Tricollectif: le retour à la Scène Nationale d’Orléans

Ce mercredi soir, dans la salle Vitez du Théâtre d’Orléans, c’était le retour du Tricollectif dans une nouvelle formule après les mémorables soirées Tricot des années passées: tous les mois le Tricollectif proposera non pas un mais deux concerts successifs soit dix huit concerts jusqu’en juin 2018 pour nous faire découvrir le meilleur de la production de ce collectif de musiciens aux talents multiples en matière de création musicale.
Et ce mercredi, pour cette première soirée, le collectif avec un léger esprit de contradiction, avait programmé un solo, Kamato, création du percussionniste Florian Satche et une reprise en formule grand orchestre du Tricot avec le Tribute to Lucienne Boyer avec ses dix musiciens et sa chanteuse Angela Flahaut.

La forge à Florian


Et le public qui se pressait salle Vitez ne fut pas déçu avec la création percutante Kamato de Florian Satche qui nous entraina dans sa forge à son, non pas tel Vulcain pour forger les éclairs de Zeus, mais bien pour nous introduire dans un univers sonore fascinant utilisant toutes les ressources percussives de sa panoplie, de la clochette au frottement de la cymbale sur le grain de la peau de la grosse caisse, le tout dans une pénombre soigneusement construite par un système d’éclairage tournant. Et si les percussions ont parfois une résonance mystique, Florian Satche nous entraine dans un laboratoire de sons très concrets qui s’élaborent devant nous: frottement, grincement, percussion, résonance bâtissent une forme musicale envoutante au delà de la mélodie. Du grand art !

Kamato (sortie de disque)
Grosse caisse symphonique, boîtes à bourdons… Florian Satche

“La musique est un rêve”.

Cette reprise par le Grand Orchestre du Tricot de l’hommage à la chanteuse Lucienne Boyer fut un vrai bonheur: la distance musicale s’ajoutant à la distance générationnelle permettent à l’orchestre du Tricot de produire une musique contemporaine sur un répertoire du siècle passé dans un bel hommage à “la dame en bleu”. L’ironie souvent cruelle des paroles de ces chansons amoureuses trouve dans l’interprétation très juste d’Angela Flahaut une émouvante résonance comme un éternel retour de l’insaisissable Amour.
Pas de doute ces jeunes ont du talent. Et encore merci à la Scène Nationale de nous avoir offertde nouveau ce grand moment d’émotion musicale et amoureuse !

Tribute to Lucienne Boyer (sortie de disque)
Grand Orchestre du Tricot

Chant Angela Flahault
Piano, arrangements Roberto Negro
Violon, arrangements Théo Ceccaldi
Violoncelle, arrangements Valentin Ceccaldi
Saxophones, clarinettes Gabriel Lemaire
Clarinettes Sacha Gillard
Saxophones David Sevestre
Trombone Alexis Persignan
Guitare, banjo Eric Amrofel
Basse électrique Stéphane Decolly
Batterie Florian Satche

 GP

http://www.scenenationaledorleans.fr/

Concerts

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail