 5 %. Président de la CCI Centre-Val de Loire, Antoine Bonneville a donc pu étayer son propos sur le sujet qui était la question, second thème de l’Écorama.

Acteur majeur de l’export, la CCI Centre-Val de Loire accompagne 800 entreprises au travers un panel de prestations. « La CCI Centre-Val de Loire a vocation à coordonner l’ensemble des acteurs ; nous travaillons en complémentarité avec la Région (Dev’up), Business France, BPI et les conseillers du commerce extérieur présents dans les 90 CCI internationales », a détaillé Antoine Bonneville en apportant quelques chiffres sur le poids des exportations dans la région.

C’est ainsi que 2.900 entreprises (sur 80.000) exportent à 83 % vers l’UE, les trois premiers pays partenaires étant dans l’ordre l’Allemagne, la Belgique et le Royaume-Uni. Leur CA pèse pourtant 18,8 milliards sur les 69 milliards du PIB régional. On notera que 90 % de celui-ci est réalisé par des entreprises industrielles. Le Loiret représentant 42 % des exportations, l’Eure-et-Loir 28 %, l’Indre-et-Loire 22.5 % et le Loir-et-Cher 21.5 %.

Pour accompagner les entreprises qui souhaitent exporter, la CCI dispose d’un service régionalisé assurant une présence dans les six départements et la mise en œuvre d’outils reconnus permettant de poser un diagnostic et de fixer des objectifs marché concrets. PDG de Lenzi (lanternes de style) qui réalise 20 % de son CA à l’export, Antoine Bonneville a aussi livré sa recette pour réussir à l’international. Tenir compte des différences culturelles, mesurer la solvabilité de l’acheteur, demander le versement d’un acompte à la commande et bien préparer ses conditions générales de vente sont ainsi quelques conseils précieux à suivre.

Témoins de la soirée, les entreprises Tag Conseil (produits antiparasitaires, Cellettes) et IDEALEX (équipements de radioprotection, Vendôme) ont illustré la plus-value de l’appui de la CCI pour structurer et déployer une politique d’exportation. Mardi 3 octobre prochain (18 h), au centre de conférence d’Orléans, le 5e Forum Odyssée mettra lui aussi le cap sur l’international avec notamment des ateliers, conférences et la présence de 18 experts pays.

Jean-Luc Vezon.

(1) Conjonction de taux d’intérêt très bas, d’une inflation faible et d’un euro faible favorable à l’exportation.
(2) 3.600 avaient été perdus entre 2012 et 2014.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail