Le président des riches

Les médias nationaux nous rebattent les oreilles d’un refrain aux accents mélenchonesques depuis une dizaine de jours : Emmanuel Macron serait le président des riches.

C’est grave. Forcément que c’est grave. Ce n’est pas bien d’être riche. D’abord, quand on est riche, c’est parce qu’à un moment ou à un autre, on a volé, escroqué, pillé, détourné, spolié. Sinon, on ne peut pas être riche. En plus, le riche mange de l’ouvrier le matin au petit-déjeuner. Et comme il n’en a plus beaucoup à se mettre sous la dent dans une France désindustrialisée, le riche mange aussi de l’employé, du pauvre, de l’immigré, de tout ce qui sent de près ou de loin la misère. On a donc raison de le détester. Contrairement au juif ou à l’arabe qu’il est malséant d’haïr pour ce qu’il est, cela s’appelle du racisme, le riche doit être détesté a priori.

Et voilà que le président se rangerait de leur côté. Les bras m’en tombent. Je ne comprends pas pourquoi les pays qui fonctionnent bien sur le plan économique accueillent bien les riches. Serait-ce parce qu’un pays n’est qu’un, qu’il n’y a pas riches et pauvres, blancs et noirs, estropiés et valides, mais un seul et même système économique dont tout le monde est interdépendant ? Serait-ce parce que la prospérité économique est le seul moyen de réduire durablement la misère ? Serait-ce parce que la richesse permet de financer des dépenses et des investissements qui vont alimenter la machine économique, du PDG au balayeur ? Nous vivons une heure médiatiquement passionnante. Il existe en France 34 grands voiliers et 45 yachts. Ils sont tous ou presque immatriculés au nom de sociétés, et échappent donc à l’ISF. Alors, au lieu de foutre le bordel, certains feraient mieux de porter leur attention sur les vrais enjeux.

Fabrice Dayron.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Je crois que ce monsieur qui est autant inspiré par Brassens que par … Eric BRUNET (voir sa page FB) souffre de la frustration de n’avoir pas réalisé son rêve de devenir poète ou philosophe et de s’être finalement rangé du côté “des ronds”. Son analyse s’arrête au théorème de Neville Merchant qui ne fonctionne que dans une application vertueuse du capitalisme qui tire vers le haut l’économie. Mais quand, comme actuellement, tout est tiré vers le bas, que le système ne fonctionne plus et que la redistribution ne profite qu’à certains, il ne faut pas s’étonner qu’un sentiment de révolution se propage parmi ces fainéants qui feraient mieux de crever en silence plutôt que de foutre le bordel.
    Je souhaite à ce Monsieur et à ses enfants, de ne jamais connaître les affres du chômage et la déchéance, mais je pense que le risque est minime. Et pourquoi ne pas retourner à l’écriture de M. Phou …

  2. C’est quoi ce billet d’humeur dans les lignes de Mag Centre ?
    Ca a ni queue ni tête !?!
    Bref, j’ai vraiment d’autres choses à faire aujourd’hui…

  3. Texte aussi stupide que révoltant et qui n’a pas sa place ici.
    Direct poubelle et avec des gants pour ne pas se salir les mains ou l’esprit.

  4. Des raccourcis toujours. Il y a un antisémitisme larvé dans cette focalisation. Autrefois on assimilait le riche au juif, ce qui était assez commode : le juda qui vendit Jésus pour quelques pièces, l’usurier, Rothshild, Camondo et les autres. Rien d’étonnant qu’ils aient subi de plein fouet les spoliations sous l’occupation et Vichy. Sarkozy aussi était taxé de “président des riches” et était sujet de caricatures à la sauce années 30… Petit, noirot, un grand nez, des oreilles pointues… Quel matérialisme chez les chantres de la Morale ! Ne savent-ils donc pas que la misère est protéiforme, partout, rampante ? Misère affective, misère morale… Qui est riche ? Le smicard face au réfugié fraichement débarqué ? Le jeune réfugié en pleine santé face au vieux SDF galeux ? Le vieux ou le jeune ? Si Macron est le président des riches cela doit être des très très riches car les classes moyennes dites supérieures vont encore sacrément devoir payer, toujours plus. Qui est riche, qui est libre ? Celui qui travaille au smic et perçoit 100% de son labeur ou l’artisan qui trime 70h par semaine pour s’élever et pour payer 50% de ce qu’il gagne à l’État ? Travailler 6 mois pour l’Etat, une corvée comme au moyen âge ?

  5. Même réaction que Fleury : le billet est épidermique et superficiel et de ce fait ne représente que son auteur. L’on ne peut qu’espérer que Magcentre évite de publier dans sa lettre quotidienne de tels billets.

    A noter que signer Fabrice DAYRON peut renvoyer au directeur d’un groupe régional immobilier – et lui causer un préjudice si ce n’est pas le cas – Ne serait-il pas nécessaire de faire compléter toute signature de billet d’humeur ?

  6. Etrange billet ! M. Dayron semble en vouloir à ceux qui en voudraient à Macron d’être le “président des riches”, ce tout en ne contestant pas que que Macron serait ce “président des riches”… Bien sûr qu’il ne faut pas condamner Macron parce qu’il est ce président-là, en même temps, comme dirait Jupiter, on peut tout de même constater avec M. Dayron cette évidence que Macron est bien le “président des riches”.

  7. Il est vrai que depuis qu’on est riche quand on touche une pension de retraite de 1200 € par mois, on peut s’attendre à tous les commentaires débiles et affligeants tels que celui de ce pauvre Fabrice.

Comments are closed.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail